Histoire vécue Perte d'un proche > Deuil      (1994 témoignages)

Préc.

Suiv.

J'ai perdu ma femme

Témoignage d'internaute trouvé sur doctissimo
Mail  
| 1092 lectures | ratingStar_200578_1ratingStar_200578_2ratingStar_200578_3ratingStar_200578_4

Que te dire en cette période où les mots des autres semblent ne plus avoir aucun sens ? Il y a sept semaines aujourd'hui, à une heure prêt, le médecin du SAMU venait me voir sur le palier pour m'annoncer que les pompiers et son équipe n'avaient rien pu faire pour sauver ma femme. Ce grand vide dont tu parles, ce voile terne qui s'est dressé entre toi et le monde, entre toi et tes pensées, tout cela et le reste, je le connais. L'image que je garde de la première semaine, c'est moi tournant en rond dans l'appartement en chialant comme un bébé et en suppliant pour qu'elle revienne, pour que l'on me rende ma femme. Jour et nuit c'est la seule chose que j'ai souvenir d'avoir fait durant cette première semaine… ça et souffrir… J'avais l'impression que cela ne s'arrêterait jamais, que cette douleur attroce qui vrille le corps, le tord dans tous les sens et en même temps le comprime plus que ne le ferait un étau… que cette souffrance s'était installée en moi pour toujours. J'avais l'impression que la vie n'avait plus aucun intérêt, que j'allais mener la mienne à son terme dans un univers gris dépourvu de soleil, de sourire et de… de tout ce qui fait que la vie peut valoir d'être vécue. Et puis voilà, avec le temps la souffrance s'est peu à peu, très peu à très peu, calmée, jusqu'à ce jour où elle a décidé, comme cela, de me laisser tranquille. Oh, elle n'est pas partie loin, elle revient de temps en temps, me laissant le souffle court et le coeur déchiré, mais ce n'est plus une souffrance continuelle. C'est tellement brusque cette façon qu'elle a de s'arrêter, qu'au début j'en ai eu honte… un soir je pleure toutes les larmes de mon corps et souffre comme si j'étais au coeur d'un volcan, et le lendemain il n'y a plus rien… comment avais-je pu faire un tel affront à ma femme ? Mais voilà, la vérité c'est que j'avais simplement avancé dans mon deuil, dépassé le stade de la pure souffrance pour arriver dans celui où il faut recommencer à avancer. C'est juste normal. Evidement, ce n'est là que mon réçit, que mon histoire, une histoire différente de la tienne. En partant, ma femme m'a laissé la responsabilité de nos deux enfants (15 et 9 ans) , alors forcément j'ai… comment dire cela ? Il y a des choses que je ne pouvais pas me permettre, d'autres que j'étais obligé de faire à un moment bien précis.
  Lire la suite de la discussion sur doctissimo.fr


200578
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

26 ans mais beaucoup de mort autour de soi - deuil

image

Salut Guillermo, Je suis désolée pour tout ce qu'il t'arrive… Ce que tu racontes m'est familier. J'ai perdu ma grand-mère il y a un mois et je suis moi aussi angoissée. La spasmophilie est une manifestation de l'angoisse, je ne fais pas de...Lire la suite

Comment gerer le deces de ma mere - deuil

image

Bonjour. Mon histoire est un peu differente de la votre. J'ai perdu ma mere a l'age de 4 mois (elle n'avait que 30 ans). Jusqu'à envron 9 ans j'était une enfant enfermée sur moi même je parlai très peu et refusais de manger et je manquai de...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages