Histoire vécue Perte d'un proche > Deuil      (1994 témoignages)

Préc.

Suiv.

Décès d'une mère : les médecins n'ont pas détecté à temps un AVC

Témoignage d'internaute trouvé sur doctissimo
Mail  
| 1037 lectures | ratingStar_217489_1ratingStar_217489_2ratingStar_217489_3ratingStar_217489_4

Ma maman vient de mourrir, parce qu'une équipe d'incompétents (médecin, infirmières et aide-soignants) ont tout fait pour qu'elle meurt. Mes circonstances sont extrêmements douloureuses et viennent s'ajouter à cette mort qui me laisse litéralement à moitié morte. Ma maman est morte mardi parce qu'un médecin incompétent et non pas fatigué à cause de ses heures de garde n'a pas détecté un Accident Vasculaire Cérébral alors que tous les signes étaient là, mais nous ne sommes pas médecins nous, et on ne nous a d'ailleurs même pas écouté. Ils n'ont fait le scanner qu'après presque 5 jours et 2h après que nous ayons envoyé un fax relatant tous les faits et nos constatations. Lorsqu'ils ont fait le scanner et qu'ils ont vu leur erreur, ils l'ont vite changé de clinique, ainsi ce sont les autres qui ont eu la charge de l'opération qui avait réussi, mais le traumatisme cranien était trop grave. Elle a survécu presque une semaine après l'opération avec des crises d'épilepsie et sous gardénal car aucun médicament contre l'épilepsie ne lui réussissait. S'il n'y avait pas eu tout ce retard pris avant de faire ce maudit scanner, le cerveau en lui-même s'était en quelque sorte réparé, deux jours après l'opération elle commençait à rebouger sa main gauche et ouvrait les yeux lorsqu'on l'appelait, elle essayait de répondre, mais avec tous les tuyaux qu'on lui avait mis, elle ne pouvait parler. De plus cet AVC est arrivé suite à une chute dans ledit "hopital privé" du lit la nuit, car on lui avait enlevé le bouton pour appeler ainsi que le fil pour allumer la lumière. C'est sa voisine de chambre qui est allée chercher les infirmières, qui dormaient et ne répondaient à aucun des appels. Elles étaient furieuses et ont disputé maman, car avec le bruit que tout cela avait fait, elles lui ont dit qu'elle empêchait tout le monde de dormir… !!!! Une honte… ! J'ai des instincts de meurtre ! Ont suivi des vexations de toutes sortes. Elles lui ont mis des couches (ma mère n'a jamais été incontinente) , et la nuit quand elle demandait a aller à la selle, on lui répondait : "ça suffit, on vous a mis des couches pour ça"!. Mon frère et moi-même avons prévenu les infirmières des différentes évolutions de la semaine dernière : le vendredi après midi, impossible de la réveiller, même le médecin n'y est pas arrivé, et c'était un signe d'AVC pourtant. Le lendemain son bras gauche avait des impulsions électrique, le dimanche ce bras était paralysé. Lorsque mon frère le disait aux infirmières la rponse était la suivante : "nous verrons lorsque nous le constaterons nous verrons et nous le noterons"… une aberration, nous avons vécu l'incompétence à un niveau aussi élevé que jamais je n'aurai cru que cela puisse exister. Nous avons su par les deux voisines de lit qui se sont succédées sur 6 jours dans cet hopital privé, l'attitude de l'équipe médicale vis à vis de maman… En fait dans sa chute maman avait dû heurter très violemment la tête d'après le neurochirurgien qui l'a pris en charge après son tranfert dans une autre clinique. Une demi heure après le scanner elle était transférée dans l'autre clinique. Comme elle prenait des anti-coagulants pour son coeur, il a fallut attendre 3 jours pour que l'INR redevienne normal. Elle était dans le service des réanimations avec deux visites par jour pour un total de 1h30, 1 personne à la fois… avec mon frère on se succédait. Elle a été trépanée mercredi 31 octobre en fin de journée. A la sortie du bloc elle a été prise de convulsions épileptiques. On lui a administré, je ne vous dirai pas quels médicaments, je ne connais pas, mais ce sont des médicaments contre l'épilepsie qui ne faisaient