Histoire vécue Grossesse - Bébé > IVG-IMG      (65535 témoignages)

Préc.

Suiv.

Téléchargement illégal

Témoignage d'internaute trouvé sur familles
Mail  
| 92 lectures | ratingStar_264530_1ratingStar_264530_2ratingStar_264530_3ratingStar_264530_4
Ça m'arrive. Des singles par ci par là. Les albums finissent mal. Les CD perdent de leur qualité. J'achète donc 2-3 CD par mois, puis j'ai la pochette ! Et la durée de vie n'a rien à voir. Sauf si ma petite fait du patin avec… bref. Il y a quelques mois de ça ; "le rebelle" Manu Chao avait fait "éloge ironique" mais pas fausse à mon goût des maisons de disques dans l'émission Taratata. J'ai retrouvé une bribe quasi similaire de ce discours pour un autre interview, qui nous fait nous sentir moins coupables du téléchargement. Citation : 04 octobre 2007. Manu Chao, artiste en rupture d'industrie. Expliquez à un américain que Manu Chao est français, il vous rira au nez. C'est pourtant vrai, même s'il vit la plupart du temps à Barcelone et vend des millions de disques à l'international. Ce qui ne l'empêche pas de rester un artiste authentique, ni d'être très détaché, critique et lucide à l'égard du business de la musique. Malgré le succès dont il jouit désormais à l'international, en Amérique Latine, au Japon ou aux Etats-Unis, l'ancien leader des Hot Pants - son premier groupe, qui écumait 300 scènes par an dans les années 80 - et de la Mano Negra - la formation avec laquelle il a connu ses premiers grands succès commerciaux, avant de repartir à zéro sur des bases plus artisanales - est resté à 46 ans le passionné de musique un peu introverti qu'il était adolescent, lorsque tout a commencé pour lui dans les squats parisiens, à l'âge de 17 ans. Manu Chao, qui fut l'un des pionniers de la scène rock alternative en France, est un artiste authentique, qui préfère la fréquentation des musiciens des rues catalans ? "il y a des titres de mon nouvel album qui sont depuis longtemps des standards pour eux" , s'amuse-t-il - à celle des VIP de l'industrie du disque. Autre travers, qu'il cultive volontiers : il n'a jamais appris à manier la langue de bois à l'école. "Je fulmine quand j'entends dire que les majors paient cher l'évolution du marché, avec la piraterie et tout ça ? C'est se foutre du monde. Qui fabrique et vend les machines, la technologie pour pirater les artistes ? Si ce n'est pas exactement les mêmes qui en profitent, c'est leurs cousins, d'autres multinationales" , a déclaré au micro de Valli, dans l'émission Système Disque sur France Inter, celui qui se défend pourtant d'être devenu une icône de l'altermondialisme. Pour le moins en rupture d'industrie, il n ? Hésite pas à confier que son excellent dernier album, La Radiolina, sera probablement son dernier CD : "Je n'arrêterai pas la musique, mais, vu l'évolution technologique, peut-être que par la suite, dès que j'aurai une nouvelle chanson, je la mettrai en ligne ? J'utiliserai mon site Internet comme une station de radio" , confiait-il récemment à Courrier International. Que les ventes de disques se portent de moins en moins bien, c'est pour lui une réalité incontournable, et il en tire déjà la leçon. "Il faut penser à de nouvelles manières de diffuser la musique, dit-il. L'avenir, pour nous auteurs, compositeurs, artistes, passe par deux choses : Internet et les concerts." Il ne se laisse pas plus affliger par le piratage : "C'est un peu la fin des dinosaures. Les majors sont victimes de leur propre loi du marché : le public choisit le moins cher, voire le gratuit, déclare-t-il. Dans le même temps, d'autres industries, notamment celles qui fabriquent les lecteurs MP3, engrangent les bénéfices. Les uns perdent, les autres gagnent. Et nous, chanteurs, devons trouver notre place pour continuer ? " Dans l'esprit de Manu Chao, le piratage a toujours existé : "Adolescents, quand un ami achetait un album, nous étions 80 à l'enregistrer. Je n'exagère pas : à l'époque, 90 % de ma discothèque était piratée." Alors qu'il se pratique désormais à grande échelle sur Internet, il préfère parier sur l'éthique du public : "Que les gens piratent les "gros" comme moi, ça ne me gène pas, affirme-t-il. Mais qu'ils fassent l'effort d'acheter la musique des petits labels." "Une seule chose ne peut-être piratée selon moi : la scène, poursuit Manu Chao. Ceux qui se défendent sur les planches s'en sortiront mieux que ceux qui dépendent du studio."
  Lire la suite de la discussion sur familles.com


264530
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Les portraits (dessins) de nos anges ❤

image

Bonjour, venant de découvrir que malheureusement, je n'était pas la seul a avoir perdu un ange. Mon histoire grossesse avec des soucis comme toutes mes grossesses. Ma petite puce était prevue pour le 22 septembre, hospitaliser le 10 et 11 juillet...Lire la suite

Ivg medicamenteuse : vos temoignages

image

Bonjour je viens moi aussi vous raccontrer mon histoire. J'ai 28 ans deux enfants un de 3 ans et un de 7 mois je suis en instance de divorce et en ce moment au chômage. Nous sommes en très bon termes avec mon ex mari. J'ai eu une liaison il y a peu...Lire la suite


 

Témoignages vidéos
Mon avortement
Sur le même thème
Mon avortement 3 ans après
IVG: mon histoire
Voir tous les  autres témoignages