Histoire vécue Perte d'un proche > Deuil      (1994 témoignages)

Préc.

Suiv.

Il a étranglé ma soeur et son fils de 8 ans

Témoignage d'internaute trouvé sur psychologies
Mail  
| 559 lectures | ratingStar_122883_1ratingStar_122883_2ratingStar_122883_3ratingStar_122883_4

Il y a exactement 1 an aujourd'hui, le 23 octobre 06, qu'un drame s'est déroulé dans ma famille. Mon beau-frère 42 ans a tué en les étranglant ma soeur de 42 ans et mon neveu de 8 ans. Mon beau-frère s'est ensuite suicidé par pendaison. Cela s'est aussi passé de manière très violente. Les contacts avec les autres membres de ma famille -mes parents et mon autre soeur- se sont détériorés depuis ce drame. Même si cela est difficile à accepter, je peux comprendre que chaque personne vive son deuil d'une manière différente. Les contacts avec des ami (e) s et des collègues de travail n'ont pas été simples non plus, dans notre société, le thème de la mort est encore malheureusement fréquemment tabou. J'ai eu malgré tout la chance dès le début de toujours pouvoir parler ouvertement de ce drame. Je préfèrais en parler et non pas laisser courir des rumeurs. Afin de pouvoir parler librement à une personne neutre et professionnelle, j'ai entamé il y a 11 mois une psychothérapie. Même si la perspective d'une thérapie ne m'enchantait pas, un jour le besoin d'aide m'a poussé à prendre rendez-vous. L'aide du psy et le travail sur moi-même me permet, après un an de moments très difficiles, de commencer à reprendre goût à la vie. Je comprends très bien qu'après un mois et demi, la vie est très dure. Et c'est seulement avec le temps, que les choses peuvent commencer gentiment à s'améliorer. Il y a toujours des hauts et des bas, au début surtout des bas et en avançant dans le temps des petits hauts font leur apparition. C'est un long travail de deuil : accepter la mort de la personne, accepter de vivre avec des questions sans réponse, accepter que nous ne sommes pas coupables/que nous ne pouvions pas prévoir ce drame,… Et malgré toute la tristesse, la baisse de moral, la fatigue, la haine, la colère et tous les sentiments qui nous habitent, la vie vaut la peine d'être vécue.
  Lire la suite de la discussion sur psychologies.com


122883
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

26 ans mais beaucoup de mort autour de soi - deuil

image

Salut Guillermo, Je suis désolée pour tout ce qu'il t'arrive… Ce que tu racontes m'est familier. J'ai perdu ma grand-mère il y a un mois et je suis moi aussi angoissée. La spasmophilie est une manifestation de l'angoisse, je ne fais pas de...Lire la suite

Comment gerer le deces de ma mere - deuil

image

Bonjour. Mon histoire est un peu differente de la votre. J'ai perdu ma mere a l'age de 4 mois (elle n'avait que 30 ans). Jusqu'à envron 9 ans j'était une enfant enfermée sur moi même je parlai très peu et refusais de manger et je manquai de...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages