Histoire vécue Grossesse - Bébé > IVG-IMG      (65535 témoignages)

Préc.

Suiv.

Le mensonge

Témoignage d'internaute trouvé sur forumfr - 04/06/10 | Mis en ligne le 20/05/12
Mail  
| 71 lectures | ratingStar_257470_1ratingStar_257470_2ratingStar_257470_3ratingStar_257470_4
Je vais prendre la questions sous deux angles, parce que tu parles de péché, et le contexte religieux, c'est pas le premier angle sous lequel j'aborderai le problème. -- Il existe plusieurs sphère : personnelle et sociale, (et professionnelle, mais c'est pas le sujet). Les relations ont différents but dans ces sphères données. (je ne parle pas de but "égoïste" mais de leur raison d'être, à ces relations). Dans la sphère personnelle, c'est à dire dans l'intimité. Avec les amis proches, la famille (dans les moments où on est proche) ou l'être aimé. Le but est de pouvoir être nous même, sans jugement. De nous épanouir personnellement. Le mensonge va directement et clairement à l'encontre de la raison d'être de cette sphère, et de notre épanouissement personnel. Je pense que c'est pour favoriser cet épanouissement et ces liens qu'il est interdit en religion. Car ces règles ont été édicté dans des mondes où les deux autres sphères étaient considérablement moins présentes qu'aujourd'hui. Dans la sphère sociale, la raison d'être des relations c'est d'être accepté, de faire partit du groupe. De se soutenir mutuellement, de se rendre des services, de se trouver une place parmi les autres… La raison d'être n'est pas d'être totalement nous même, c'est d'être en accord avec les autres. C'est là où il est nécessaire de faire de compromis pour cohabiter. D'être tolérant, de ne pas toujours exprimer ce qu'on pense au fond. De ne pas trop "déranger" ou "ennuyer" les autres avec nos problèmes (sauf si ça rentre dans les "services" échangés entres amis, voisin etc…). En général, les discussions y ont un autre but, plus superficiel, ou plus pratique : se divertir, passer le temps, échanger agréablement avec le marchant de légume du coin des nouvelles… Là, je pense que le mensonge ne peut pas être évité. (en particulier le mensonge par omission). Quand on demande "salut, ça va ? " à quelqu'un qu'on croise, ça n'est pas une vraie question. On répond aussi "ça va et toi ? ", ou à la limite "couci-couça", mais celui qui rentre direct dans les détails problématique profond de sa vie intime, c'est qu'il a pas compris le but de la "question" qui était uniquement sociale. Un genre de "tiens je t'ai remarqué, je te fais un petit signe pour marquer le coup, et nous rappeler qu'on est des connaissances… " ________________________________________________________________________________ ___________________ L'autre aspect de la question rejoint tout de même un peu ces nuances. En matière de religion, je pense que le mensonge est lié à la "parole" bien plus qu'à la vérité littéral de la phrase prononcée. Par exemple, quand on fait une métaphore, on ne ment pas, bien qu'on raconte souvent quelque chose de faux sur le plan purement littéral. La vérité de la parole se trouve sur un autre niveau. C'est le respect de cette sincérité de la parole qui me semble être importante pour ne pas pécher. La parole, c'est tout ce qu'on exprime dans notre communication avec l'autre. Pas seulement verbale, mais nos gestes, nos intonations. Des silences en disent beaucoup. Et le sens de notre parole dépend aussi beaucoup de ce que l'autre sais de nous. C'est cette parole là, dans son ensemble qu'il faut prendre en compte. Les phrases ne sont qu'un ensemble de son, et c'est le sens qui compte pour déterminer si c'est un mensonge. Or le sens n'est pas donné que par la phrase et les sons. Mentir, pour moi, ça n'est pas dire des choses fausse, mais être faux. C'est à dire avoir une parole fausse. Un échange faux. Et avoir un échange faux, on peut le faire même sans mentir littéralement. Par exemple, en faisant semblant d'être intime et en ayant une curiosité un peu "malsaine", alors qu'on ne fais pas partit des proches. Dans pleins de cas, les phrases peuvent être vraie, mais la parole totalement en décalage par rapport à ce qu'est l'autre en réalité et ce qu'il ressent réellement. Bien que cette personne dise la vérité, l'échange n'est pas vrai. Donc c'est un menteur. Quelqu'un qui te fais subir un interrogatoire en ayant l'air d'être un intime, c'est un menteur. Je pense que dans ce cas là, lorsque notre parole a pour but de rendre l'échange plus vrai, plus en accord avec ce qu'il est et devrait être réellement, ça n'est pas un pêché. C'est revenir dans le "vrai" de l'échange. Ta phrase peut être fausse, mais ta parole n'est pas nécessairement un mensonge, elle peut être une fermeture d'une partie intime qui n'a rien à faire dans la discussion. Bien sur, SI cette fermeture est indiquée clairement dans ta parole, par des façons plus subtiles de signaler que tu n'as pas envie d'en dire plus sur le sujet !! Ou que la personne n'est pas assez proche, ou dans un bon rapport, pour te dévoiler là maintenant à elle. L'indication n'as pas à être trop lourde d'ailleurs, parfois même il n'y a pas besoin de l'indiquer. Si la personne ne comprend pas, ou pire fait semblant de ne pas comprendre, ça n'est pas vraiment toi qui es en tords. Simplement, il n'écoute pas. (ex : Quelqu'un qui dis qu'il va alors qu'il a évidement l'air de ne pas aller bien du tout, il est clair que sa parole est : "je n'ai pas envie d'en parler". Son corps parles pour lui. Et ne pas écouter la parole qu'il exprime pour venir l'emmerder avec le sens littéral des sons qu'il a prononcé, c'est un manque de respect). La sphère sociale, comme elle nécessite de la diplomatie, a souvent recours à ce genre de subtilités. Ce message a été modifié par Titsta - 04 juin 2010 - 00:39.
  Lire la suite de la discussion sur forumfr.com


257470
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Les portraits (dessins) de nos anges ❤

image

Bonjour, venant de découvrir que malheureusement, je n'était pas la seul a avoir perdu un ange. Mon histoire grossesse avec des soucis comme toutes mes grossesses. Ma petite puce était prevue pour le 22 septembre, hospitaliser le 10 et 11 juillet...Lire la suite

Ivg medicamenteuse : vos temoignages

image

Bonjour je viens moi aussi vous raccontrer mon histoire. J'ai 28 ans deux enfants un de 3 ans et un de 7 mois je suis en instance de divorce et en ce moment au chômage. Nous sommes en très bon termes avec mon ex mari. J'ai eu une liaison il y a peu...Lire la suite


 

Témoignages vidéos
Mon avortement
Sur le même thème
Mon avortement 3 ans après
IVG: mon histoire
Voir tous les  autres témoignages