Histoire vécue Perte d'un proche > Deuil      (1994 témoignages)

Préc.

Suiv.

Deuil de son enfant

Témoignage d'internaute trouvé sur psychologies - 09/11/10 | Mis en ligne le 09/05/12
Mail  
| 390 lectures | ratingStar_252847_1ratingStar_252847_2ratingStar_252847_3ratingStar_252847_4
Bonjour Sandra. J'espère que mon message va te soulager et répondre à tes questions… il y a un tout petit peu plus d'un an, donc très récent nous étions une famille heureuse de 4, deux fils un de 18 ans et le second de 14 ans. Notre vie a basculé le jour où ns devions partir tous les 4 en vacances… un automobiliste n'a pas vu le scooter devant lui… des le début ns avons été trs très soutenus… décider malgré le chagrin, les souffrances de continuer à bosser, à tout de suite voir un ou des psys. Que ce soit mon mari ou moi même, des consults séparement. Continuer nos activités théatre, associations diverses… on donne l'impression d'hyperactivité mais c'est tellement important pour nous si conscients que la vie peut basculer à tout moment. On a jamais refusé la visite ou le soutien d'un ami mais nos choix de retrait quand on en ressent le besoin est à peu près respecté. Des le départ, on s'est dit que la vie est si courte, on l'aime encore… mais on doit se battre : on a donc su trouvé la force et l'energie de nous battre pour nous même, pour notre fils disparu qui aurait aimé nous voir réagir ainsi, et notre fils qui survit à cela. Contrairement à ce que peuvent dire certains psys, il n'y a pas de calendriers ou d'échéance dans les différentes étapes. Chacun en fonction de son vécu, avancera vers la résilience. Pas de calendrier qui peut culpabiliser à savoir si l'acceptation arrive trop tôt… ou si comme le cas de ton copain n'a pas encore abouti au bout de 14 ans. Le jour de la cérémonie mon mari et moi avons lu un texte et avons conclu qu'il faut désormais vivre avec ce deuil, et sans notre fils. Mais il nous manque terriblement et ce manque, terriblement pénétrant chaque jour depuis un an. Nous avons éffectué le voyage que nous devions faire ensemble récemment et ns n'avons pas regretté une seconde. Pour la première fois, ce n'était pas un échappatoire mais bien un voyage pour avancer vers l'avenir. Les 18 souvenirs de ces années de bonheur doivent nous accompagner mais non nous freiner. Tous ces souvenirs vont petit à petit recouvrir la douleur et les souffrances morales et physiques. J'espère t'avoir donné un peu d'espoir. Il faut que ton compagnon se fasse aider. La vie n'est pas facile pour soi quand on se noit dans le désespoir et du coup, on ne peut s'ouvrir à l'autre, à ses enfants qui ne demandent qu'une chose, un papa présent. Il doit se permettre de sourire à nouveau à la vie, à l'autre ; personne ne lui en voudra au contraire. Courage à bientôt.
  Lire la suite de la discussion sur psychologies.com


252847
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

26 ans mais beaucoup de mort autour de soi - deuil

image

Salut Guillermo, Je suis désolée pour tout ce qu'il t'arrive… Ce que tu racontes m'est familier. J'ai perdu ma grand-mère il y a un mois et je suis moi aussi angoissée. La spasmophilie est une manifestation de l'angoisse, je ne fais pas de...Lire la suite

Comment gerer le deces de ma mere - deuil

image

Bonjour. Mon histoire est un peu differente de la votre. J'ai perdu ma mere a l'age de 4 mois (elle n'avait que 30 ans). Jusqu'à envron 9 ans j'était une enfant enfermée sur moi même je parlai très peu et refusais de manger et je manquai de...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages