Histoire vécue Grossesse - Bébé > IVG-IMG      (65535 témoignages)

Préc.

Suiv.

Le comment du pourquoi.

Témoignage d'internaute trouvé sur forumados
Mail  
| 55 lectures | ratingStar_259872_1ratingStar_259872_2ratingStar_259872_3ratingStar_259872_4
On écrit d'abords, à mon avis pour une raison que l'on ne comprends pas. Si on la comprenait, peut-être que l'on s'arrêterait tout simplement d'écrire. Ecrire, c'est un besoin. C'est à l'intérieur de nous-même. C'est quelque chose qui a besoin de sortir et qui doit sortir sous cette forme. C'est un art qui demande - pour être mené à bien - beaucoup d'entraînement, de travail. Enfin, qui exige plus que de simplement connaître le dictionnaire de la langue et sa syntaxe. Il faut avoir lu des auteurs, les avoir digérés, avoir éprouvé le besoin de faire mieux qu'eux. Pour arriver à écrire il faut avoir assimilé ce que l'on a lu. Mais comme je l'ai dit il ne suffit pas d'apprendre un dictionnaire par coeur. Il faut autre chose : la digestion, la transmutation de ce que l'on recoit en lisant. Cette espèce de chimie s'opère en vue d'écrire ce que l'on a à écrire soi-même, en quelques sorte, cela revient à affirmer son existence, ce que l'on est, à travers des mots. En fait, écrire c'est un peu une religion au sens pascalien du terme. Après tout, un écrivain est sans doute quelqu'un d'imparfait, qui n'est pas terminé et qui écrit, justement, en vue de cette terminaison ; qui cherche inlassablement la perfection. Quelquefois, des écrivains atteignent cette perfection du premier coup et cessent alors d'écrire : Rimbaud par exemple. Et l'écriture est peut-être aussi un compensation de frustration. Mais aussi un goût. Là, c'était l'aspect général de la chose. Maintenant, les poèmes plus spécifiquement. Pour ma part tout part d'un sujet. Quelque chose que je sens en adéquation avec moi-même, qui me convient, à propos duquel je sens une inexplicable envie de m'exprimer. Ensuite de cela, j'ai la phase "inspiration désordonnée". Je jette tout ce qui me vient sur le papier, parce que je sais que ça ne restera pas longtemps. Alors j'y vais, je note, je rimaille, je crache, je déblatère. Ensuite je vais manger un morceau de chocolat. Mais là n'est pas la question. Après cela, vient évidemment la phase de construction, de travail, de mise au propre du brouillon en quelques sortes. Je corrige, j'enjolive, je supprime ce qu'il y a de trop, j'ajoute ce qui me semble manquer, je recompte mes pieds (non j'en ai toujours deux personnellement, mais ceux de mes vers ! ) parce que je suis profondément attachés aux vers réguliers mais pas souple dans leur régularité.
  Lire la suite de la discussion sur forum.ados.fr


259872
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Les portraits (dessins) de nos anges ❤

image

Bonjour, venant de découvrir que malheureusement, je n'était pas la seul a avoir perdu un ange. Mon histoire grossesse avec des soucis comme toutes mes grossesses. Ma petite puce était prevue pour le 22 septembre, hospitaliser le 10 et 11 juillet...Lire la suite

Ivg medicamenteuse : vos temoignages

image

Bonjour je viens moi aussi vous raccontrer mon histoire. J'ai 28 ans deux enfants un de 3 ans et un de 7 mois je suis en instance de divorce et en ce moment au chômage. Nous sommes en très bon termes avec mon ex mari. J'ai eu une liaison il y a peu...Lire la suite


 

Témoignages vidéos
Mon avortement
Sur le même thème
Mon avortement 3 ans après
IVG: mon histoire
Voir tous les  autres témoignages