Histoire vécue Perte d'un proche > Deuil      (1994 témoignages)

Préc.

Suiv.

La mort brutale de l'homme que j'aimais.

Témoignage d'internaute trouvé sur psychologies
Mail  
| 225 lectures | ratingStar_282354_1ratingStar_282354_2ratingStar_282354_3ratingStar_282354_4
Surtout arrête de prendre des médicaments ça ne fera pas disparaître ta douleur car il faut vivre sa douleur pour qu'elle s'en aille. Je parle d'expérience, il y a quelques années j'ai vécu un deuil très douloureux : la mort brutale de l'homme que j'aimais. Je n'ai pas dormi pendant plusieurs mois mais j'ai refusé de prendre des médicaments car je savais que ça ne servirait à rien sauf à diminuer ma douleur physiquement. J'ai dû faire un gros travail sur moi pour accepter cette disparition, je me suis pendant un moment tournée vers l'ésotérisme et j'ai lu plusieurs fois tous les livres de Krishnamurti. A chacun ses remèdes, mais je peux t'assurer que de te bourrer de médicaments ne fera pas partir ta douleur. J'ai lu tous tes posts et c'est moi qui t'ai fait la remarque qu'il y avait quelque chose de pathologique à envoyer 700 lettres à une personne même si après tu as justifié que dans les 700 lettres, il y avait tes réponses. Pour en revenir à toi, je suis désolée de ce que je vais te dire plus bas mais ce forum est anonyme et si tu t'es inscrite c'est parce que tu as besoin d'une aide anonyme et pas d'être jugée par tes proches. Jusqu'à présent tu t'es concentrée sur la pathologie de l'homme que tu aimes. Effectivement, il n'est pas clair dans sa fuite face à une situation dérisoire mais sa fuite n'a pas duré longtemps car il revient vers toi après ton ultimatum. Je dirais que sa réaction est plutôt normale car nous avons tous des faiblesses et des moments de doute et particulièrement chez les universitaires. Moi aussi j'ai vécu avec un prof d'université pendant 4 ans et mon père a été prof à la Sorbonne alors autant te dire que ces universitaires m'étonnent toujours car je les trouve très loin des réalités de ce monde. Mais chacune aime un type d'homme différent et pour toi qui est prof, ll doit correspondre parfaitement à ton profil. Ce que je ressens instinctivement et rationnellement en lisant tes posts, c'est ta pathologie à toi. Ta réaction face au recul de cet homme est complètement disproportionnée. C'est comme si tous les traumatismes et toutes les souffrances enfouis en toi étaient ressortis à cause de cet évènement. Cet homme n'est pas idiot, il a dû ressentir qu'il y avait beaucoup de souffrances en toi, même si les moments étaient magiques. C'est peut-être même la raison (inconsciente ? ) pour laquelle il a fuit car personne ne peut prendre ta souffrance. Il y a forcément plus qu'une histoire de petite culotte derrière sa fuite. Je veux bien que cet homme ne soit pas armé pour se faire descendre de son piedestal mais quand même… Il assume bien ses enfants ! , il assume bien sa vie ! Et il t'a recontacté. Ce n'est pas un désoeuvré. Mon conseil, c'est que toi aussi tu devrais prendre du recul, tu devrais prendre du temps pour toi et seulement pour toi. Si tu l'aimes et qu'il t'aime, il n'y a pas à avoir peur de prendre le temps de mieux se connaître soi même afin de pouvoir être en harmonie avec l'autre et ne pas lui projeter nos souffrances. Tu dois être tellement habituée à l'échec sentimental que tu pars perdante d'avance. D'autres se diraient, il a fuit devant la réalité de l'engagement, je lui ai posé un ultimatum et il revient. Je l'aime et il m'aime.
  Lire la suite de la discussion sur psychologies.com


282354
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

26 ans mais beaucoup de mort autour de soi - deuil

image

Salut Guillermo, Je suis désolée pour tout ce qu'il t'arrive… Ce que tu racontes m'est familier. J'ai perdu ma grand-mère il y a un mois et je suis moi aussi angoissée. La spasmophilie est une manifestation de l'angoisse, je ne fais pas de...Lire la suite

Comment gerer le deces de ma mere - deuil

image

Bonjour. Mon histoire est un peu differente de la votre. J'ai perdu ma mere a l'age de 4 mois (elle n'avait que 30 ans). Jusqu'à envron 9 ans j'était une enfant enfermée sur moi même je parlai très peu et refusais de manger et je manquai de...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages