Histoire vécue Perte d'un proche > Deuil      (1994 témoignages)

Préc.

Suiv.

Je n'arrive pas à surmonter la disparition de ma mère

Témoignage d'internaute trouvé sur doctissimo - 14/03/11 | Mis en ligne le 29/07/11
Mail  
| 685 lectures | ratingStar_217713_1ratingStar_217713_2ratingStar_217713_3ratingStar_217713_4

Je repasserai plus tard pour vous expliquer peut-être un peu mieux les choses mais là j'ai vraiment besoin de les dire : j'ai 28 ans et ma maman, qui en avait 60, est décédée le 14 février dernier. Elle m'avait élevée toute seule, elle était formidable, on avait une relation assez fusionnelle mais très équilibrée faite de beaucoup de conversations/papotages, de rires, de complicité etc. Le 28 avril prochain, ça fera 4 ans que mon papa est mort. Lui était compliqué, ne m'a pas élevée du tout, mais je l'aimais énormément et c'est grâce à maman qu'il n'est pas mort tout seul. Tous les deux sont morts de cancers, papa du pancréas, maman d'un mélanome malin, comme son père. Je n'ai ni frère ni soeur, mais maman avait 3 frères qui sont adorables et très présents (on s'est toujours tous beaucoup aimé mais on ne s'est jamais énormément vus, mais depuis son décès ils sont vraiment là) , j'ai ma grand-mère, 88 ans, la maman de ma maman, pour qui c'est évidemment terrible aussi, et puis j'ai surtout une super cousine. Il n'empêche que toute ma vie est chamboulée, que ma mère y était centrale et qu'elle n'est plus là, et que je dois tout gérer moi-même (démarches légales, sa maison, etc.). Je suis très troublée par le fait d'avoir pour le moment la sensation que c'est comme moins "dur" que quand mon père est mort, alors que la relation avec ma mère était incomparable. Il est vrai que pour papa ça a été un choc (on a appris un vendredi matin, alors qu'il était à l'hôpital depuis une semaine, qu'il ne lui restait plus longtemps à vivre - 6 mois max, on nous a dit - et il est mort dans la nuit qui a suivi) , tandis que pour maman j'avais compris vers novembre dernier qu'elle ne guérirait pas. Elle par contre n'y a pas cru tant qu'on ne le lui a pas dit très très clairement. Elle était intelligente et extrêmement forte, elle a eu de très graves problèmes de santé toute sa vie et deux jours avant sa mort elle était encore terriblement elle-même, malgré la douleur, la souffrance et cette hospitalisation en soins palliatifs depuis 10 jours. Mais elle est partie plus vite qu'on ne s'y attendait (médecins compris) , d'une pharyngite contre laquelle son corps n'a plus pu lutter. C'est bizarre mais comme elle était toujours passée à travers tout je pense que même lucide j'avais l'impression qu'elle ne pourrait jamais lâcher l'affaire… Je suis presque choquée par mon relatif détachement (enfin par moments, comme maintenant, c'est très dur, mais en général ça va, j'avance, je continue, je rigole, je passe de bons moments…). Je me demande si ça ne va pas me tomber d'un coup assez violemment dessus. Et je me sens capable d'assumer tout ce qu'il faut, même si ce n'est ni agréable ni facile, du coup je culpabilise un peu, c'est comme si je lui déniait son importance, à maman, comme si je disais "mais au fond je n'avais pas vraiment besoin de toi". Bon, là j'ai les larmes au fond de la gorge, je suis un peu malade et elle me manque. Je crois que je ne réalise pas encore vraiment qu'elle n'est plus là. Je regarde ses photos, elle était tellement belle, et puis je lui parle tout le temps, c'est comme si elle était encore là. Je ne sais pas… Je suis un peu perdue, je crois…
  Lire la suite de la discussion sur doctissimo.fr


217713
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.



Commentaires pour cette histoire  Ajouter un commentaire

Par cece0285 | le 02/08/11 à 15:29

Je peux comprendre se que tu vie même si je n'ai que 15 ans.Moi aussi j'ai perdue ma maman d'un cancer du poumon elle a eut un accident de voiture puis elle n'arrivais plus a respirer on a fait des analyses et puis on a sut. J'ai vue ma maman se dégrade de jour en jour, j'étais partagé entre soit être optimiste comme ma famille ou pésimiste comme mon père. Je croit que toute les personnes malades sont toutes pareil, elles ne veulent pas montré leur douleur, ni leur désespoir.Elle montre toujours qu'elles vont s'en sortir.Je pense pas qu'on peut un jour accepter la disparition d'un parent, on vit avec, avec le regard toujours différent des autres quoi qu'on en dise on change avec un évenement de type. Voila je te soutient et bon courage.

Histoires vécues sur le même thème

26 ans mais beaucoup de mort autour de soi - deuil

image

Salut Guillermo, Je suis désolée pour tout ce qu'il t'arrive… Ce que tu racontes m'est familier. J'ai perdu ma grand-mère il y a un mois et je suis moi aussi angoissée. La spasmophilie est une manifestation de l'angoisse, je ne fais pas de...Lire la suite

Comment gerer le deces de ma mere - deuil

image

Bonjour. Mon histoire est un peu differente de la votre. J'ai perdu ma mere a l'age de 4 mois (elle n'avait que 30 ans). Jusqu'à envron 9 ans j'était une enfant enfermée sur moi même je parlai très peu et refusais de manger et je manquai de...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages