Histoire vécue Perte d'un proche > Deuil      (1994 témoignages)

Préc.

Suiv.

La messe de commémoration de ma mère a ravivé les douleurs en moi

Témoignage d'internaute trouvé sur psychologies
Mail  
| 1211 lectures | ratingStar_229101_1ratingStar_229101_2ratingStar_229101_3ratingStar_229101_4
Je me demande comment vous allez ? Ca va faire plus d'un mois que je ne suis pas revenu sur ce forum. Ce qui ne veut pas dire que je ne penses pas à vous, ou que le mal s'estompe, non juste question de temps (Exams...). Bref 3 mois après le décés, les choses sont toutes aussi dures. Avec le temps, les anciens souvenirs font surfaces, et ceux dont on y avait pas pensé. Je le schématiserais de cette façon : Notre cerveau une grosse bobine de pellicule se déroule de façon désordonnée devant un faisceau lumineux et nous nous observons les effets aléatoires de son déroulement sans même pouvoir maîtriser son action. Il y a peu, j'ai fait la messe neuvaine, et je dois dire que j'ai été Grandement déçu. Je vous explique et dis mes sentiments et vous conseille vivement de ne pas la faire. Tout premièrement une messe neuvaine se réalise 1 mois après l'enterrement pour commémorer l'être disparu. Pour ma part, cette "commémoration " si on peut la prénommer ainsi, fut par la citation du nom de ma maman. Bien sûr, l'effet à revoir fut la famille présente qui manifeste toujours sa présence dans ce moment difficile. Mais, pour ma part, cela à réveillé milles et unes douleurs, des gros mauvais moments, c'est un peu comme si on m'avait enlevé les pansements d'une plaie qui cicatriserait tout juste. Au bilan, pour une citation et un allé au cimetière, c'est une replongée en arrière avec tout ce que cela importe. J'en suis très déçu et je pense que cela a freiné mon deuil. Donc jours après jours, je m'efforce à continuer ce que je dois faire tant bien que mal. J'ai la chance d'avoir toujours une oreille tendue pour quoi que ce soit. On ne peut pas dire que j'ai littéralement changé, mais je suis devenue plus agressif (pas tant que ça mais), moins respectueux envers les gens, plus coléreux. Je pleure moins, mais parfois j'aimerais plus. En effet, j'aimerais parfois lâcher du leste sur la corde de la pression émotive! Mais , je pense que mon statut de Garçon change la donne? Bref, les beaux jours arrivent, et je dois difficilement avouer que cela ne m'enchante pas, même me rend plus triste, pourtant le temps a peu ou avait peu d'effet sur mon moral. Le plus dur dans tout ça, c'est l'habitude d'être auprès d'une maman, mais d'une maman malade, qui nous quitte, et laisse une énorme absence. Parfois j'ai envie de crier, de me déchirer de l'intérieur. J'essaye de décrire le plus précisément possible mes ressentis intérieurs ( Pas si facile que ça ). Je ne sais pas ce que vous en pensez, et vos réactions personnelles me feront plaisir! Sinon, une nouvelle peur s'est installée, sans être vraiment constante! Celle ci est là perte de mon père : Je suis fils unique, si je perds mon père, c'est facile je me retrouve face à moi même. Et c'est surtout cet aspect de vide qui m'effraie le plus... Au bilan, 3 mois, ces 90 jours qui ont été les plus noirs de ma vie. Et je pense que ça ne va pas s'améliorer de façon exponentielle. Seulement, certain disent qu'on ne s'en sort réellement jamais, ou mal , tout dépend des personnes.
  Lire la suite de la discussion sur psychologies.com


229101
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

26 ans mais beaucoup de mort autour de soi - deuil

image

Salut Guillermo, Je suis désolée pour tout ce qu'il t'arrive… Ce que tu racontes m'est familier. J'ai perdu ma grand-mère il y a un mois et je suis moi aussi angoissée. La spasmophilie est une manifestation de l'angoisse, je ne fais pas de...Lire la suite

Comment gerer le deces de ma mere - deuil

image

Bonjour. Mon histoire est un peu differente de la votre. J'ai perdu ma mere a l'age de 4 mois (elle n'avait que 30 ans). Jusqu'à envron 9 ans j'était une enfant enfermée sur moi même je parlai très peu et refusais de manger et je manquai de...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages