Histoire vécue Grossesse - Bébé > IVG-IMG      (65535 témoignages)

Préc.

Suiv.

Temoignage d'une ivg (médicament)

Témoignage d'internaute trouvé sur france5 - 03/09/10 | Mis en ligne le 08/05/12
Mail  
| 157 lectures | ratingStar_252200_1ratingStar_252200_2ratingStar_252200_3ratingStar_252200_4
Juste pour apporter des précisions sur cette intervention plus difficile à vivre PSYCHOLOGIQUEMENT que PHYSIQUEMENT (pour ma part). Effectivement, aprés avoir lu tous les témoignages, je me suis mise a avoir plus peur de ce qu'on aller me faire que du fait que j'étais enceinte (c'est pour vous dire) … Je vous conseille de ne pas trop lire tout ça, et malheureusement de vivre cette expérience avec vos emotions et votre sensibilité. Pour ma part, sincérement, je pensais que cela aller être vraiment affreux en terme de douleur, mais je suis surprise de voir que je n'ai pas pleuré de douleur, mais de TRISTESSE. Je crois que l'être humain confond parfois la douleur physique et la douleur du cerveau (dans ce cas précis, tout est confus de toute façon…). Peut-être que tout cela ne vous aide pas du tout, mais je souffre plus de ma conscience que de mon mal de ventre, je me suis dis "on donne la vie, et on décide aussi de la reprendre" ce qui est assez contradictoire. Selon les femmes, l'expulsion, se fait plus ou moins rapidement ou lentement, je n'ai attendu qu'une heure et demie aprés la prise du deuxième médicament, j'ai pu rentrer en bus chez moi, et aller tranquilement aux toilettes aux calme. J'ai été à l'hopital d'Antony, bien qu'ils soient debordés, le personnel est professionnel ! Et contrairement a ce que j'ai pu lire un peu partout, l'infirmière et les docteurs ont étés d'un énorme soutien, ils ne m'ont pas jugés, ni fait aucunes remarques explicites, à l'écoute et objectif le tout m'évitant de fondre en larmes… , je ne suis pas pour l'IVG à la base (attention je pèse mes mots, je ne suis pas extrémiste pour un sou) , car me permettre de décider de la vie ou la mort d'un être m'affecte beaucoup. Tout cela pour vous dire, que les crampes au ventre, ont été pour moi des contractions comme lorsque les règles sont douloureuses (vous savez celles qui vous donne envie de vous allonger et de dormir…) aprés je pense que chacun n'est pas receptif de la même manière à la douleur, ce qui fais mal c'est l'idée que votre bébé s'en aille de son petit nid douillé… Autre chose, quand j'ai su que j'étais enceinte, je n'y ai pas cru jusqu'au bout, jusqu'a ce que tout à l'heure je me dise "ah ben oui il était bien là mon petit grain de sable… " Je me suis senti indigne, grosse, j'ai pris cela pour une intrusion, et j'avais honte de rensentir ça, puis au fil des jours en attendant l'ivg médicamenteuse, je me suis faite à ces changements, on commence même a se poser les questions légitimes : "quand es-ce qu'il naitrait ? Une fille ? Un garçon ? La couleur de son papa ? Les cheveux frisés ? " et le plus horrible, c'est de renoncer à la joie que devrait procurer l'arrivée d'un enfant. Pour ma part (car je ne parle qu'a mon nom) , j'éspère un jour être digne d'être maman, de pouvoir vivre pleinement cette expérience, d'avoir l'homme que j'aime ravie et épanouie d'avoir son petit bout de choux, que se soit voulut décidé, que cet enfant naisse aimé par ses parents, sa belle famille, qu'il puisse manquer de rien… On se laisse souvent envahir par l'idée que en 9 mois on a le temps de trouver l'appartement avec son compagnon, de deplacer des montagnes pour ce bébé qui n'était pas prévu, qu'a 20 ans c'est ridicule d'y renoncer… et pourtant, j'ai préferé faire une malheureuse (moi) que 5 malheureux, ma famille, mon ami et le bébé, qui serait arrivé dans un climat plein d'amertume et de retissance. Je ne regrette pas, car il ne faut rien regretter dans sa vie, sinon vous ne vivez plus, simplement des remords que ma pilule m'est tellement fait d'effet secondaire que je l'ai arretée et que le temps d'avoir un RDV chez le gynéco il était trop tard, là ou j'ai mal c'est au coeur… le pire c'est que c'est un mal dont on est responsable, alors enlevons les tabous de l'IVG, les filles c'est trés frustrant d'avorter, sa déchire le coeur, mais je vous promets que ce n'est pas insurmontable, et que des deceptions et des choix a contre-coeur on en fera malheureusement d'autre… Et un jour avec beaucoup de patience, de recul, de travail et d'amour, on aura sans doute la chance d'avoir des enfants, qu'on aimera tendrement, parce qu'on aura connu la perte et le renoncement d'une partie de nous. Pour toutes celles qui peine à s'en remettre tout ce que je peux vous conseiller, c'est de ne pas en vouloir à la terre entière, de vous fixer des objectifs, de vous investir dans des domaines qui vous plaisent, un sport, vos études, votre profession, votre famille, votre passion, votre couple… et surtout ne vous isolez pas ! Parlez-en même si vos copains vous demande de "changer de sujet" même si vos copines ne savent pas ce que sa fait, même si vous croyez vos parents fermés à ce sujet, restez ouverte et sachez qu'objectivement vous finirez par l'avoir votre petit, pour celle qui ne regrette pas et qui le vive "bien", ou qui se disent que c'est mieux ainsi, ne vous sentez pas fautive ou insensible, acceptez l'idée que ce n'était pas le bon moment… IMPORTANT : dés que vous avez un doute que vous pensez être enceinte, faites un test, une prise de sang, une échographie vaginale… bref, et prenez le temps de la réflexion, même si souvent la première réaction c'est de sauter sur le téléphone pour savoir quelles démarches faire… pour info, vous pouvez contacter votre PMI, votre GYNECO, les urgences GYNECOLOGIQUE, les cliniques et centre pratiquant l'IVG (dans le 94 il y'en a a Antony, CHU de bicètre, Ivry-sur-Sine…) demandez de l'aide ! Et surtout essayons de prévenir plutôt que guerrir… Voila, tout cela n'arrive pas qu'au autre, chaque histoire est différente, particulière, complexe… surtout ne perdez pas goût en l'amour, la vie, la sexualité, le plaisir, les rêves… On aura notre bonheur un jour aussi. Bon courage a toutes celles et tout ceux concernés ! Désolé pour toutes les fautes d'orthographes, j'ai mis mon témoignage "à chaud".
  Lire la suite de la discussion sur france5.fr


252200
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Les portraits (dessins) de nos anges ❤

image

Bonjour, venant de découvrir que malheureusement, je n'était pas la seul a avoir perdu un ange. Mon histoire grossesse avec des soucis comme toutes mes grossesses. Ma petite puce était prevue pour le 22 septembre, hospitaliser le 10 et 11 juillet...Lire la suite

Ivg medicamenteuse : vos temoignages

image

Bonjour je viens moi aussi vous raccontrer mon histoire. J'ai 28 ans deux enfants un de 3 ans et un de 7 mois je suis en instance de divorce et en ce moment au chômage. Nous sommes en très bon termes avec mon ex mari. J'ai eu une liaison il y a peu...Lire la suite


 

Témoignages vidéos
Mon avortement
Sur le même thème
Mon avortement 3 ans après
IVG: mon histoire
Voir tous les  autres témoignages