Histoire vécue Grossesse - Bébé > Jumeaux, triplés      (600 témoignages)

Préc.

Suiv.

J'attends des jumeaux et j'ai un peu peur

Témoignage d'internaute trouvé sur famili
Mail  
| 760 lectures | ratingStar_52357_1ratingStar_52357_2ratingStar_52357_3ratingStar_52357_4

J'étais tellement préoccupée par le risque de grande prématurité que je ne me faisais pas vraiment de soucis pour ce qui se passerait après la naissance, et je ne me posais pas la question de savoir si je saurais assurer, de toute façon on n'a pas le choix, il faut bien faire face. Je crois que cela m'a vraiment aidée ensuite à relativiser effectivement les moments difficiles.

Les trois premiers mois ont été assez durs, on a l'impression de ne faire que ça (biberons, changes, bains) et c'est vrai qu'il faut gongler certains jours pour arriver ne serait-ce qu'à se laver et manger entre deux biberons, crises de colliques…

J'ai eu néanmoins la chance d'avoir des enfants qui ont assez vite eu un rythme assez régulier, n'ont jamais trop posé de soucis la nuit, en fait je me levais une fois un grand moment pour les deux à la fois au milieu de la nuit (de 4 H - 4 H 30 à 5 H 5 H 3O). Je n'ai rien fait pour cela, ils étaient ainsi faits que la plupart du temps, je finissais avec l'un que l'autre réclamait. Ce qui m'a permis de ne jamais avoir de nuits trop difficiles puisque je dormais déjà un certain temps avant et que je me recouchais ensuite. Ils se rendormaient en général sans difficulté, l'un des deux un peu difficilement entre 1 mois et 2 quelquefois, mais cela n'a pas duré.

Je précise que je me suis toujours efforçée de leur donner le biberon dans les bras, chacun leur tour, en essayant de faire patienter celui qui en était le plus capable au moment M, plutôt que de câler les biberons ou les donner ensemble dans les transats. Mais je l'ai fait bien sur quand vraiment ils pleuraient en même temps, que je n'avais pas le temps de faire autrement. J'ai commençé à leur donner vraiment en même temps quand ils ont été assez grands pour bien tenir dans les transats, les chaises hautes, en fait, lors de la diversification, et quand ils ont eu vraiment le même rythme.

Et là c'était un peu une cuillière chacun son tour.

A partir du moment où ils ont été à quatre repas par jour, et qu'ils ont fait les nuits (quand ils ont eu atteint en fait à peu près 5.5 Kgs) j'ai trouvé cela "presque" facile jusqu'à 1 an, car ils mangaient bien, dormaient bien, étaient plutôt calmes, peu malades, et avaient finalement le même rythme de sommeil et de repas. Je ne sais pas si c'est de la chance, si c'est naturel ou si c'est parce que je les ai "dressés" comme cela, mais ça facilite grandement les choses quand les deux ont effectivement un rythme similaire, sauf au tout début, où là je crois que cela nécessite vraiment d'être aidée, car on ne peut pas les faire patienter de la même manière que quand ils sont plus grands.

A partir d'un an, avec l'apprentissage de la marche c'est devenu plus difficile, car ils courrent partout, touchent à tout… bref période difficile même quand on n'a qu'un enfant, alors deux…

Et puis je suis enceinte de presque huit mois d'un troisième bébé, alors évidemment ça me rend moins "opérationnelle" ! Je suis enceinte depuis qu'ils ont atteint leur 18 mois, au début de l'été dernier et c'est vrai que ce n'est pas de tout repos. Ils sont d'une vitalité débordante, ce n'est pas facile de les canaliser, j'ai quelquefois l'impression de ne rien pouvoir faire quand je suis seule avec eux, car dès que je les perds de vue ne serait-ce que 3O secondes, je suis à peu près certaine qu'ils font une bétise. Ils sont à la période du non, les repas sont quelquefois un peu "cauchemardesques" mais cela s'arrange car ils mangent de mieux en mieux seuls et je suis arrivée à ce qu'ils mangent globalement assez bien à peu près de tout.

Une chose essentielle sur laquelle j'ai toujours été intransigeante : le coucher et le sommeil pour qu'ils sachent s'endormir et se rendormir au milieu de la nuit seuls sans appeler.

J'ai toujours fait attention à ne pas les prendre dans mon lit, même quand ils étaient malades, à intervenir le moins possible ou en tout cas le plus discrétement et rapidement possible quand ils pleurent après un cauchemar, parce qu'ils ont perdu leur sucette ou leur doudou (ben oui, j'ai cédé à la sucette, au moins pour dormir, c'est sur que ça aide énormément même si maintenant je commence à me demander quelles techniques il va falloir utiliser pour les en sevrer petit à petit). Je crois vraiment que c'est le fait que le coucher et les nuits se passent sans gros problèmes qui me permets de tenir le coup et de récupérer, sinon je crois que ce serait vraiment très très dur. Et puis comme ils font encore de bonnes siestes, ça laisse un peu de répit.

J'ai l'air de faire un tableau très sombre, mais en fait, il ne faut surtout pas tirer cette conclusion de mes explications. Je suis ravie d'avoir ces deux bambins et je bénis le ciel de ne pas avoir écouté le gynéco qui me conseillait une réduction embryonnaire au début de ma grossesse (il faut dire que c'était par crainte d'un accouchement très prématuré, donc pour "la bonne cause"). Je n'ai aucun regret de mon choix ni de celui d'avoir un troisième bébé.

Même s'ils ont des moments de disputes, ils commencent à avoir une complicité très drôle à observer, je pense que quand ils joueront vraiment ensemble je vais avoir des moments de paix royale plus qu'avec un seul enfant qui a peut-être plus besoin qu'on s'occupe de lui.

Je crois que les enfants jumeaux sont obligés par nécessité d'être plus autonomes très vite car on ne peut pas s'en occuper de la même manière qu'un enfant unique, ils apprennent très vite la "frustration" si importante semble-t-il dans l'éducation car on n'a pas le choix, on est souvent obligé d'en faire attendre un quand on s'occupe de l'autre et ils s'y habituent. C'est d'ailleurs ce qui m'a le plus "frustrée" moi aussi, et m'a donné envie d'avoir un troisième enfant, "unique" cette fois.

Dernière chose : je ne me suis jamais prise la tête à me dire : j'ai fait tant de câlins à l'un, donc il faut que j'en fasse autant à l'autre. J'ai toujours essayé simplement de répondre au mieux au besoin de chacun quand il l'exprime. De toute façon, ce sont deux enfants très différents, ils n'ont pas les mêmes caractères et donc pas forcément les mêmes besoins, cela se sent très tôt, et on adapte en fonction.
  Lire la suite de la discussion sur famili.fr


52357
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Bebe apres les jujus... - jumeaux, triples et plus...

image

Pour ma part pas de 3 ième non plus. Pourtant je m'étais toujours dit que j'aurais 2 grossesses mais non 2 bébés c'est bien. Je vais te donner un autre point de vue. Ma grand mère a eu des jumelles et 11 mois plus tard elle a eu une autre fille,...Lire la suite

Des jumeaux pour fevrier-mars ou avril 2013 et sans prise de tete !!!

image

Laeti, justement je me demandais comment tu vivais de nous lire, surtout ces derniers temps où la date du terme approche à grand pas pour pas mal d'entre nous, ça doit te remuer ! Mais tu n'est pas en cause, ce n'est pas toi qui n'a pas pu "les...Lire la suite


 

Témoignages vidéos
L'évolution de ma grossesse gémellaire
Voir tous les  autres témoignages