Histoire vécue Perte d'un proche > Deuil      (1994 témoignages)

Préc.

Suiv.

Chacun a sa façon de faire son deuil d'un être aimé

Témoignage d'internaute trouvé sur doctissimo - 28/02/11 | Mis en ligne le 25/06/11
Mail  
| 366 lectures | ratingStar_215420_1ratingStar_215420_2ratingStar_215420_3ratingStar_215420_4

Comme l'a dit snoopy, il n'y a pas de méthode, chacun à sa façon de réagir en fonction de son caractère et de son rapport avec la personne décédée. Il y aura six semaines demain, ma femme nous a quitté d'une mort soudaine à l'âge de 41 ans. Moi aussi je me suis posé des questions, moi aussi je me suis demandé comment faire, moi aussi je me demande si j'arrive ou non à faire mon deuil. Ce qu'il y a, c'est que passé la première étape, celle de la souffrance brute, le deuil est un yoyo.

Parfois l'on va bien, parfois l'on est au plus mal. Alors oui, comme le dit Snoopy là aussi, il faut savoir profiter des moindres moments, savoir sourire et rire lorsque l'occasion s'en présente. Il faut surtout savoir le faire sans se sentir coupable, car il n'y a aucune culpabilité à continuer à vivre ; c'est hélas la triste réalité qu'il nous faut accepter. Cela fait cliché de dire, "vie, soit heureux, c'est de qu'il/elle aurait voulu", mais n'est-ce pas au bout du compte la vérité ? Alors maintenant que ton père n'est malheureusement plus là, il faut que tu trouves la force de vivre, d'être heureuse.

C'est plus facile à dire qu'à faire, je le sais, mais c'est en profitant de chacune des petites occasions que la vie nous apporte que l'on fini, je pense, par y arriver. Je voudrais cependant ajouter une chose à ce qu'à dit Snoopy. Ton père c'est suicidé, dis-tu. Il est donc probable que tu en sois toujours à la première étape, la souffrance brute. Lorsqu'une personne aimée nous quitte brusquement, cela laisse tant de questions sans réponses, tant de choses que l'on aurait voulu lui dire et qui maintenant tendent à tourner et retourner dans notre tête. J'ai vécu cela avec ma femme et, même si j'en ai vite pris conscience et ait réussi à évacuer certaines de ces questions, certains de ces propos, il en reste encore qui tournent dans ma tête, ce qui est normal. Dans ton cas cela doit être plus fort encore vue les circonstances de sa mort. Ce qui est important il me semble, c'est que tu ne gardes pas cela pour toi. Ce n'est qu'en exprimant toutes ces questions, en exprimant toutes ces choses, bonnes ou mauvaises, que tu aurais voulu lui dire, que tu arriveras peu à peu à surmonter la souffrance et à avancer dans ton deuil. Tu as l'embarras du choix pour cela. Tu peux en parler à un (e) ami (e) proche, à la famille, à ta maman, à tes frères et soeurs si tu en as, à un psy pourquoi pas, ou même ici après tout, ce forum est là aussi pour cela. Tu peux aussi en parler à ton père…

Je ne sais pas ce qu'il y a après la mort, je ne sais même pas s'il y a quelque chose, mais personnellement j'ai acheté un cahier dans lequel j'écris à ma femme. Peut-être me lit-elle de là où elle est, peut-être pas parce qu'elle n'est nul part, mais en tout état de cause, lui écrire me permet d'exprimer toutes ces choses qui sont restées en suspend à cause de sa mort et cela m'aide dans mon deuil. A toi de choisir la façon qui te semble la mieux, celle qui te ressemble le plus ; tu peux même en utiliser deux, trois, ou toutes, mais surtout exprime ce que tu as sur le coeur, cela t'aidera dans ton deuil.
  Lire la suite de la discussion sur doctissimo.fr


215420
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

26 ans mais beaucoup de mort autour de soi - deuil

image

Salut Guillermo, Je suis désolée pour tout ce qu'il t'arrive… Ce que tu racontes m'est familier. J'ai perdu ma grand-mère il y a un mois et je suis moi aussi angoissée. La spasmophilie est une manifestation de l'angoisse, je ne fais pas de...Lire la suite

Comment gerer le deces de ma mere - deuil

image

Bonjour. Mon histoire est un peu differente de la votre. J'ai perdu ma mere a l'age de 4 mois (elle n'avait que 30 ans). Jusqu'à envron 9 ans j'était une enfant enfermée sur moi même je parlai très peu et refusais de manger et je manquai de...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages