Histoire vécue Grossesse - Bébé > IVG-IMG      (65535 témoignages)

Préc.

Suiv.

L'avortement clandestin est un problème de pauvres

Témoignage d'internaute trouvé sur france5
Mail  
| 605 lectures | ratingStar_60637_1ratingStar_60637_2ratingStar_60637_3ratingStar_60637_4

Ile Maurice : "L'avortement clandestin est un problème de pauvres"

 

L'Express (Port Louis).

INTERVIEW.

21 Octobre 2006.

Publié sur le web le 23 Octobre 2006.

Deepa Bhookhun.

Port Louis.

Questions à Nita Deerpalsing, députée de la majorité.

Pour l'énième fois, le sujet de l'avortement illégal revient sur le tapis. Quelle est votre position sur la question ?

Je suis personnellement pour l'autonomie de la femme. Tout le monde sait qu'à Maurice, l'avortement se pratique clandestinement. Et nous sommes très hypocrites car nous savons aussi que cela se pratique dans des cliniques privées, parmi celles gérées par des religieux.

Mais tant que cela s'appelle curetage, c'est bon ?

Exactement. La question que je me pose est si l'Etat a le droit moral de laisser ainsi perdurer cette situation, c'est-à-dire, l'avortement clandestin pour les pauvres et une opération chirurgicale pour les riches. Nous ne savons que trop bien que celles qui ont les moyens de se le payer, iront à l'étranger ou dans les cliniques où tous les soins sont prodigués. En d'autres mots, l'avortement clandestin est un problème de pauvres. Tout le monde est en train de parler du droit moral mais est-ce que les femmes pauvres n'ont pas le droit à la dignité, elles aussi ?

Pourquoi n'arrivons-nous pas à changer une loi qui date de 1838?

Parce que nous sommes en train de débattre du fondement de la société patriarcale. Le contrôle du corps de la femme et surtout de sa fécondité par les hommes, c'est la pierre angulaire de l'ordre patriarcal. Et les pays où la femme a fait des avancées, sont des pays qui ont questionné l'ordre masculin. L'oppression de la femme est similaire à l'oppression des Noirs, des Juifs etc. Et cette similarité vient de cet ordre établi. La norme, c'est les hommes ; et les femmes existent par référence aux hommes. La différence avec les autres oppressions, c'est la question de fécondité de la femme. Et le rôle de la femme dans la reproduction. Ajoutée à cela est la religion et toutes ses influences sur le rôle de l'Etat. Excepté que nous vivons dans un Etat séculier. Mais nous ne pouvons engager des débats sur la vie des femmes avec l'influence des religions. Et c'est là le débat. L'Etat devrait-il être influencé par la religion ?

Mais il est clair que cela a été le cas jusqu'ici ! Pendant combien de temps encore va-t-on attendre qu'il y ait consensus ?

Il sera difficile d'avoir un consensus sur la question et c'est dommage. Jusqu'à preuve du contraire, je pense que notre pays est encore trop dans la religiosité extrême et dans le dogme. Il serait souhaitable que nous venions de l'avant avec une loi pour que les femmes aient le droit à une vie correcte et saine. J'entends des personnes dire qu'il y a des séquelles psychologiques à l'avortement. Mais c'est trop facile de prendre l'exemple d'une dizaine de femmes et d'en faire la norme. Je suis certaine qu'il y a beaucoup de femmes qui ont fait des avortements sans séquelles mais qui n'oseront jamais venir de l'avant parce que l'autorité morale est contre. Il n'y a même pas d'égalité d'expression pour ces femmes-là ! On les culpabilise, que voulez-vous !

Et ces femmes attendent toujours que des hommes légifèrent sur la question, c'est ce que vous dites ?

Oui car ici, nous sommes toujours dominés par le dogme. Mais dans des pays où les femmes ont fait des avancées, ce sont elles qui sont venues de l'avant pour demander que la loi change. Elles n'ont pas attendu que les hommes le fassent pour elles. Le droit à la pilule contraceptive a été acquis par des femmes qui sont sorties de l'endoctrinement. En sommes-nous là ? J'en doute.

Surtout quand vous entendez une parlementaire en la personne de Danielle Perrier venir dire avec une facilité déconcertante que "c'est trop facile de se faire avorter" ! Que pensez-vous de ce commentaire ?

Je trouve cela aberrant. C'est trop facile d'être si légère. Cela est réducteur parce que je ne crois pas qu'il y ait une femme qui avorte par plaisir. C'est encore une fois, l'endoctrinement.

Et quelle est la prévalence sur ce sujet au sein de la majorité ?

Je n'ai aucune idée.

N'en avez-vous jamais discuté ?

Je vais essayer d'en discuter avec mes collègues mais je pense que comme dans tout groupe, il y a des idées divergentes.

La MFPA avait fait une demande durant la campagne électorale pour que les partis politiques incluent dans leur manifeste électoral la légalisation de l'avortement. Et vous me dites que vous n'en avez même pas discuté ?
  Lire la suite de la discussion sur france5.fr


60637
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Les portraits (dessins) de nos anges ❤

image

Bonjour, venant de découvrir que malheureusement, je n'était pas la seul a avoir perdu un ange. Mon histoire grossesse avec des soucis comme toutes mes grossesses. Ma petite puce était prevue pour le 22 septembre, hospitaliser le 10 et 11 juillet...Lire la suite

Ivg medicamenteuse : vos temoignages

image

Bonjour je viens moi aussi vous raccontrer mon histoire. J'ai 28 ans deux enfants un de 3 ans et un de 7 mois je suis en instance de divorce et en ce moment au chômage. Nous sommes en très bon termes avec mon ex mari. J'ai eu une liaison il y a peu...Lire la suite


 

Témoignages vidéos
Mon avortement
Sur le même thème
Mon avortement 3 ans après
IVG: mon histoire
Voir tous les  autres témoignages