Histoire vécue Perte d'un proche > Deuil      (1994 témoignages)

Préc.

Suiv.

J'ai mal en apprenant la vérité

Témoignage d'internaute trouvé sur psychologies
Mail  
| 546 lectures | ratingStar_122810_1ratingStar_122810_2ratingStar_122810_3ratingStar_122810_4

J'ai sauté une classe et ayant perdu tous mes amis, je me suis rapprochée d'une petite fille qui avait plein de problèmes scolaires. On est devenues les deux meilleures amies du monde ! Il n'y avait qu'elle et moi dans notre bulle. Un jour, elle n'est pas venue à l'école. Et le dimanche, ma mère (à qui oh combien je reproche depuis ça tant de choses) s'est assise sur mon lit, en pleurant, le journal à la maison et m'a annoncé "Tu sais, ma chérie, dans la vie tu vas perdre des gens que tu aimes. C'est ainsi" Ma seule amie était morte. De peur que je fasse une dépression, les docteurs et mes parents ont choisi de me donner des médicaments. De fait, le jour de son enterrement, je ne pleurais pas, je ne savais même pas pourquoi tout le monde pleurait. Je lui ai lu un poème en souriant. Et son cercueil blanc est parti loin de moi mais moi, je n'ai pas eu le droit de l'accompagner. Plus tard, les cauchemars ont commencé. Personne ne m'avait dit la cause de sa mort. Bien sûr, j'avais capté des bribes de conversations à ce sujet. Et ça m'avait bouleversée. Mes parents me disaient "Elle est morte et puis voilà qu'est-ce que ça t'apportera d'en savoir plus ? " ; quand je pleurais "Arrête ça fait deux ans !!! Arrête sinon on t'envoie chez une psy !! " ; quand je faisais des cauchemars atroces "Non mais ça va pas ? " Alors je me suis tue. Et j'ai mangé mangé mangé jusqu'à grossir et devenir énorme. Mais là n'est pas le propos. J'ai fais le choix un jour de partir loin pour mes études. J'aurais pu le faire plus près mais sans la distance je n'aurais pas réussi à faire ceci : un an après mon installation, j'ai fait mes recherches et j'ai enfin su. J'ai eu le droit enfin de savoir qui l'avait tuée, quel était le nom de cet homme, qu'elle n'avait pas été la seule enfant, qu'il s'était suicidé quelques années après etc. Voilà, j'ai appris la vérité à 21 ans. J'en ai 23. J'ai mal. Comprendre ne semble pas suffire. En parlant avec mon conjoint, je crois comprendre que cette haine, cette colère, ce n'est pas forcément envers elle que je l'ai, elle qui a brisée mon innocence de petite fille en mourant violemment. C'est peut-être envers tous ceux qui pour me protéger m'ont enfermée dans un silence.
  Lire la suite de la discussion sur psychologies.com


122810
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

26 ans mais beaucoup de mort autour de soi - deuil

image

Salut Guillermo, Je suis désolée pour tout ce qu'il t'arrive… Ce que tu racontes m'est familier. J'ai perdu ma grand-mère il y a un mois et je suis moi aussi angoissée. La spasmophilie est une manifestation de l'angoisse, je ne fais pas de...Lire la suite

Comment gerer le deces de ma mere - deuil

image

Bonjour. Mon histoire est un peu differente de la votre. J'ai perdu ma mere a l'age de 4 mois (elle n'avait que 30 ans). Jusqu'à envron 9 ans j'était une enfant enfermée sur moi même je parlai très peu et refusais de manger et je manquai de...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages