Histoire vécue Perte d'un proche > Deuil      (1994 témoignages)

Préc.

Suiv.

Le 20 mai 2009...

Témoignage d'internaute trouvé sur psychologies
Mail  
| 193 lectures | ratingStar_261700_1ratingStar_261700_2ratingStar_261700_3ratingStar_261700_4
Bonsoir Chatsala ! Oui je compatis avec toi et avec toutes les mères ou parents ayant perdu ceux qui leur sont très chère….. Oui nous avons droit de les remémorer d'ailleurs Courberive en parle dans un site ou il faut régulièrement vivre avec nos morts non pas dans un esprit de deuil mais de liberté spirituelle ! Oui les morts sont en nous et vivent avec nous étant imprégnés d'une même âme unique. Et je te soumet encore ce site à Etoile9 ou il est question de Satrepm j'espère qu'il t'en dira qqchoses…. Excuse moi Chatsala je ne viens pas régulièrement au forum a cause du temps…. Un grand bisou a toi a Sherpa a Lili et a tous nos amis-es du forum sans les compter toutes ! J'espère que ton mari va bien et toi aussi ! Je t'adore, pour moi tu es une sainte ! ********************* Méditation du jour. S. André Avellin, Confesseur - 10 novembre. Vivons avec nos morts ” Vivons avec nos morts. Peupler de leurs chers fantômes notre silence intérieur : Non pas dans le sentiment d'une vaine tristesse romantique, Mais dans la communion spirituelle. Où se mêlent les âmes. Et où les coeurs vibrent à l'unisson : Telles des personnes qui s'aiment. Et qui communiquent à travers un voile. Sans se voir. Vivons avec nos morts. Cela se peut. Et cela est apaisant. Déjà dans la tant matérielle vie présente, Ne connaissons-nous pas, N'expérimentons-nous pas. Des présences purement spirituelles, Des compénétrations. Et comme des transfusions d'âmes. Autrement pénétrantes. Que les étreintes physiques ? (Jean de Courberive). ******************************* 168. Satprem : Extraits de : " Carnets d'une Apocalypse "). Pleurer, se chagriner, mourir pour la Douleur de ses frères et de ses soeurs, ne sert à rien. Dans son propre corps on contient toutes les négations, tous les refus, toutes les horreurs et les enfers - il faut descendre dans ses propres enfers, qui sont l'enfer de la terre, et changer chaque refus, chaque négation, chaque malheur. C'est ce Feu-là qui peut transformer. Ce n'est pas la mort, pas le chagrin, pas le sacrifice qui peut aider les frères et soeurs de misère - c'est se transformer soi-même et transformer toute la Douleur dans son propre corps. *** D'immenses possibilités sont ouvertes devant nous ; un avenir merveilleux, plein de surprises et de joie, s'offre à nous si nous savons saisir le bon fil de notre évolution et avons le courage de tourner les yeux sur nous-mêmes, objectivement. D'abord, notre matière, notre corps, contient déjà tous les miracles et toutes les merveilles, à l'état endormi, si l'on peut dire - il faut les <>. Ou les dé-couvrir : Les mettre en contact avec leur contre-partie solaire, en haut. Il faut joindre le Divin du bas avec le Divin du haut. [… ] _946_1.htm.
  Lire la suite de la discussion sur psychologies.com


261700
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

26 ans mais beaucoup de mort autour de soi - deuil

image

Salut Guillermo, Je suis désolée pour tout ce qu'il t'arrive… Ce que tu racontes m'est familier. J'ai perdu ma grand-mère il y a un mois et je suis moi aussi angoissée. La spasmophilie est une manifestation de l'angoisse, je ne fais pas de...Lire la suite

Comment gerer le deces de ma mere - deuil

image

Bonjour. Mon histoire est un peu differente de la votre. J'ai perdu ma mere a l'age de 4 mois (elle n'avait que 30 ans). Jusqu'à envron 9 ans j'était une enfant enfermée sur moi même je parlai très peu et refusais de manger et je manquai de...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages