Histoire vécue Grossesse - Bébé > IVG-IMG      (65535 témoignages)

Préc.

Suiv.

Thérapeute qui refuse de se positionner sur le pardon?

Témoignage d'internaute trouvé sur psychologies - 11/11/10 | Mis en ligne le 27/04/12
Mail  
| 63 lectures | ratingStar_247306_1ratingStar_247306_2ratingStar_247306_3ratingStar_247306_4
Bonsoir, J'étais une habituée de ce forum il y a quelques années, je suis revenue y faire un coucou il y a peut-être un mois. Et je reviens ce soir parce que je vis quelque chose de dur qui me perturbe beaucoup. Comme ceux qui me connaissent le savent, j'ai été très durement et très longtemps maltraitée par mes parents, qui me menaçaient encore de violences physiques quand à 23 ans j'ai coupé les ponts pour me protéger d'eux. J'ai maintenant 29 ans, des années de thérapie derrière moi, tout va beaucoup mieux, j'ai retrouvé un équilibre dans pas mal de domaines, je me suis stabilisée, je suis sortie de la survie et ça fait du bien ! Mais je réalise que je n'ai jamais osé poser certaines questions à ma psy. En lisant le dernier livre d'Alice Miller (elle écrit sur les maltraitances infantiles) , je suis frappée parce qu'elle dit qu'un ancien enfant maltraité devrait demander au psy qu'il rencontre de dire clairement sa position quant-au fait de devoir pardonner ou non à ses parents. Parce que selon elle, de nombreux psys sont encore soumis à leurs propres parents et poussent les patients, tôt ou tard, à oublier les souffrances que les parents leur ont fait subir et à ravaler leur colère, prétendument pour "passer à autre chose", tourner la page, grandir, etc. Alice Miller dit que c'est de la connerie et qu'il ne faut jamais demander à un ancien enfant maltraité de pardonner à ses parents, que c'est violent. Elle dit qu'il est normal, quand on a beaucoup souffert de ses parents et qu'on l'a compris, de ne pas leur pardonner. Et quand je lis cela, je me sens bien, et je prends cette sensation au sérieux. Et donc comme ça me chiffonnait et que ma psy avait rapidement glissé une ou deux phrases sur le pardon ici ou là, je me suis jetée à l'eau et je lui ai demandé clairement quelle est sa position sur le sujet. Hé bien elle a… Refusé de me répondre! Elle m'a renvoyé la balle en me demandant ce que moi j'en pensais. J'ai insisté et alors elle m'a dit que ma question était infantile ! Ça m'a déplu, je lui ai répondu que non, lui poser cette question n'est pas du tout infantile, c'est ne pas avoir osé lui poser plus tôt qui l'est ! Je suis alors passée par un autre angle, je lui ai expliqué que étant donné que le thérapeute pousse son patient dans des directions qui lui semblent souhaitables (ce qu'elle m'a dit d'autres fois) , j'avais donc BESOIN de savoir si un jour elle essaierait de me pousser à pardonner à mes parents. Elle m'a dit que non, jamais elle n'essaierait de me pousser à leur pardonner. Bon ok, ça c'est mieux que rien comme réponse. Mais ensuite elle a ajouté qu'elle m'aidait à trouver mes propres réponses et qu'elle ne m'imposait pas les siennes (jusque là on est ok) , et que si je voulais rester en colère toute ma vie, c'était mon choix ! Là je l'ai super mal vécu… Heu, comment ? Parce que je dis que je ne veux pas pardonner à mes parents le mal qu'ils m'ont fait vous me dites que ça équivaut à rester en colère toute ma vie ? et dire ça, ça n'est pas une façon de m'inciter à pardonner, peut-être, en dévalorisant toute autre choix ? Bref, je me suis sentie mal-à-l'aise (ce que je ressens d'ordinaire face à une attitude pas claire et manipulatrice) , et effrayée. Et en colère aussi. Depuis je ressens dans la poitrine une sorte de brûlure, je ne sais pas ce que ça veut dire, ça me rappelle quand même des sensations connues lors de mes maltraitances, ce qui me fait très peur… Bref, voilà, qu'en pensez-vous ? Est-ce que ces signes me disent que je suis en danger avec elle, qu'elle va me manipuler et m'agresser jusqu'à ce que je pardonne à mes parents, même si elle prétend le contraire ? Sachant qu'elle a déjà eu une attitude manipulatrice il y a un an de cela, elle refusait absolument que je critique son collègue, qui est pas net et avec qui je me sentais (à juste titre) très mal. Qu'est-ce que vous en pensez ? Est-ce infantile de demander à son thérapeute quelle est sa vision sur certains sujets de la vie qui nous touchent ? Est-ce légitime de sa part de refuser de répondre ou bien est-ce que juste elle se protège et que j'ai atteint ses limites ? Est-ce que je peux faire quelque chose de plus pour obtenir avec elle ce dont j'ai besoin ou est-ce qu'il ne me reste qu'à me casser ? Merci de m'aider, je suis dans tous mes états, j'ai avancé beaucoup avec son aide, elle m'a d'ailleurs beaucoup soutenue dans ma prise de consciences des maltraitances, mais ce type de réponses à mes questions sur le pardon je ne les sens vraiment mais VRAIMENT pas. J'ai l'impression d'avoir vu quelque chose de malsain en elle et de devoir faire comme si je n'avais pas vu, une fois de plus, si je veux continuer à la voir et qu'elle ne m'agresse pas… Toute ma vie avec mes parents !! Sachant qu'elle m'a dit à maintes reprises que je pouvais tout lui dire, que c'était notre deal… Bise à tous et merci d'avoir lu mon message. DianeFanny.
  Lire la suite de la discussion sur psychologies.com


247306
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Les portraits (dessins) de nos anges ❤

image

Bonjour, venant de découvrir que malheureusement, je n'était pas la seul a avoir perdu un ange. Mon histoire grossesse avec des soucis comme toutes mes grossesses. Ma petite puce était prevue pour le 22 septembre, hospitaliser le 10 et 11 juillet...Lire la suite

Ivg medicamenteuse : vos temoignages

image

Bonjour je viens moi aussi vous raccontrer mon histoire. J'ai 28 ans deux enfants un de 3 ans et un de 7 mois je suis en instance de divorce et en ce moment au chômage. Nous sommes en très bon termes avec mon ex mari. J'ai eu une liaison il y a peu...Lire la suite


 

Témoignages vidéos
Mon avortement
Sur le même thème
Mon avortement 3 ans après
IVG: mon histoire
Voir tous les  autres témoignages