Histoire vécue Perte d'un proche > Deuil      (1994 témoignages)

Préc.

Suiv.

Faire le deuil d'un mari

Témoignage d'internaute trouvé sur psychologies
Mail  
| 1748 lectures | ratingStar_122896_1ratingStar_122896_2ratingStar_122896_3ratingStar_122896_4

Voilà exactement 4 ans aussi que mon ami est décédé d'une crise cardiaque. La violence de la "récupération" de certaines affaires par mes beaux fils, je l'ai très mal vécue. Même si je ne leur en veux pas, ils ont commis sans le savoir quelque chose de violent en venant se servir dans les cd de musique par exemple. Je ne me suis pas sentie seule : 2 semaines plus tard une amie m'a "trainée " dans un village du fin fond de l'atlas marocain. C'était le meilleur cadeau à me faire ; se sentir portée, maternée par la gentillesse et la sollicitude des gens, qui n'avaient pas la moindre idée de mon histoire mais juste qui avaient le réflexe de prendre soin, de protéger, de veiller à ce que tout se passe bien. Vraiment je serai toujours reconnaissante d'avoir organisé au pied lever cette semaine riche en rencontres pleines de forces de vie. Comment fait-on un deuil ? J'imagine que le seul point commun à chacun est que le temps passe minute après minute. Pour moi je compte deux ans d'état de sidération (il faut dire que 9 mois plus tard c'est mon père que est décédé) prostrée sur une chaise de cuisine en rentrant du boulot, sans pensée sans envie de quoi que ce soit et avec des crises de sanglots dans le silence de la nuit. Et j'ai beaucoup rêvé. Et ces rêves étaient beaux. Dans le premier rêve mon amoureux partait pour une croisière qui avait l'air superbe. Puis il a participé dans mes rêves à ma vie quotidienne. Et une nuit dans un rêve mon chéri a été très clair en me disant qu'il n'avait plus l'intention de revenir sauf en cas de vrai besoin ; je ne me suis pas réveillée de suite mais j'ai annoncé à tout le monde dans la suite du rêve que mon mari était mort et seulement là je me suis réveillée, je pleurais comme une enfant. Après l'envie de vivre est revenue. L'envie d'aimer à nouveau, de faire des projets. Mais en me trouvant freinée pendant encore longtemps par une immense fatigue après ces deux années passées à ne rien faire de ma vie. Aujourd'hui ça va pas trop mal. Je suis vaguement amoureuse ; j'ai acheté un sac à dos et un billet d'avion pour aller toute seule voir la forêt amazonnienne, un rêve d'enfance que je vais réaliser cet été ; oui, ça va ; l'amour ne meurt jamais, que ce soit celui de mon homme ou de mon père, c'est quelque chose qui restera en moi pour toujours, c'est une force pour avancer, je crois que c'est lorsque que l'on ressent cela que l'on a fait son deuil non ?
  Lire la suite de la discussion sur psychologies.com


122896
b
Moi aussi !
3 personnes ont déjà vécu la même histoire

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

26 ans mais beaucoup de mort autour de soi - deuil

image

Salut Guillermo, Je suis désolée pour tout ce qu'il t'arrive… Ce que tu racontes m'est familier. J'ai perdu ma grand-mère il y a un mois et je suis moi aussi angoissée. La spasmophilie est une manifestation de l'angoisse, je ne fais pas de...Lire la suite

Comment gerer le deces de ma mere - deuil

image

Bonjour. Mon histoire est un peu differente de la votre. J'ai perdu ma mere a l'age de 4 mois (elle n'avait que 30 ans). Jusqu'à envron 9 ans j'était une enfant enfermée sur moi même je parlai très peu et refusais de manger et je manquai de...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages