Histoire vécue Perte d'un proche > Deuil      (1994 témoignages)

Préc.

Suiv.

Je n'arrive pas à faire le deuil de mon mari...

Témoignage d'internaute trouvé sur femmeactuelle - 22/06/11 | Mis en ligne le 30/03/12
Mail  
| 388 lectures | ratingStar_234125_1ratingStar_234125_2ratingStar_234125_3ratingStar_234125_4
Les différentes étapes du deuilLes étapes du deuil sont incontournables. Chacun y passe plus ou moins rapidement. Le deuil peut durer un à deux ans, mais parfois de nombreuses années. Tout dépend des circonstances, de notre histoire à chacun, de notre capacité à réagir… Le processus du deuil passe donc par plusieurs étapes. Le choc du deuil. Le moment du choc est une période de changement très profond. Il y a un avant et un après le deuil. Après, plus rien ne sera jamais comme avant. C'est le moment source du traumatisme. On se rappellera ensuite souvent tous les détails de ce moment, l'heure de la journée, la musique que l'on écoutait, les mots exacts qui nous ont appris la nouvelle du deuil… Tout cela restera gravé par l'émotion extrême qui nous tombe dessus à cet instant. Le déni du deuil. "Ce n'est pas vrai" ; "Ce n'est pas possible" . Le choc de l'annonce est si terrible qu'il nous est sur le moment impossible de l'accepter. Ce refus de la réalité est un mécanisme de défense qui nous permet de tenir le coup, de rester debout. Cette réaction est normale quand elle ne dure pas. Être confronté à la réalité de la mort, au corps de la personne décédée, peut être important pour passer ce cap. C'est un moment qui compte beaucoup pour les proches. La colère liée au deuilPourquoi lui ? Pourquoi moi ? Devant l'impossibilité de répondre à ces questions, la colère monte. Ce n'est pas juste. Comme il est impossible encore d'accepter le deuil, la colère survient, comme pour se battre, se défendre. La colère peut être tournée vers soi, vers la personne décédée (Pourquoi m'a-t-elle fait ça ? Pourquoi est-il parti ? ) , vers l'entourage ou l'équipe soignante… C'est un processus naturel et éprouver du ressentiment envers la personne que l'on a perdue n'est pas un signe de manque de coeur. Au contraire, c'est un signe de réactivité exacerbée. L'abattement, la tristesse du deuil. Les réactions affectives, exacerbées à la phase de colère, évoluent vers l'anesthésie affective. Elle permet de supporter la douleur. Le choc est passé, on n'est plus dans le déni, la colère s'en est allée, reste la tristesse très profonde. On peut alors pleurer, faire des rêves qui parlent de l'absence. La souffrance est liée à la conscience réelle de la perte que l'on a subie. Cette période se produit parfois assez longtemps après le deuil lui-même, parfois quelques années si l'on est longtemps resté aux stades précédents. Les rites sont alors souvent d'un grand soutien pour continuer à avancer. Ce stade peut aller jusqu'à la vraie dépression, avec parfois un désir de mourir pour rejoindre la personne que l'on a perdue. Le retour progressif à un état émotionnel normal, l'acceptation. Progressivement, l'humeur se régularise. La personne en deuil retrouve par moment son goût de vivre. Elle peut, petit à petit, penser à la personne disparue, avec tristesse mais avec de moins en moins de douleur insupportable. Et puis, elle est capable de recul pour penser à la fois aux qualités et aux défauts de la personne décédée. C'est normal que tu te sentes triste ma tidoudy, pour faire le deuil de ton mari tu dois passer par 4 étapes , Le choc, le dénie, la colère, la tristesse. Tu en arrives à la tristesse, l'abattement la déprime. La tu vois tu devrais voir ton médecin, qu'il te donnes quelque chose pour t'aider. Après viendra la sérénité. Je me doute que c'est dur pour toi, ma soeur a perdu son mari il y a 5 ans et elle va au cimetière tous les jours, elle a pris un petit chien pour lui tenir compagnie ce qui l'oblige à sortir elle voit ainsi du monde. Courage ma tidoudy, tu vas y arriver et reviens nous faire tes bisous sur fa.
  Lire la suite de la discussion sur femmeactuelle.fr


234125
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

26 ans mais beaucoup de mort autour de soi - deuil

image

Salut Guillermo, Je suis désolée pour tout ce qu'il t'arrive… Ce que tu racontes m'est familier. J'ai perdu ma grand-mère il y a un mois et je suis moi aussi angoissée. La spasmophilie est une manifestation de l'angoisse, je ne fais pas de...Lire la suite

Comment gerer le deces de ma mere - deuil

image

Bonjour. Mon histoire est un peu differente de la votre. J'ai perdu ma mere a l'age de 4 mois (elle n'avait que 30 ans). Jusqu'à envron 9 ans j'était une enfant enfermée sur moi même je parlai très peu et refusais de manger et je manquai de...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages