Histoire vécue Grossesse - Bébé > IVG-IMG      (65535 témoignages)

Préc.

Suiv.

L'homme a t-il le droit d'exiger un IVG ?

Témoignage d'internaute trouvé sur aufeminin
Mail  
| 520 lectures | ratingStar_217400_1ratingStar_217400_2ratingStar_217400_3ratingStar_217400_4

L'ensemble des arguments que j'ai invoqué plus haut pourraient être utilisés contre l'ivg. Et je n'ai jamais dit le contraire. Tu me prêtes une hypocrisie et une malhonnêteté qui ne sont pas les miennes. Relis l'ensemble de mes précédents posts, dans l'un d'entre eux je suggère même l'idée qu'une femme avortant contre la volonté de son compagnon voulant garder l'enfant pourrait être condamnée à lui verser des dommages et intérêts. Le droit à l'avortement confère bien à la femme ce pouvoir de décider ou non de garder un enfant que l'homme n'a pas. C'est une réalité, une injustice, dont je suis consciente et que je n'occulte pas. Je suis simplement en désaccord avec la solution que tu proposes pour "résoudre" cette injustice. Je trouve que l'enjeu essentiel dans ce débat est l'enfant. Le droit à l'avortement porte atteinte au droit de l'enfant, nous sommes d'accord. La loi a été ainsi faite, il y a maintenant des années. Mais en quoi cela justifie-t-il de proposer de porter, aujourd'hui, une nouvelle atteinte au droit de l'enfant ? A quoi bon cette surenchère ? Au nom de quoi ? Juste histoire de pouvoir dire que l'on restaure une forme d'égalité homme/femme ? Juste histoire de dire : ce qui est tien est aussi mien, ce pouvoir que tu as, toi, femme, je l'ai moi aussi, homme ? Ce n'est pas ma façon de voir les choses…

Par ailleurs, je vois mal comment, concrètement, tu pourrais mettre en oeuvre la solution dont tu parles : comment vas-tu faire pour déterminer quels hommes n'avaient pas le désir de concevoir un enfant ? Tu vas sonder leur cerveau ? Je n'ose imaginer les dérives qu'un tel système pourrait occasionner. Je suis bien certaine qu'ils deviendraient soudain particulièrement nombreux, les hommes qui se découvriraient, subitement, une complète absence de vocation paternelle… Enfin, je te rassure : ce pouvoir de ne pas avoir à rendre de compte pour un enfant non désiré que tu revendiques, il est déjà partiellement acquis. La seule obligation d'un homme à l'égard d'un enfant non désiré est financière : c'est une obligation alimentaire, et encore, à condition, si le père refuse de reconnaitre l'enfant, que la mère soit suffisamment tenace pour mener jusqu'au bout une action en recherche de paternité. Rien n'oblige le père à voir son enfant, à prendre part à son éducation, s'il ne le désire pas. L'homme peut occulter complètement le gamin de sa vie, ne pas se soucier de son devenir, le zapper complètement. Le virement automatique mensuel pour la pension alimentaire sera son seul devoir. Et encore, nombre de types s'arrangent fort bien pour organiser leur insolvabilité et se dédouaner complètement de cette unique obligation que leur impose la loi…
  Lire la suite de la discussion sur aufeminin.com


217400
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Les portraits (dessins) de nos anges ❤

image

Bonjour, venant de découvrir que malheureusement, je n'était pas la seul a avoir perdu un ange. Mon histoire grossesse avec des soucis comme toutes mes grossesses. Ma petite puce était prevue pour le 22 septembre, hospitaliser le 10 et 11 juillet...Lire la suite

Ivg medicamenteuse : vos temoignages

image

Bonjour je viens moi aussi vous raccontrer mon histoire. J'ai 28 ans deux enfants un de 3 ans et un de 7 mois je suis en instance de divorce et en ce moment au chômage. Nous sommes en très bon termes avec mon ex mari. J'ai eu une liaison il y a peu...Lire la suite


 

Témoignages vidéos
Mon avortement
Sur le même thème
Mon avortement 3 ans après
IVG: mon histoire
Voir tous les  autres témoignages