Histoire vécue Grossesse - Bébé > IVG-IMG      (65535 témoignages)

Préc.

Suiv.

Résoudre problème déja une fois résolue magiquement.

Témoignage d'internaute trouvé sur psychologies - 14/11/10 | Mis en ligne le 08/05/12
Mail  
| 96 lectures | ratingStar_252351_1ratingStar_252351_2ratingStar_252351_3ratingStar_252351_4
Bonjour. Je vais parler d'un problème ancien et très important que j'ai beaucoup de mal à résoudre ; ainsi que d'un moment où le problème s'est très temporairement mais totalement résolu. J'ai trente ans. Le but profonds de la démarche que je fais dans ce forum et d'essayer de recréer les conditions qui ont fait que le problème s'est résolu. Nature du problème. Sa naissance : Le problème que j'ai est un énorme blocage. Je vais l'expliquer. Il est apparu durant l'enfance. Probablement entre 3 et 7 ans ; je ne peux pas être très précis car j'ai oublié énormément de choses de mon enfance et mes parents ne m'ont pas aidé plus car il sont "à l'ouest". Je pense que cet énorme problème a été généré par l'action de mes parents. Ils ont plein de qualités mais ils ont aussi des particularités qui peuvent étrent très déstabilisantes pour l'équilibre psychique ainsi que le développement de leurs enfants. Je ne sais pas lesquelles de ces regrettables particularités les concernant ont induit en moi le problème ; je vais les énumérer. Mes deux parents sont dépressifs. Mon père est trop noir et dur sur la société ; sur lui-même ; il ne s'aime pas ; beaucoup d'aspects de sa vie sont insatisfaisants. Ma mère est dépressive ; elle prenait, sans en exagérer, des antidépresseurs. Elle n'était pas assez heureuse avec mon père ; ce n'était pas lui l'homme de sa vie. Je précise que cela fait à peu près vingt années qu'ils sont séparés. Ma mère ne voulait pas d'enfants ; elle nous a eu parce que mon père en voulait, elle la, en quelque sorte, suivi. J'ai une soeur. Elle nous a aimé, et en même temps pas aimé. Elle n'arrivait pas trop à nous témoigner de l'affection ; en mots et en gestes. Elle était assez dure et cassante. Ma mère n'étant pas heureuse, ils s'engueulaient beaucoup avec mon père ; nous n'étions pas loin ; il y avait aussi de la violence physique entre eux deux ; toujours à l'initiative de ma mère (je sais, ce n'est pas "le cas" le plus courant). Ma soeur et moi même prenions des coups totalement injustement aussi dans des situations de rigidité d'éducationnelle de ma mère. Mes parents sont tout deux très anxieux. Malheureusement autour de nous, pas d'amis ou membres de la famille ont aidé. Ce qui aurait pu essayé d'arranger, de supprimer les problèmes. Ma mère, voyant qu'elle s'enfermait dans un cercle vicieux, a voulu casser celui-ci et a entamé des démarches de soin auprès de pays ; cela a aidé : il y a eu moins de problèmes ; certains ont disparus, d'autres sont restés. Elle n'est toujours pas guérie malgré ses efforts. Mon père ne se soigne pas. Je connais des explications, au niveau de leurs propres parents, qui peuvent emmener à comprendre, sans bien sur les justifier, les comportements de mes parents. Mon problème donc : DONC, j'en viens à mon problème. J'ai créé une mécanique involontaire de contrôle de moi-même. Toutes mes pensées, empotions, envies, idées, volontés sont filtrées, contrôlées par un processus artificiellement créé en moi durant l'enfance. L'on peut se demander pourquoi ai-je créé ce mécanisme. Je pense que celui-ci est apparu vers mes trois à sept ans en réponse aux situations familiales difficiles que je vivais. Donc, je me suis mis à me bloquer ; mais pourquoi cela ? Car ce blocage avait une origine ; et peut être surtout un but ; tout cela inconsciemment ou partiellement inconsciemment. Peut-être que je m'imaginais être la source, le responsable des disputes violentes entre mes parents ; et aussi peut-être que je me disais que, si mes parents, ma mère surtout, n'était pas gentille avec moi je le méritais ; ce qui, bien sur, est faux. Alors, si l'on garde cet hypothèse, j'ai du avoir une image très mauvaise, très dure de moi. Cela a du être très difficile à gérer, même ingérable pour le petit que j'étais. Alors je me suis bloqué : pour survivre à toute ces pensées qui devaient me submerger. Je reprends le descriptif du blocage. Ce mécanisme de blocage est là à chaque instant ; à chaque seconde ; sans répit depuis qu'il est apparu, vers mes 3, 7 ans. J'ai du mal à savoir ce que je ressent, ce dont j'ai envie ; mes choix et actions sont très difficile ; tout ceci est très handicapant dans la vie ; celle ci est terriblement amenuisée. C'est le stress qui l'emporte avec cette telle mécanique ; dans tout les choix que je veux faire : des plus anodins aux plus importants. Explicitées, les conséquences que mon blocage a eu et a : Je suis complètement passé à coté de la vie, de ma vie, jusqu'à présent. J'ai toujours été, en toutes circonstances, mal dans ma peau ; le mal-être était mon "état de basse", banal. Il y a plein de choses que je ne pouvais pas faire ; et j'ai du me limiter aussi parce que, pour faire quelque chose qui me plaisait bien souvent il y avait des contres-parties ; un coup exorbitant. Cela a créé tristesse immense, désespoir, errance… Mes démarches de soin : C'est aux alentours de la majorité que j'ai commencé à voir des pays ; mais elles parlaient peux ce qui fait que j'ai erré, des années durant, dans le libre capharnaüm des idées, pensées qui me venaient, sans aucun sens, ou si peu. Maintenant je vois encore une psy ; mais qui échange ; et je fais d'autres démarches sur le corps, sur les énergies, la re-programmtion… mais ça avance très ; trop lentement ; à ce rythme je serrai guéri dans cinq ans peut être ! Le déblocage qui s'est produit, par hasard, il y a quelques années de cela : Le déblocage, la résolution de mon problème, n'a duré que quelques heures. Il s'agit d'un moment ou le problème était entièrement parti : il n'y avait plus de problème, plus de blocage. Cela s'est produit durant une journée banale ; j'avais des choses à acheter et j'ai emprunté pour m'y rendre les transports en commun. Je gravissais un escalier qui me séparait de la sortie de ceux-ci lorsqu'une personne que je ne connaissais pas ma dit, lorsque, descendant l'escalier elle arrivait à ma hauteur ; que j'étais beau, tout en poursuivant son chemin. Cela aurait du être anodin. Je n'ai pas pris cela pour de la "drague", cela ressemblait plutôt à une parole que cette personne a pensé ; et je pense quelle présentait (sans que je lui porte un jugement) un problème psychologique qui fessait quelle ne pouvait s'empêcher parfois de dire ce quelle pensait. Deux personnes derrière moi étaient tout autant étonnées que moi. Les sentiments que je ressentais étaient à la fois désagréables : cela ressemblait par aspects à une entrée dans mon territoire, si je puis dire, à une forme d'agression ; et puis les sensations étaient également agréables : il s'agissait d'un compliment. Quelles minutes plus tard, étant dans un café, je sent, c'est un peu difficile à expliquer, une sensation plus physique que psychologique naitre en moi ; une sensation que je ne connaissais pas. Je ne savais si cela était une bonne ou mauvaise chose ; je l'ai laissé venir, elle est devenue de plus en plus présente, et j'ai senti que j'atteignais un "point de non retour". Puis, quelques minutes après "retour à la normale". Je continue mon chemin ; et assez rapidement je me sent mieux que d'habitude ; bien au bout d'un moment et au bout d'une heure le blocage, était parti : j'allais très bien, j'étais très heureux. Mais il s'est posé un problème : cet état, cette façon de fonctionner je ne l'avais vraiment jamais connue, à part avant l'âge trois ans. J'étais dans l'inconnue ce qui en soit n'aurait pas posé problème si le problème suivant ne s'était posé. Je bloque, en "temps ordinaires", tout ce qui viens en moi : sensations, envies, idées, pensées, ressentis dans corps. Là ce n'était plus le cas, et la régulation de tout cela était donc naturelle mais ce naturel était totalement inconnue pour moi. De ce fait ce qui ma posé problème c'est que je me mettais potentiellement en danger de la façon suivante. Il pouvait me traverser l'esprit de vouloir traverser une rue, mais j'étais incapable de dire si j'allais le faire prudemment ou en "m'imposant" dangereusement ce qui aurait pu faire que je sois renversé. Finalement, je ne me mettais pas en danger mais le stress de me mettre en danger de cette façon ou d'une autre s'accumulait et devenait très usant psychologiquement. Le stress étant important, pour le faire diminuer j'ai envisagé de revenir dans mon état habituel bloqué pour soulager mes nerfs, me disant que je pourrais après me "re-débloquer"; j'ai réussi à me re-bloquer mais je m'étais trompé : ma volonté ne ma pas permis de me re-débloquer depuis. Il a donc suffit de deux secondes d'interaction avec cette personne pour que s'ouvre "une porte" de guérison possible ; "chemin" que j'ai choisi de suivre et qui ma guéri au bout d'une heure de temps ; mais malheureusement, j'ai du faire machine arrière aux bout de quelques heures. Mais cela peu se reproduire ! "Doit", se reproduire ! D'une façon, ou d'une autre ; à bon entendeur… Malgré le fait que j'ai décrit ce qu'il s'est passé durant cette guérison, je n'ai pas vraiment compris les "mécanismes" qui ont oppérés. N'hésitez pas a me "répondre". :-). Je passerais régulièrement ; si je décide de ne plus passer, je posterai un message pour le dire. Au revoir peut être : -).
  Lire la suite de la discussion sur psychologies.com


252351
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Les portraits (dessins) de nos anges ❤

image

Bonjour, venant de découvrir que malheureusement, je n'était pas la seul a avoir perdu un ange. Mon histoire grossesse avec des soucis comme toutes mes grossesses. Ma petite puce était prevue pour le 22 septembre, hospitaliser le 10 et 11 juillet...Lire la suite

Ivg medicamenteuse : vos temoignages

image

Bonjour je viens moi aussi vous raccontrer mon histoire. J'ai 28 ans deux enfants un de 3 ans et un de 7 mois je suis en instance de divorce et en ce moment au chômage. Nous sommes en très bon termes avec mon ex mari. J'ai eu une liaison il y a peu...Lire la suite


 

Témoignages vidéos
Mon avortement
Sur le même thème
Mon avortement 3 ans après
IVG: mon histoire
Voir tous les  autres témoignages