Histoire vécue Perte d'un proche > Deuil      (1994 témoignages)

Préc.

Suiv.

Je suis partie le matin au boulot en lui disant "à ce soir chéri"

Témoignage d'internaute trouvé sur aufeminin
Mail  
| 767 lectures | ratingStar_141801_1ratingStar_141801_2ratingStar_141801_3ratingStar_141801_4

Je suis partie le matin au boulot en lui disant encore à la porte un "à ce soir chéri" et environ 3 heures plus tard je rentrai dans une ambulance arrêtée devant chez nous pour le retrouver mort.

Je sais ce que tu ressens, c'est un enfer. Si je t'ai écrit c'est justement pour te dire qu'un jour tu pourras le laisser partir… j'ai moi aussi appris à le laisser partir, et c'est la phase la plus pénible, personnellement j'ai mis des années.

Il n'y a que le temps qui pourra, non pas guérir ta blessure c'est impossible, mais la cicatriser. Avant d'y arriver tu devras passer par de nombreuses étapes de deuil très douloureuses.

Ce sont des bains d'émotions qui doivent se passer en toi, il est important que tu les vives tous, les acceptes, et les laisse sortir, le refus, la révolte, la rage, la douleur, le désespoir, pour qu'un jour tu puisses renaître à la vie.

Je ne crois pas que la maladie aide vraiment… ont les perd alors centimètre par centimère, plusieurs semaines, mois, années durant, on souffre de les voir souffir et les savoir perdus.

Si tu pouvais lui parler une dernière fois… que vous diriez-vous de non dit ?

Tu l'aimes tellement, tu le lui auras dit avant de le perdre, et lui aussi, non ? Raccroche-toi à tous ces souvenirs, vos discussions, vos rires, vos je t'aime, vos nuits d'amour… tout ce que vous avez échangé avant. Tout cela, la mort ne pourra jamais te le prendre.

Ces souvenirs font mal maintenant, je sais, mais c'est pourtant en eux que se trouve une source inépuisable de force où tu sauras puiser. Parle-lui même, tu consteras alors peut-être comme j'en ai fait l'expérience, que tu sens sa présence. Maintes fois quand le retombais dans le désespoirt, je sentais qu'il était là, mes larmes parfois cessaient de couler comme par enchantement.

Je ne veux pas embellir ce qui t'attend, j'essaye juste de te dire comment moi j'ai survécu.

J'ai dormi 2-3 heures par nuit pendant 18 mois, mais j'a appris à dormir où le sommeil me prenait enfin parce que je ne supportais plus notre chambre. Je ne mangeais presque rien, mais j'ai appris à manger ce dont j'avais envie, même si c'était farfelu, l'important c'était de se nourrir un peu. Je planifiais ma vie de 24 heures en 24 heures, pas plus loin, je ne savais jamais comment serait demain.

Même si aujourd'hui tu te sens sans force, perdue, sans espoir, sache que chaque fois que tu te relèveras pour continuer sans lui sera un pas en avant, une toute petite victoire. Pense à lui, n'est-ce pas ce qu'il aurait voulu ?

Pour la force de votre amour, pour tout ce vécu ensemble, continue, pour arriver un jour à garder au fond de ton coeur des souvenirs qui seront alors attendris et non plus aussi meurtris qu'aujourd'hui.

Seuls ceux que l'on oublie sont vraiment morts.
  Lire la suite de la discussion sur aufeminin.com


141801
b
Moi aussi !
1 personne a déjà vécu la même histoire

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.



Commentaires pour cette histoire  Ajouter un commentaire

Par jeff | le 08/05/11 à 12:18

De tout coeur avec vous, dans votre souffrance, votre deuil, je le vis un peu comme vous, on a presque la même histoire, rien qu'à vous lire j'ai les larmes aux yeux. A la fin vous avez réussi à nous dire les mots qu'on voulaient entendre. De tout coeur avec vous...

Histoires vécues sur le même thème

26 ans mais beaucoup de mort autour de soi - deuil

image

Salut Guillermo, Je suis désolée pour tout ce qu'il t'arrive… Ce que tu racontes m'est familier. J'ai perdu ma grand-mère il y a un mois et je suis moi aussi angoissée. La spasmophilie est une manifestation de l'angoisse, je ne fais pas de...Lire la suite

Comment gerer le deces de ma mere - deuil

image

Bonjour. Mon histoire est un peu differente de la votre. J'ai perdu ma mere a l'age de 4 mois (elle n'avait que 30 ans). Jusqu'à envron 9 ans j'était une enfant enfermée sur moi même je parlai très peu et refusais de manger et je manquai de...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages