Histoire vécue Grossesse - Bébé > IVG-IMG      (65535 témoignages)

Préc.

Suiv.

Peur du rejet

Témoignage d'internaute trouvé sur psychologies - 12/08/10 | Mis en ligne le 12/05/12
Mail  
| 95 lectures | ratingStar_253909_1ratingStar_253909_2ratingStar_253909_3ratingStar_253909_4
Citation : Moi, je ne vous jette pas la pierre xxxxxx76, j'ai fabriqué ma névrose comme cela, dès la couche culotte. Je comprends votre ressenti, il me parle et c'est souvent adulte qu'on exprime le mieux ses douleurs de l'enfance. Ça n'engage que moi, mais je sais qu'il y a des ressentis de l'enfance qu'on exprime avec un regard d'adulte alors qu'avant on y arrive pas. Bonjour à tous, Je débarque un peu dans le sujet comme un cheveux sur la soupe, mais prenant le temps de m'imprégner de différents posts (sujet "divorce et séparation" "interprétation des rêves" je viens rendre une petite visite parmi vous tant l'histoire du rejet peut être à l'origine de toutes nos histoires douloureuses, des non-dits qui font souffrir le corps. Tu évoques la névrose dès l'a^ge de la couche culotte et mon père me disait que pour ne pas laisser entrer le caprice chez moi, si je pleurais la nuit, il vérifiait d'abord je n'avais pas dans ma couche et sinon me mettait des tapes dessus et ainsi que j'ai appris à ne plus pleurer pour "rien"… En dehors de ça, je me demanche quel être humain n'a pas souffert de rejet. De ne pas avoir été écouté dans sa plus tendre enfance, et faire de lui en grandissant que le tendre transmute en rigide oui ! … Ainsi que j'ai découvert alors qu'il n'y avait pas d'autre voies que le "dire"… après à oser, et ça demande de prendre son courage à deux mains, mais est un cadeau de libération à s'offrir. Je crois même que c'est devenu un réfléxe que je n'ai pas pu controler après le décès de ma mère qui était une femme apparemment souriante, gaie, mais intérieurement repliée, et non confiante en elle. Alors toutes nos histoires houleuses, tout ce que l'on vit comme "feu de paille" n'a-t-il pas d'autre raison que de libérer des frustrations enfouies ? Et non pas vécues par "gout" de l'intensité… J'aurai tendance à dire que le gout de l'intensité n'est pas la nature de l'homme mais qu'elle est la Paix. Que cette paix, elle peut nous habiter pendant l'enfance et que l'éducation parentale qui repose sur des peurs abîme… Et on a toute sa vie "d'adulte" pour apprendre à la retrouver… Et c'est en traversant le rejet que je réalise que je commencer à la toucher du doigt. Oser. Ne plus avoir peur de dire ce que j'ai à dire, sans aucune filtre… sans arrière pensée… et qui est celle de déplaire. Peur de ne pas être à la bonne place. Alors peut-être qu'en vrai je ne le suis pas ici ! Mais ce que je sais c'est que même si on me rejette, grâce à avoir eu le courage d'oser, en traversant tout ce que ça m'a serré le ventre de nombreuses fois, mon plexus solaire s'est libéré à ce jour et je peux recevoir ce que l'autre exprime. Je vous souhaite une belle journée.
  Lire la suite de la discussion sur psychologies.com


253909
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Les portraits (dessins) de nos anges ❤

image

Bonjour, venant de découvrir que malheureusement, je n'était pas la seul a avoir perdu un ange. Mon histoire grossesse avec des soucis comme toutes mes grossesses. Ma petite puce était prevue pour le 22 septembre, hospitaliser le 10 et 11 juillet...Lire la suite

Ivg medicamenteuse : vos temoignages

image

Bonjour je viens moi aussi vous raccontrer mon histoire. J'ai 28 ans deux enfants un de 3 ans et un de 7 mois je suis en instance de divorce et en ce moment au chômage. Nous sommes en très bon termes avec mon ex mari. J'ai eu une liaison il y a peu...Lire la suite


 

Témoignages vidéos
Mon avortement
Sur le même thème
Mon avortement 3 ans après
IVG: mon histoire
Voir tous les  autres témoignages