Histoire vécue Perte d'un proche > Deuil      (1994 témoignages)

Préc.

Suiv.

Je reprends pied à cette terre

Témoignage d'internaute trouvé sur psychologies 19 ans
Mail  
| 484 lectures | ratingStar_122784_1ratingStar_122784_2ratingStar_122784_3ratingStar_122784_4

Après la mort de guillaume, je ne pouvais pas en parler, la famille était là avec moi pendant cette terrible semaine et à part mon mari qui arrivait à l'écouter et à me laisser pleurer les autres ne pouvaient pas, mes collègues de travail n'auraient pas compris, les amis non plus. Alors tu finis par garder ça pour toi, tu finis par te culpabiliser et tu finis par ne revivre que cet histoire du matin au soir et même la nuit… Moi j'ai trouvé la solution de faire un blog ou j'ai raconté ma vie avec guillaume et cela m'a aidé à exorciser la souffrance. Et pourtant, pendant des mois et des mois tous les jours et surtout toute les nuits j'ai refais l'histoire. Dans mes rêves (cauchemar plutôt) , je n'écoutais pas le mèdecin et j'emmenais guillaume à l'hôpital et on arrivait à le sauver… Et tout les matins je me réveillais en pleur, mal partout, épuisée. Et tout ça parce que je me culpabilisais beaucoup et puis parce que je ne pouvais pas sortir cette semaine de ma tête… Je pense qu'il est normal de passer par toutes ces épreuves même si elles sont si douloureuses au point de te dire parfois qu'il vaut mieux partir tellement tu as mal… pour arriver un jour à prendre la décision de la résignation… Mais je pense que même si l'on se résigne à ne plus les voir, il faut quand même continuer à parler d'eux. Moi aujourd'hui j'arrive à écrire mon histoire et à la revoir dans ma tête, sans culpabilité, et sans pleurer, ce qui veut dire que j'ai fait un grand pas vers ma résignation… Il ne faut pas avoir peur, se résigner à leur départ ce n'est pas les oublier dans un coin de notre mémoire. Moi guillaume est toujours là avec moi et il y sera jusqu'à mon dernier souffle, c'est juste que je lui parle dans ma tête et que je continue à parler de lui de ce qu'il faisait, de ce qu'il disait comme si il était toujours là. Au début les gens ne savait pas quelle attitude avoir vis à vis de moi, maintenant ils se sont habitué et guillaume fait partie de notre vie, même au bureau… Et comme orpheline, même si je ne crois pas en Dieu et que je n'ai pas de religion, j'aime à penser que guillaume est devenu un ange merveilleux et qu'il continue à cheminer à mes côtés… Le plus dur et ça je crois que je mettrais des années à m'y faire c'est de ne plus pouvoir le toucher et entendre sa voix. L'important aussi c'est d'avoir à ses côtés quelqu'un qui te comprends, qui t'écoute et moi j'ai le grand bonheur d'avoir un mari formidable, qui bien que n'étant pas le père de guillaume, a été là, tellement présent, tellement à l'écoute, que c'est grâce à lui aussi que j'ai réussi à reprendre pied sur cette terre. Une petite parenthèse, bien que ne croyant pas en Dieu, j'ai prié pour qu'un miracle arrive et que mon fils revienne… Mais je crois que quand la mort arrive quand c'est ton jour, rien ne pourra te faire revenir.
  Lire la suite de la discussion sur psychologies.com


122784
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

26 ans mais beaucoup de mort autour de soi - deuil

image

Salut Guillermo, Je suis désolée pour tout ce qu'il t'arrive… Ce que tu racontes m'est familier. J'ai perdu ma grand-mère il y a un mois et je suis moi aussi angoissée. La spasmophilie est une manifestation de l'angoisse, je ne fais pas de...Lire la suite

Comment gerer le deces de ma mere - deuil

image

Bonjour. Mon histoire est un peu differente de la votre. J'ai perdu ma mere a l'age de 4 mois (elle n'avait que 30 ans). Jusqu'à envron 9 ans j'était une enfant enfermée sur moi même je parlai très peu et refusais de manger et je manquai de...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages