Histoire vécue Grossesse - Bébé > IVG-IMG      (65535 témoignages)

Préc.

Suiv.

Un 14 mai en france

Témoignage d'internaute trouvé sur femmeactuelle - 14/05/10 | Mis en ligne le 02/05/12
Mail  
| 96 lectures | ratingStar_249753_1ratingStar_249753_2ratingStar_249753_3ratingStar_249753_4
Chapelon a écrit / envoyé : UN 14 MAI EN FRANCE at 14/05/2010 0339. Ce document existe en version intégrale pour les Amis d'Hérodote 14 mai 1610 : Assassinat d'Henri IV. Le 14 mai 1610, le roi de France Henri IV (56 ans) se rend à l'Arsenal, à l'est de Paris, auprès de son ami Maximilien de Sully, malade, lorsque son carrosse se trouve bloqué, rue de la Ferronnerie, par les embarras de la circulation. C'est alors qu'un colosse du nom de François Ravaillac monte sur le marchepied et l'assassine de plusieurs coups de couteau… À peine remis des terribles guerres de religion, le royaume se voit confier au fils aîné du souverain assassiné, un enfant de 9 ans, Louis XIII. Sa mère Marie de Médicis se fait accorder la régence jusqu'à sa majorité, à l'âge de 14 ans. Livrée à l'influence de sa soeur de lait, la Galigaï, une intrigante mariée à l'ineffable Concino Concini, elle écarte Sully et les vieux ministres de son mari, les "barbons" . Les grands seigneurs ne tardent pas à se rebeller et contraignent le roi et sa mère à ouvrir des états généraux à Paris le 27 octobre 1614. Trois ans plus tard, le roi, dans un accès d'autorité, fait assassiner Concini. Son règne commence vraiment… Joccaire. Webs. Com. Un roi mal à l'aiseUsé par une vie pleine de rebondissements extraordinaires, le roi peut en ce début d'année 1610 regarder avec quelque satisfaction l'oeuvre accomplie. Mais lui-même souffre de sa mésentente avec la reine Marie de Médicis et de grands seigneurs lui tiennent rigueur de la paix conclue entre protestants et catholiques. Et voilà que la situation internationale se corse avec un projet de guerre contre les souverains catholiques d'Espagne et d'Autriche, dont les troupes menacent les frontières du royaume. Des prêtres manifestent leur opposition à ce qu'ils considèrent comme une nouvelle trahison du roi. Parmi leurs auditeurs, un jeune homme de 32 ans, né à Angoulême dans une famille pauvre et très pieuse. C'est un colosse à la barbe rousse, aux yeux clairs et profonds. Il a nom François Ravaillac. En 1609, Ravaillac monte à Paris, à pied, pour éliminer celui qu'il considère comme un "tyran" . Au passage, dans une auberge, il vole le couteau dont il se servira pour tuer le roi… Complot ou acte isolé ? Le 14 mai 1610, le roi quitte donc le Louvre pour rendre visite à son ami Sully dans sa résidence de l'Arsenal, à l'est de Paris. Dans la matinée, le roi manifeste son agitation. Complots, prédictions de voyantes, tourments amoureux,… "Mon Dieu, j'ai quelque chose là-dedans qui me trouble fort" , murmure-t-il. En début d'après-midi, il part enfin en carrosse, avec à ses côtés quelques compagnons dont le duc d'Épernon. Il n'a pas jugé nécessaire que la garde à cheval l'escorte. Voilà le carrosse bloqué, rue de la Ferronnerie, près des Halles et du cimetière des Saints-Innocents, par une charrette de foin qui barre la rue. Les valets qui se tiennent sur le marchepied du carrosse quittent celui-ci pour faire écarter la charrette. Ravaillac, qui n'attendait que cela, se hisse sur un rayon de la roue. Passant le bras par-dessus le duc d'Épernon, il frappe le roi à la poitrine de plusieurs coups de couteau. Il est aussitôt maîtrisé et traîné dans un hôtel voisin puis à la prison de la Conciergerie. Trop tard. Henri IV meurt tandis que le carrosse rebrousse chemin jusqu'au Louvre. Ravaillac est prestement jugé et, en tant que régicide, écartelé en place de Grève (l'actuelle place de l'Hôtel de ville) , à Paris. De. Academic. Ru. Merci Chapelon de m'ouvrir la voie. Henri IV, mort il y a 400 ans et plus superstar que jamais. Le Monde. Ce soir à Paris, au Pont Neuf… 2artgallery. Com. Vendredi 14 mai au soir, les Parisiens pourront découvrir, sur le pont Neuf, un Henri IV à cheval, déguisé par le couturier Jean-Charles de Castelbajac en "Seigneur du cosmos" et brandissant une épée bleu fluo à la façon d'un Jedi dans La Guerre des étoiles. A 22 heures précises, la statue équestre qui trône sur le plus vieux des ponts parisiens se transformera en vaisseau spatial mis à feu par un jeu pyrotechnique spectaculaire. Le motif de cette cérémonie, qui doit être présidée par le ministre de la culture, Frédéric Mitterrand, et le maire de Paris, Bertrand Delanoë ? Le 400e anniversaire de la mort d'Henri IV, assassiné le vendredi 14 mai 1610 à l'âge de 56 ans. Pour les couche-tôt ou ceux qui ne sont pas sensibles à l'idée de M. De Castelbajac d'"installer le roi chevalier dans la mémoire collective d'une génération bercée par la conquête de l'espace", il sera toujours possible d'honorer autrement la mémoire du seul roi de notre histoire pleinement adoubé par la République. La première solution est de se rendre à 9 h 30 le matin rue de la Ferronnerie (Paris-1er). Une gerbe y sera déposée là où le monarque fut poignardé dans son carrosse par François Ravaillac, ce catholique de 32 ans qui ne lui avait pas pardonné sa politique de réconciliation entre catholiques et protestants, symbolisée par la signature de l'Edit de Nantes en 1598. Une deuxième solution est d'assister à la messe pontificale qui sera célébrée à 11 heures à la basilique de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) , là même où le roi abjura la religion protestante, en 1593, et où son tombeau fut profané pendant la Terreur, en 1793. Pour les mauvais élèves qui auront manqué les cérémonies du 14 mai, des sessions de rattrapage sont toutefois prévues dans toute la France jusqu'à la fin de l'année pour célébrer le roi qui reconstruisit le pays après avoir mis un terme aux guerres de religion. Au menu : des conférences, des colloques, des concerts, quelques poules au pot géantes et, bien sûr, des expositions. Comme à Pau (Pyrénées-Atlantiques) , où le château natal d'Henri de Bourbon évoque jusqu'au 30 juin les liens que tissa le roi, par l'intermédiaire de son épouse Marie de Médicis, avec la cour du grand-duc de Toscane. De nombreuses parutions, enfin, accompagnent cette déferlante commémorative. Pour ceux qui aiment le genre "faites entrer l'accusé", le livre le plus stimulant est celui de Jean-Christian Petitfils, qui rouvre le dossier Ravaillac en donnant du crédit à la thèse d'un acte commandité par l'archiduc des Pays-Bas, Albert de Habsbourg (L'Assassinat d'Henri IV, Perrin, 2009). Ceux, en revanche, qui s'intéressent plutôt aux prouesses du "Vert Galant", se plongeront avec délice dans sa correspondance amoureuse, dont deux éditions viennent de paraître (Lettres d'amour d'Henri IV, France Empire, 230 p., 18 €, et "J'ai tellement envie de vous… ", Tallandier, 252 p., 21 €). Photos. Linternaute. Com. Linternaute. Com. Commons. Wikimedia. Org. Flickr. Com. Flickr. Com. Imagesdubeaudumonde. Com. Leblase. Net Un moineau de Paris. C'est avec un réel plaisir que j'ai complété, au goût du jour, le post de Chapelon que je ne remercierai jamais assez pour son travail. Merci à toutes et BONNE JOURNEE… mi-ensoleillée pour moi. Bises de michoo.
  Lire la suite de la discussion sur femmeactuelle.fr


249753
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Les portraits (dessins) de nos anges ❤

image

Bonjour, venant de découvrir que malheureusement, je n'était pas la seul a avoir perdu un ange. Mon histoire grossesse avec des soucis comme toutes mes grossesses. Ma petite puce était prevue pour le 22 septembre, hospitaliser le 10 et 11 juillet...Lire la suite

Ivg medicamenteuse : vos temoignages

image

Bonjour je viens moi aussi vous raccontrer mon histoire. J'ai 28 ans deux enfants un de 3 ans et un de 7 mois je suis en instance de divorce et en ce moment au chômage. Nous sommes en très bon termes avec mon ex mari. J'ai eu une liaison il y a peu...Lire la suite


 

Témoignages vidéos
Mon avortement
Sur le même thème
Mon avortement 3 ans après
IVG: mon histoire
Voir tous les  autres témoignages