Histoire vécue Grossesse - Bébé > Prématurés      (362 témoignages)

Préc.

Suiv.

Bébé né prématuré mais maintenant tout va bien

Témoignage d'internaute trouvé sur france5
Mail  
| 1997 lectures | ratingStar_52123_1ratingStar_52123_2ratingStar_52123_3ratingStar_52123_4

Coucou les filles !

J'en profite que ma puce dorme encore pour passer vous voir.

Nuit courte mais il faudra s'y faire ! Déjà j'ai réussi à dormir 4h c'est pas mal !

Donc tout s'est très bien passé, j'ai eu un accouchement au top, mis à part le fait que je ne pensais pas du tout accoucher si tôt !

Donc le matin je me lève, 7h30: caleçon avec une tâche de liquide. J'avertis mon chéri et il essaie de se rassurer en me demandant si c'était pas de l'urine, ou de la transpi… J'en doute fort. Ça ne sent rien sauf la javel…

Nous partons pour la mater par acquit de conscience, mais tout le long du chemin on ne parle pas. Je tente de me rassurer, de me dire que ça peut pas être ça. En même temps je ne peux pas m'empêcher de penser "Et si c'était ça ? , comment allons-nous faire ? Rien n'est prêt, même pas ma valise… ".

Ah si ! La veille au soir j'ai eu une illumination et j'ai commencé a faire la chambre de Lola (tour de lit, commencer à laver le linge…).

On arrive à la mater. Une sf nous reçoit. Prélèvement. Première réponse "C'est pas sûr vous êtes limite". C'est l'angoisse qui monte et l'espoir que ça ne soit pas ça.

2° prélèvement : C'est bien ça pas de doute.

Je pleure, je demande comment on va faire. Je lui dis que je peux pas, je suis à 35 SA… Je demande si je peux au moins aller faire une valise. Elle répond qu'a partir de maintenant je suis hospitalisée et que je ne bouge plus d'ici. Elle parle aussi de déclencher l'accouchement. Je ne suis pas du tout prête dans ma tête… Le papa non plus. Je ne veux pas accoucher. Pas si tôt.

Je suis donc hospitalisée. J'envoie le papa et une amie me faire une valise et prendre les vêtements les plus petits pour Lola. Mais bon sang pourquoi je n'ai acheté que 3 mois et du 1 mois ?

Le lendemain, un médecin passe et me dit qu'on va me déclencher dans la journée. J'ai des contractions mais rien de régulier, pas de quoi faire vraiment avancer le shmilblik. Dilatation à 2. Je lui demande les risques pour la petite, je lui montre mon angoisse. Du coup il me dit qu'on laisse courir pour la journée et qu'on en reparle à midi pour voir si ça se fait seul.

J'attends. A midi on passe pour me dire que toutes les salles d'accouchement sont pleines. Le déclenchement sera pour le lendemain matin. J'ai peur, je ne veux pas qu'on m'enlève mon bidon avec ma puce, mais je commence quand même à me faire à l'idée. Des copines vont m'acheter des fringues de bébé en taille naissance. J'ai l'impression que c'est de la science fiction.

Pour couronner le tout mes parents sont au courant que je vais accoucher et ils débarquent à 22h dans ma chambre en gueulant que je ne pouvais pas accoucher, qu'il suffisait qu'ils me re-remplissent la poche des eaux !!!! Et qu'en gros c'était de ma faute si j'avais fissuré la poche des eaux. Je mets les points sur les i et ils se barrent en gueulant.

Mardi, le jour J. On me confirme qu'on me déclenche. Je me sens bizarre. Je prends des photos de mon bidon que j'aime tant. Je suis un peu triste mais maintenant j'ai accepté l'idée que ma puce allait être là dans quelques heures et je l'attends.

Je me prépare, je me mets en blouse, j'enlève mes bijoux, je me maquille, dernière coquetterie qui s'avérera bien inutile en fait, mais bon, on ne se refait pas !

10h?O?n me met directement en salle d'accouchement pour une question pratique. Je suis toujours à 2. Monito ok. Je lis des magazines qu'on m'a apporté. Je dis à mon chéri que ça risque de prendre beaucoup de temps et que du coup il pouvait venir à partir de midi (il travaille un peu à côté avec son cousin).

Le produit dans la perf fait effet, les contractions s'intensifient et se rapprochent.

Puis, la sf ma perce la poche des eaux et là c'était plus de la rigolade ! Je me suis vidée sur le lit, et elle m'annonce que là, le vrai travail commence. Je m'en suis vite aperçue… J'ai mal c'est affreux. Contraction toutes les minutes mais col à 3… ça s'annonce long. J'ai trop mal, je pleure et la sf me rassure en me parlant tout près, elle me masse la visage. Elle me rassure, elle est adorable.

L'anesthésiste se pointe et me pose la péri. J'ai envie de l'épouser. Pourtant Dieu sait combien il était moche ! Mais quel bonheur !!!!!!!!

Je ne sens plus rien !!!!! Le soulagement !!!!

12h : Chéri arrive en blouse et chaussons. Je n'ai plus mal. Il attend et trouve le temps long je crois. Moi aussi. On est tous les deux crevés et on tente d'estimer le temps que ça peut encore prendre. On calcule et on se dit pas avant minuit… On s'endort tous les 2.

L'anesthésiste repasse et demande à combien je suis. Je dis à 3. Il a l'air de dire "on est pas sortis de l'auberge". Je le dis à la sf en disant que ça n'avançait ptetre pas vite. Elle fulmine contre l'anesthésiste en disant qu'il n'avait rien à dire, surtout si c'était pour culpabiliser les mères.

Puis chéri part se prendre à manger à côté et quand il revient je suis à 5. J'ai très peur parce que je ne sens plus mes jambes et je suis obsédée par l'idée de péter ou carrément de faire sans m'en rendre compte. Je ne pense qu'à ça. Je suis super pudique là-dessus devant mon chéri et là, l'inévitable arrive, le petit bruit ! Lol.

Chéri et la sf essaient de dédramatiser mais je suis super gênée et honteuse. Bref.

Elle remet ses doigts pour voir et 15 min plus tard elle dit "vous êtes à 7". Le travail avance très vite.

15 min plus tard, elle dit "vous êtes à 9".

La pression monte, je stresse.

Le monito montre que la dilatation très brusque fait faire des baisses de rythmes cardiaques à ma puce. Du coup je fais que pleurer. J'ai peur. Peur pour elle, peur de mal faire, peur du scénario catastrophe qui défile dans ma tête. Je n'arrive plus à m'arrêter mais là encore mon chéri est génial et il trouve les mots malgré son stress. Il assure.

5 minutes après, elle appelle du personnel et déroule un drap par terre et elle dit "Dilatation complète, c'est le moment".

Et là je panique en disant que je ne sais pas comment on accouche ! Je n'ai jamais fait ça et pourtant je vais devoir le faire… Elle sort les étriers et je me mets en position.

Lola descend toute seule au fur et à mesure. La sage femme me dit qu'elle touche sa tête. Ça me paraît incroyable. Elle continue de descendre seule mais on décide de l'aider.

Elle me demande de pousser de toutes mes forces, ce que je fais. Je ne sais pas comment mais je force limite à m'en faire péter les veines. Je pousse 2 fois et elle me dit "mettez votre main entre vos jambes". Là je sens des cheveux. Je suis étourdie. C'est ma fille !!!! Je pousse encore 2 fois et ça y est !!!! Elle est là !

Je ne sais plus où je suis. J'hésite quelques secondes avant de la regarder. Peur de ce que je vais voir. C'est bête mais ce premier regard a été énorme. Je n'ai jamais ressenti ça avant. Je pleure, je ne m'arrête plus. Le papa est en larmes et nous regarde en pleurant. Il est étourdi lui aussi. On lui demande s'il veut couper le cordon, il ne sait plus ce qu'on lui demande mais dit oui.

Notre fille est magnifique. On se demande comment on a pu faire une merveille pareille. Elle est petite et ressemble à une poupée. Son visage n'est pas marqué et elle miaule comme un chaton !

Le plus beau moment de notre vie. On l'aime déjà à s'en exploser le coeur. Elle est déjà tout pour nous, notre trésor, notre beauté.

On me recoud (épisio de 1cm pour l'aider) et le papa me la ramène. Il est si fier avec sa puce dans les bras, lui qui n'avait même jamais approché un bébé, il se débrouille comme un chef. Dans ses yeux je lis son bonheur et sa fierté. Il a déjà pris des dizaines de photos d'elle. Elle pèse 2.225kg. Apparemment ça aurait été un gros bébé a terme.

J'ai malheureusement été séparée d'elle pendant 2 jours car elle est descendue en néonat' pour plus de sécurité.

Puis chambre mère enfant pendant 3 jours et me voilà !

Ma puce a eu des coliques pendant 2 nuits, et j'ai dormi 3h en tout depuis quelques jours.

Je suis crevée mais je l'aime même si on angoisse beaucoup avec le papa. Qu'elle bouge ou qu'elle ne bouge pas on angoisse. J'espère qu'on va y arriver à être parents. Vivement que tout se mette en place.
  Lire la suite de la discussion sur france5.fr


52123
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Consequences de la prematurite sur les comportements de l'adulte - psychologie et comportement

image

Bonjour moi aussi je suis une grande préma de 5mois et demi maintenant agée de 24 ans et demi et je pesait a la naissance 1kg et les medecin m'ont laisser sans oxygène que j'ai eu pendant 2 ans de 15h40 jusqu'au soir et du coup le médecin c'est...Lire la suite

Parents de prema - prematures

image

Bonjour, Etant moi même maman d'un petit garçon né à 33 SA + 1, en février 2011. Il va avoir 2 ans la semaine prochaine. Et si je peus t'apporter mon témoignage aussi. Tout d'abord, sache que la prématurité ce n'est pas beau du tout, c' est...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages