Histoire vécue Perte d'un proche > Deuil      (1994 témoignages)

Préc.

Suiv.

Comment guérir des carences affectives de l'enfance?

Témoignage d'internaute trouvé sur psychologies - 02/09/10 | Mis en ligne le 30/04/12
Mail  
| 2546 lectures | ratingStar_248773_1ratingStar_248773_2ratingStar_248773_3ratingStar_248773_4
Je suis dans le même cas que toi Val et je rejoins ton point de vue. Les carences affectives et la dépendance affective ont été les boulets que j'ai trainé derrière moi durant toute ma vie. La thérapie fut salutaire, je pense aussi partager ton point de vue de val concernant la thérapie, s'il n'y a pas de lâcher prise et de remise en question profonde, je ne pense pas qu'il y le déclic derrière. La thérapie, c'est tout un travail de longue haleine, où quelque fois il faut savoir se faire violence pour dépasser ses apprioris, ses propres certitudes, le soin discute de nos propres certitudes, de nos chères évidences. Il met à mal notre fonctionnement interne et va remettre en question tout ce qui déraille, tout ce qui nous dérange. Certains de nos fonctionnements nous desservent, c'est en interne qu'il faut faire du ménage et bien souvent on pose ses valises dans la douleur, on a rien sans rien. Comment guérir des carences affectives de l'enfance, c'est faire le deuil de cette enfance et enfin comprendre que l'adulte que nous sommes doit sortir de ces attentes de l'enfance car nous ne sommes plus des enfants. Le soin nous permet de nous envisager autrement que comme une boule de souffrance et rien d'autre. On peut s'envisager comme un adulte à part entière qui a compris son histoire et qui a pensé ses plaies pour vivre sa vie d'adulte libéré de ses chaines de l'enfance qui l'entrave et l'empêche d'avancer. Peut-être qu'une fois adulte il nous faut aller chercher nous même ce qui nous a manqué. En faire le deuil, c'est la première chose, le premier cadeau qu'on puisse se faire à soi même. La paix intérieure est un cadeau précieux. Etre enfin en paix, j'ai enfin trouvé le moyen d'y parvenir. J'ai toujours couru après cette paix intérieure sans jamais l'atteindre. En utilisant les mauvais moyens, je me suis perdue et malmenée moi même toute ma vie au nom de cette satanée quête existentielle de l'amour. En ce moment, je suis en plein dedans car je sens que je fais mon deuil de toutes ces attentes de l'enfance et que l'adulte et l'enfant intérieur ont fait la paix définitivement. Il n'y a plus de culpabilité, juste une vision des choses saines et claires, j'ai appris à faire le tour de la statue et contrôler ma névrose. Je ne suis plus dans le subir, bref je vis enfin pour moi, reconnectée à ce qui m'est essentiel et la vie est bien plus légère aujourd'hui. Je pense que nous avons tous le droit à nous donner le droit au bonheur, à vivre enfin heureux et libéré de ces carences et de leurs dégâts.
  Lire la suite de la discussion sur psychologies.com


248773
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

26 ans mais beaucoup de mort autour de soi - deuil

image

Salut Guillermo, Je suis désolée pour tout ce qu'il t'arrive… Ce que tu racontes m'est familier. J'ai perdu ma grand-mère il y a un mois et je suis moi aussi angoissée. La spasmophilie est une manifestation de l'angoisse, je ne fais pas de...Lire la suite

Comment gerer le deces de ma mere - deuil

image

Bonjour. Mon histoire est un peu differente de la votre. J'ai perdu ma mere a l'age de 4 mois (elle n'avait que 30 ans). Jusqu'à envron 9 ans j'était une enfant enfermée sur moi même je parlai très peu et refusais de manger et je manquai de...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages