Histoire vécue Grossesse - Bébé > IVG-IMG      (65535 témoignages)

Préc.

Suiv.

Oui, c'est normal de s'oublier à cet âge là.

Témoignage d'internaute trouvé sur psychologies - 03/08/10 | Mis en ligne le 02/08/12
Mail  
| 56 lectures | ratingStar_284310_1ratingStar_284310_2ratingStar_284310_3ratingStar_284310_4
Je m'impatiente… Citation : Oui, c'est normal de s'oublier à cet âge là. Quant à ricaner, tant qu'il te prend au sérieux, ce n'est pas grave. Il se contente juste de cacher à sa façon un autre sentiment (contrariété ou déception). Je sais qu'il exprime quelque chose d'autre, qu'il ne se moque pas… mais ça m'enerve quand même !! Citation : Avec le système de réparation que j'ai mis en place en cas de bêtises, il m'a très bien dit une fois que "c'est grâce à ça qu'il a appris à réfléchir aux conséquences avant de poser un acte" et donc soit à faire une bêtise en connaissance de cause, soit éviter d'en faire. J'en suis persuadée, mais bon, le tien a 14 ans et il fait encore des grosses âneries avec son blouson neuf… j'ai pas fini !! Citation : Tout à fait ! Pourtant, la plupart du temps, l'enfant est presque toujours le premier à souffrir de ses bêtises car il y a déjà des conséquences à supporter et elles ne sont pas agréables. C'est déjà en soi une punition. La bonne question à se poser en cas de bêtise : est ce que quelqu'un d'autre que l'enfant est "blessé" ou lésé par la bêtise commise ? Si la réponse est non, il n'est pas utile d'ajouter une punition quelconque. On peut par contre discuter de ce qu'il s'est passé et dire à l'enfant "tu as fait ça et il y a eu des conséquences que tu supportes seul". L'aider à comprendre le phénomène de cause à effet est un bon moyen de le responsabiliser. J'ai toujours été profondément reconnaissante de ce que mon père m'avait dit un jour quand ma mère voulait qu'il m'engueule à reception de mon bulletin de notes : tu es suffisemment punie par tes mauvaises notes, je n'ai pas envie d'en rajouter et de n'être là que pour t'engueuler. (sachant que ma mère avait "interdit" à mon pere de s'approcher de nous, sauf pour nous engueuler quand elle lui demandait… ). Citation : Je ne me rappelle pas avoir jamais ressenti une telle chose ! Peut être parce que mon enfance est très présente à ma mémoire ? Peut être pourrais tu leur demander si elles agissaient pour embêter les parents quand elles étaient mômes ? Jusqu'à un certain âge, un enfant n'est pas du tout capable d'élaborer un système de pensée dirigé pour nuire à autrui (encore moins les parents ! ). J'ai essayé d'en discuter avec elles… L'une était encore en plein dedans mais elle ne voyait pas d'autre explication, même si je lui ai bien expliqué qu'un enfant de 3 ans en colere et avec la vessie trop pleine n'a plus le contrôle de ses sphincters. J'ose esperé que même si elle a refusé de l'admettre lors de notre discussion, elle y a repensé plus tard. Mon autre soeur me l'a dit recemment et avait dépassé ce stade depuis 5 ans déjà. Moi aussi j'ai une tres bonne memoire de mon enfance, pourtant je l'ai ressenti une fois, au retour de la maternité, je n'avais pas de lait mais ne le savais pas car bébé têtait, on est rentrés quand il avait 3 jours, la soirée super, la nuit à hurler sans discontinuer, j'étais completement perdue et crevée… J'ai pensé qu'il voulait m'apprendre à vivre, je l'ai -en pensée- traité de vilain garcon… A peine formulé ça dans ma tête que j'aurais voulu disparaître sous terre de honte. Je n'ai plus jamais pensé qu'il agissait contre moi depuis. Heureusement. Citation : Tu as peut être une tête comique dans ces instants là ? Je ne sais pas… Je pense surtout que je ne fais absolument pas peur, je n'impressionne pas… Quand tu vois un clown en colere, tu rigoles ! Quand je faisais les colos, un gamin de 11 ans m'avait dit que j'avais pas d'autorité… ça m'a obligé à trouver d'autres facons de gerer que de faire peur, dans un sens c'est un avantage, mais c'est aussi frustrant parfois ! Citation : Moi, j'ai un secret tout bête : je me mets en colère… quand je ne le suis pas ! J'ai des colères, mais je ne fais jamais de remontrances quand je le suis. J'attends que ça retombe et alors je joue la colère, en choisissant bien mes mots pour qu'ils soient percutants mais pas blessants. Et puis parfois, quand je suis en colère, je ne dis rien, mais j'agis… et quand je punis, c'est toujours en relation avec la faute commise, je provoque la conséquence logique quand réparation est impossible.ouh la filoute !!! Citation : Ça donne des relations pas épanouissantes du tout et surtout ça ne construira jamais la relation de confiance nécessaire à protéger son enfant. Je trouve ce dernier point très grave.pourtant j'en connais beaucoup !! Citation : Ah ben… Tu es verni Dans ma famille, ce n'est pas ça du tout. Plutôt de l'ignorance, mais ma mère m'a dit, très récemment, "toi, la mère parfaite" et pas ironique du tout, elle le pense sincèrement ! Ma soeur, j'ai eu l'occasion de discuter avec elle au téléphone et en lui relatant certains faits et comment j'avais résolu les problèmes, elle m'a dit : "attends… je prends un crayon et une feuille de papier, je vais noter, c'est génial comment tu fais". Ça tient plus de l'ignorance, vois-tu que de la bêtise humaine… il y a aussi qu'ils sont rassuré sur mon cas, parce que maintenant, j'ai du recul, mes enfants vont avoir 10 et 14 ans. Ils ont vu de leurs yeux qu'une éducation différente, c'est chouette. Moi je pense qu'il y a beaucoup de mauvaise foi et de jalousie de la part de mes soeurs. Et de culpabilité aussi, puisqu'elles utilisent punitions et fessées. Alors de dire que ma facon de faire c'est possible uniquement parce que je vis dans un autre pays et que j'ai plus de temps, ça les déculpabilise, c'est pas leur facon d'éduquer le problème, c'est qu'elles sont bien obligées de faire comme ça . Puis je crois aussi qu'elles ne comprennent pas le fondement du truc, la philosophie de base… Et c'est vrai que c'est beaucoup plus facile pour moi quand tous les gens qui m'entourent au quotidien sont des exemples de respect envers les enfants, qu'en France où tout le monde gueule et menace… Ma mère me dit qu'à me voir faire elle a compris certaines choses, qu'elle trouve que c'est mieux d'expliquer, de laisser les enfants essayer, etc… mais quand je la vois faire avec mes nièces elle est exactement comme avec nous il y a 30 ans, et quand elle s'oublie, elle me dit les même choses que mes soeurs qu'elle avait critiqué un peu plus tôt, que c'est parce que j'ai le temps alors que pas mes soeurs, et que en France on est bien obligé et c'est pas possible de faire autrement. Citation : Il m'est arrivé de visualiser des scènes de violence terribles pour juguler la violence que je sentais en moi. C'est radical, ça calme ! Je m'étais imaginé, une fois, jeter mon bébé de 2 ans et demi par la fenêtre, après le n-ième réveil de la nuit (à l'époque, il nous réveillait toutes les 30 à 60 minutes… tu tiens 3 jours à ce rythme là, mais au delà… pfiouuuu ). Il m'a fallu déployer des trésors d'inventivité pour faire taire cette violence. La derniere fois, j'ai béni la distance qui nous séparait, elle m'a permis de reprendre mes esprits parce que j'avais vraiment envie de lui faire tres mal J'en suis consciente, je pense que c'est ça qui me sauve, mais j'ai du mal à accepter d'être capable d'avoir ces pulsions quasi sadiques envers mes propres enfants !! Citation : J'ai toujours en moi un potentiel violent énorme. C'est, je pense, quelque chose contre laquelle je devrai me battre toute ma vie possible… Mais d'où ça vient cette violence ? Je n'ai jamais subi une violence pareille de la part de mes parents… pas physiquement du moins. Citation : Normal… pour son âge, je veux dire. Il sent une limite et il cherche à savoir jusqu'où elle s'étend et s'il pourrait la dépasser. Puis plus il voit que je perds les pédales, plus il essaie, plus je m'énerve, plus il provoque… je sais… Citation : J'ai connu une maman qui avait un truc bien à elle pour exprimer sa colère ou son mécontentement et ça fonctionnait à chaque fois… Elle se taisait ! Elle ne pipait pas un mot, vaquait à ses occupations et ignorait superbement ses enfants. Au bout d'un moment, le malaise est palpable pour les enfants et je les voyais approcher timidement d'elle pour la supplier de dire quelque chose, lui faire des câlins etc… et au bout d'un moment, elle sortait de son mutisme en leur disant que lorsqu'ils sont désagréables, elle n'a pas envie d'être agréable pour eux non plus et qu'à présent qu'ils étaient calmés, elle pouvait leur faire des câlins et les écouter. Elle leur montrait qu'elle n'était pas disponible à leur chahut, leur dispute, leur cri et qu'elle en avait marre de se répéter et par contre elle s'est montrée disponible quand ils ont été calmés. Tu trouveras forcément LE truc, toi aussi. Je te fais confiance pour ça. Ça s'affine au fil du temps et de l'expérience. Moi aussi j'ai des trucs sur l'instant et en temps normal ça va très bien, mais ce que je n'ai pas encore compris, c'est comment le cercle vicieux se met en place. Pendant une longue periode tout va bien, puis d'un coup il prend le contrepied de tout ce que je dis, il traîne pour chaque petit truc qu'il doit faire, etc… et moi je n'ai plus envie de faire l'effort d'être pedagogique après quelques jours et je retombe dans les engueulades sans arrêt, il me dit que je n'ai pas besoin de me fâcher tout le temps … mais moi j'ai envie d'être de mauvais poil quand il fait ça. Jusqu'à ce que je prenne un peu de distance et ressorte mes armes d'autonomie ("si tu n'es pas habillé pour partir c'est pas grave, je t'emmene en pyjama" et hop, c'est reglé… ça prend deux minutes, pas un cri, bonne ambiance, alors que je me suis "vautrée" dans la mauvaise humeur pendant plusieurs jours Même moi je ne me comprends pas… La fatigue chez lui ou chez moi, peut-être, faut que j'observe encore… Citation : Bonne journée A toi aussi !
  Lire la suite de la discussion sur psychologies.com


284310
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Les portraits (dessins) de nos anges ❤

image

Bonjour, venant de découvrir que malheureusement, je n'était pas la seul a avoir perdu un ange. Mon histoire grossesse avec des soucis comme toutes mes grossesses. Ma petite puce était prevue pour le 22 septembre, hospitaliser le 10 et 11 juillet...Lire la suite

Ivg medicamenteuse : vos temoignages

image

Bonjour je viens moi aussi vous raccontrer mon histoire. J'ai 28 ans deux enfants un de 3 ans et un de 7 mois je suis en instance de divorce et en ce moment au chômage. Nous sommes en très bon termes avec mon ex mari. J'ai eu une liaison il y a peu...Lire la suite


 

Témoignages vidéos
Mon avortement
Sur le même thème
Mon avortement 3 ans après
IVG: mon histoire
Voir tous les  autres témoignages