apparemment aucun effet escompté. Puis vendredi ils ont commencé à baisser ces médicaments, elle commençait à peine à émerger, (ouvrait les yeux quand on l'appelait) , samedi après un électro-encéphalogramme qui décrivait une activité électrique, c'est ce qu'on nous a dit, on l'a remis aux doses de départ au niveau des médicaments contre l'épilepsie. A partir de là c'était le vendredi en fin d'après midi, elle dormait, ce qui lui évitait certainement de souffrir, bien qu'à deux reprises, je lui ai vu une larme dans le coin de l'oeil. Ma mère avait 85 ans et devait avoir 86 ans le 29 novembre. Son coeur était fatiguée et tout à été fait pour la faire mourrir. Le neurochirurgien lui-même n'en revenait pas de sa résistance, elle voulait vivre. Ces gens incompétents et foncièrement méchants lui ont arraché sa vie, alors qu'elle avait une telle volonté de vivre, malgré tous les ennuis de santé qu'elle a pu avoir depuis 16 ans (5 cancers, 3 occlusions intestinales, un malaise cardiaque en début d'année) , elle s'en est toujours sortie car elle voulait vivre et profiter de la présence de ses enfants et de ses petits-enfants. Tout le monde peut faire des erreurs, OK, mais des erreurs qui entraînent la mort par incompétence avérée, car ils ne nous écoutaient même pas. Le médecin sait ce qu'il a à faire !!! Ou alors on nous répondait, mais je connais mon métier ! Ah oui ? Eh bien non ce sont des nuls méchants, et une émission à la TV mardi matin, maman est morte mardi après midi, montre qu'il y a des signes qui indiquent lorsqu'on est en présence d'une AVC et les signes étaient tous là. Maman est morte dans des souffrances parce qu'une équipe médicale incompétente l'a tuée/ Ils l'ont assassiné parce qu'ils ont raison et qu'ils est hors de question de leur dire ou de leur montrer ce qui se passe, ils savent, mais ils feraient mieux de savoir qu'ils sont incompétents pour le bien de tous. Ils harcèlent les personnes anciennes, car elles sont sans défense, il faut voir les traitements qu'ils leur font subir. Je ne peux pas comprendre cela. Je souhaite à toute cette équipe de se trouver un jour dans le cas de ma maman. Je ne sais pas comment je vais pouvoir continuer à vivre sans elle. J'ai eu 3 enfants qui sont grands, que j'adore, mais là c'est trop dur ce qu'ils lui ont fait, ce n'est rien d'autre qu'un assassinat. J'ai 61 ans, mais je me rends compte que peu importe l'âge auxquel nous perdons notre maman, nous sommes orphelines. Ses dernières paroles que nous avons échangé elle et moi. C'était mardi 30 octobre, j'essayais de la soutenir et de lui donner des forces en paroles notamment en lui disant que ce serait encore un mauvais moment a passer mais qu'elle en avait vu d'autres et que tout le monde était avec elle… elle m'a répondu qu'une seule chose : "mes enfants c'est toute ma vie" Mon autre frère en déplacement en Chine, arrive en urgence demain lundi. Nous avons retardé l'enterrement pour lui, elle sera enterrée mardi après midi. J'ai mal, avec mon frère nous passons certains moments à pleurer ensemble. Je ne sais pas comment je vais pouvoir vivre sans elle !
  Lire la suite de la discussion sur doctissimo.fr


217489
b
Moi aussi !
2 personnes ont déjà vécu la même histoire

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

26 ans mais beaucoup de mort autour de soi - deuil

image

Salut Guillermo, Je suis désolée pour tout ce qu'il t'arrive… Ce que tu racontes m'est familier. J'ai perdu ma grand-mère il y a un mois et je suis moi aussi angoissée. La spasmophilie est une manifestation de l'angoisse, je ne fais pas de...Lire la suite

Comment gerer le deces de ma mere - deuil

image

Bonjour. Mon histoire est un peu differente de la votre. J'ai perdu ma mere a l'age de 4 mois (elle n'avait que 30 ans). Jusqu'à envron 9 ans j'était une enfant enfermée sur moi même je parlai très peu et refusais de manger et je manquai de...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages