Histoire vécue Grossesse - Bébé > IVG-IMG      (65535 témoignages)

Préc.

Suiv.

Temoigage malce lalrich ldh de toulon - les pieds noirs : le documentaire

Témoignage d'internaute trouvé sur france3
Mail  
| 114 lectures | ratingStar_272808_1ratingStar_272808_2ratingStar_272808_3ratingStar_272808_4
Non, les armes ne se sont pas tues le 19 mars 62! En tous cas pas celles du FLN qui se déchaînaient contre les harkis et leurs familles sans défense, contre les derniers colons, isolés, et bientôt le fatidique 5 juillet, contre la population oranaise ! Non, les armes ne se sont pas tues, surtout pas celles des "barbouzes", mercenaires condamnés, bientôt éliminés (pas de témoins compromettants, pas de trace…) ! Non les armes ne se sont pas tues, non la guerre d'Algérie ne s'est pas terminée le 19 mars 62 ! TÉMOIGNAGE : " Mon cher xxx, je joins à votre récit mon témoignage douloureux ! Ce souvenir tragique, je l'avais enfoui dans mon coeur et vous l'avez fait ressortir avec encore plus de violence ! J'étais un jeune adolescent qui souffrait de l'absence de son père. Ce père militaire qui était dans un pays lointain où se déroulaient des évènements tragiques et sanglants ! L'angoisse de l'absence était doublée par l'angoisse du danger. Il revint meurtri, humilié par un mois de prison ferme et une carrière brisée ! Pourquoi ? Il servait sur la base militaire de Tiaret, au sud d'Oran pendant cette période en tant que sous-officier comptable. Cette base comportait un groupement équipé de chasseurs T6 "Harvard". Un jour il apprit la "drôle" de mission de ses copains pilotes : MITRAILLER LES BÂTIMENTS ET LES QUARTIERS RESIDENTIELS PIEDS-NOIRS D'ORAN ! ET CECI DES JOURNEES ENTIERES ! SANS RAISONS STRATEGIQUES ! UNIQUEMENT POUR TERRORISER LES POPULATIONS EUROPEENNES AFIN DE LES EMPÊCHER DE SE REVOLTER CONTRE LES ACCORDS D'EVIAN ! Nous en avons eu la confirmation par des amis rapatriés oranais, des années plus tard ! Ils passaient leur journée à plat-ventre dans leur appartement pour éviter le mitraillage systématique des façades ! Mon père, un jour de revue militaire, arracha ses galons et ses décorations devant la troupe et dit qu'il ne voulait plus servir une armée d'assassins qui tire sur des civils sans défense ! Vous imaginez facilement la suite ! Mon père sombra dans un désespoir dont il ne devait plus jamais sortir ! Il ne fût pas le seul ! Beaucoup de militaires de sa génération subir ce traumatisme dont aucun ne sorti indemne ! Non ! Il y a beaucoup de cicatrices qui ne sont pas refermées ! Le mal court encore ! (poignant témoignage).
  Lire la suite de la discussion sur france3.fr


272808
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Les portraits (dessins) de nos anges ❤

image

Bonjour, venant de découvrir que malheureusement, je n'était pas la seul a avoir perdu un ange. Mon histoire grossesse avec des soucis comme toutes mes grossesses. Ma petite puce était prevue pour le 22 septembre, hospitaliser le 10 et 11 juillet...Lire la suite

Ivg medicamenteuse : vos temoignages

image

Bonjour je viens moi aussi vous raccontrer mon histoire. J'ai 28 ans deux enfants un de 3 ans et un de 7 mois je suis en instance de divorce et en ce moment au chômage. Nous sommes en très bon termes avec mon ex mari. J'ai eu une liaison il y a peu...Lire la suite


 

Témoignages vidéos
Mon avortement
Sur le même thème
Mon avortement 3 ans après
IVG: mon histoire
Voir tous les  autres témoignages