Histoire vécue Inclassable      (6752 témoignages)

Préc.

Suiv.

La police du string à Brazaville

Témoignage d'internaute trouvé sur bladi
Mail  
| 523 lectures | ratingStar_28967_1ratingStar_28967_2ratingStar_28967_3ratingStar_28967_4

Certains agents de police congolais arrêtent les jeunes femmes qui laissent leur string dépasser de leur pantalon. Une mode, inspirée des Etats-Unis et jugée indécente par Brazzaville. Les policiers qui interpellent les "contrevenantes" utilisent tous les moyens pour les décourager de recommencer. Des plus pédagogues aux plus violents.

Ils auront du boulot au Maroc…

Cachez ce string que je ne saurais voir. Depuis plusieurs mois, des agents de police du Congo Brazzaville interpellent les jeunes femmes qui laissent dépasser de leur pantalon ce sous-vêtement sexy. Cette mode n'est pas du goût des autorités, qui la jugent malsaine et potentiellement dangereuse pour l'ordre public. Sans l'interdire légalement, ils s'emploient à chasser cette coquetterie brocardée comme "déplacée" . Tous les moyens sont bons pour dissuader les contrevenantes : des cours d'instruction civique, aux insultes, en passant par les violences physiques.

C'est la faute aux Etats-Unis.

Ceux qui s'opposent au port du string ostensible accusent les vedettes américaines de détourner du droit chemin les Congolaises. "Des jeunes filles de 13 à 18 ans se lancent dans cette mode. Mais pas seulement : des femmes d'une trentaine d'années la suivent aussi" , certifie Béatrice, 40 ans. Comme la majorité des parents, elle est scandalisée par la visibilité que prend ce sous-vêtement et n'autoriserait jamais sa fille de 13 ans à adopter un tel style vestimentaire. Toutefois, elle considère que "cela constitue surtout un problème lorsque la fille est majeure. Dans ce cas, c'est un vrai manque de pudeur" .

Problème moral, donc, mais aussi social. La population estime qu'il y a deux types de femmes qui portent le string de cette façon. D'une part, les jeunes Congolaises qui veulent s'identifier aux chanteuses américaines, comme "Janet Jackson ou Madonna" . Dans ce cas, elles portent surtout la tenue incriminée pour sortir en boite de nuit. L'autre catégorie est celle des prostituées. "Elles rôdent autour des hôtels et des boites de nuits pour attirer et séduire les hommes" , explique Célestine Kouakoua, maire de Moungali, quatrième arrondissement de Brazzaville. Et d'ajouter que "les filles de bonne famille ne s'habillent pas de cette façon" .

Opération Espoir.

Afin d'encadrer cette mode jugée indécente, les autorités ont pris les devants. Des agents de police de l'Opération Espoir, lancée il y a quelques mois pour en priorité lutter contre le grand banditisme, peuvent interpeller les Congolaises "en infraction" . Bien que médiatisée, cette nouvelle fonction policière ne semble pas avoir fait grand bruit dans les plus hautes sphères politiques. Au cabinet du ministère de la Sécurité et de la Police, l'une des administrations en charge de l'Opération, on assure ne pas être au courant de ce que des agents de police arrêtent des jeunes filles pour ce motif. Mais on n'exclut pas qu'il puisse exister des cas isolés.

Des cas isolés, mais qui alimentent certaines conversations dans la rue congolaise. "Depuis que l'Opération espoir est entrée en vigueur, les filles qui portent des strings qui dépassent du pantalon sont parfois sévèrement punies. Elles peuvent être envoyées en prison ou frappées. Les policiers se montrent parfois vraiment méchants et brutaux si les filles protestent contre leur interpellation" , commente Rosalie, 41 ans.

Retour au "civisme"

Célestine Kouakoua n'a pas connaissance de ces méthodes violentes. "Dans mon arrondissement, il n'y a pas beaucoup de jeunes filles qui s'habillent de la sorte. Elles sont surtout aux frontières de ma circonscription. Mais quand les agents de police interviennent, c'est surtout pour les rappeler à l'ordre" , explique-t-elle. Un rappel à l'ordre qui peut prendre plusieurs formes. Un simple avertissement verbal, un détour par le commissariat, en passant par une amende ou l'obligation de suivre des cours d'instruction civique.

Les églises se sont jointes aux efforts des autorités. "Elles refoulent les femmes qui ne sont pas habillées comme il faut" , explique Béatrice. Ces mesures semblent être efficaces. "Je vois de moins en moins de filles qui portent le string dépassant de leur pantalon dans la rue" , assure Rosalie. A la chasse aux strings ostensibles, pourrait bientôt s'ajouter la chasse aux nombrils visibles. Les ventres trop dénudés sont également perçus comme indécents.

:-x.
  Lire la suite de la discussion sur bladi.net


28967
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Peau grasse help !!! - beaute de la peau

image

Coucou ! Moi j'ai la peau mixte à grasse, c'est vrai que de briller au bout de quelques heures, c'est chiant et je trouve ça inesthétique ! Par contre comme le dit Valleerriee, plus tu vas utiliser des produits matifiants censés réguler la...Lire la suite

Loups garous et compagnie jeu victoire des villas

image

Non, mon but premier est de delivrer le monde du fleau qui nous entoure ! (zelda se fait toujours embarquer la dedans ). Mais au cours de touutes les missions que j'ai (brillament ) accompli, j'ai sauver des tas de braves gens, dezingué des tas de...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages