Histoire vécue Grossesse - Bébé > IVG-IMG      (65535 témoignages)

Préc.

Suiv.

Le dilemme de wendy...

Témoignage d'internaute trouvé sur psychologies - 12/06/10 | Mis en ligne le 23/04/12
Mail  
| 2200 lectures | ratingStar_245453_1ratingStar_245453_2ratingStar_245453_3ratingStar_245453_4
Coucou Nisse, Bon, ok, j'arrive après la bataille, mais tout de même… Moi j'ai lu le livre de Dan Kiley, et oui il m'a aidée. En quoi ? - A me montrer ma part de responsabilité dans la relation parent-enfant qui s'était établie mais aussi à me déculpabiliser. - A mieux comprendre son fonctionnement, et l'origine très probable de ce fonctionnement (je n'ai jamais connu ces parents, décédés il y a plusieurs années). - A me faire comprendre les erreurs que j'ai commises mais aussi ce que j'ai tenté de bien. - A me montrer combien certaines de mes frustrations étaient légitimes. - A me confirmer l'ampleur du problème et les faibles chances de réussite. - A le voir comme une victime au fond, à me voir comme une victime de façon plus "light" Mais surtout, surtout, lorsque j'ai vu les conseils que donnait l'auteur aux compagnes de Peter Pan, je n'ai pas eu envie de les suivre car, même s'il s'agit de "déplacer son positionnement", il s'agit également d'avoir, auprès du Peter, un rôle éducatif et je pense que c'est, encore et toujours, jouer le rôle de la mère (ou du père). Et moi, j'ai pas envie d'éduquer un homme. Conseils à titre d'exemples : - S'il réagit de façon excessive, vous obligeant à l'excuser ou à l'absoudre de toute culpabilité, il faut : lui poser des questions qui le poussent à réfléchir, proposer des alternatives rationnelles, - s'il oublie votre anniversaire, il faut : s'acheter un cadeau soi-même et lui dire "pour mon anniversaire, tu m'as offert ce superbe chandail", faire des allusions pas subtiles, comme entourer la date en rouge sur le calendrier, - il est toujours prêt à aider ses copains, mais vous… , il faut : être prodigue de louanges et d'approbations lorsqu'il fait ce que vous demandez de faire, exiger qu'il finisse de faire ce que vous lui avez demandé, par exemple "je te ferai à manger lorsque tu auras fini de laver la voiture" - il ne s'intéresse à vos soucis qu'après que vous vous êtes plainte : il faut exiger qu'il vous écoute, enseigner par l'exemple. Etc etc, avec le pendant de ce qu'il ne faut pas faire. Ben moi, désolée, rien que de lire les très longues listes (heureusement à la fin du bouquin ! ) , je suis épuisée par avance de tous les efforts à fournir pour une réussite à probabilité très très faible. Alors j'ai dit STOP !!!! Et j'ai demandé à Peter de quitter mon domicile, ce qu'il a fait avec quelques difficultés. C'est tout frais, 24 heures… Une intervenante fidèle de ce forum a eu le plaisir et l'avantage d'être témoin de nos dernières heures, la chanceuse. Au-delà du bouquin, j'ai remarqué un truc chez mon compagnon qui peut être intéressant pour toi au regard du fait qu'il ramène vos difficultés de couple à ta seule relation délicate à ses parents : il a une vision verticale de la famille, et son ex compagne en faisait partie au titre de "mère de ses enfants". Il peut avoir une vision horizontale, mais cela concerne alors ses pairs (même milieu professionnel ou ses potes) , JAMAIS sa compagne, ni même sa soeur par exemple. C'est ce que tu as dit au sujet du possible week-end prolongé chez ses parents qui m'a autorisée à faire ce rapprochement. Une dernière chose… Nous avons nous aussi tenté la thérapie de couple. Commentaire du thérapeute à la fin de la 1ère séance : "le problème est que vous n'êtes pas un couple". J'ai revu cette personne, mais seule, entre temps ma décision était prise. Il m'a questionnée sur mes freins pour rendre cette rupture effective (avant qu'il parte finalement, j'avais déjà fixé 2 autres dates butoir) ; réponse en final : mon sentiment de culpabilité et mon refus d'accepter que mon compagnon me voie comme une "méchante". Ben oui, pour lui qui me voit comme sa mère, si je le "mets dehors" -nous habitions chez moi-, je suis méchante, et il n'a eu aucun état d'âme pour me le dire et me le redire ! Bien difficile de lui faire entendre que je le faisais pour moi et non contre lui, tellement il ne voyait notre relation que sous l'angle de SES besoins, de SES désirs. Pour qu'il puisse exister, il fallait que moi je n'existe pas. Et je n'ai aucun doute sur le fait que si d'aventure il avait réussi à exister vraiment par lui-même il n'aurait eu aucun remord à me jeter avec l'eau du bain. Voilà Nisse… je sais que pour toi l'histoire est différente puisque vous avez des enfants en commun. Je ne me permets pas de te donner de conseil. Je termine par une question subsidiaire : ton mari est-il l'aîné de la fratrie ?
  Lire la suite de la discussion sur psychologies.com


245453
b
Moi aussi !
1 personne a déjà vécu la même histoire

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Les portraits (dessins) de nos anges ❤

image

Bonjour, venant de découvrir que malheureusement, je n'était pas la seul a avoir perdu un ange. Mon histoire grossesse avec des soucis comme toutes mes grossesses. Ma petite puce était prevue pour le 22 septembre, hospitaliser le 10 et 11 juillet...Lire la suite

Ivg medicamenteuse : vos temoignages

image

Bonjour je viens moi aussi vous raccontrer mon histoire. J'ai 28 ans deux enfants un de 3 ans et un de 7 mois je suis en instance de divorce et en ce moment au chômage. Nous sommes en très bon termes avec mon ex mari. J'ai eu une liaison il y a peu...Lire la suite


 

Témoignages vidéos
Mon avortement
Sur le même thème
Mon avortement 3 ans après
IVG: mon histoire
Voir tous les  autres témoignages