Histoire vécue Perte d'un proche > Deuil      (1994 témoignages)

Préc.

Suiv.

Mon frère est mort du cancer, c'est difficile à supporter

Témoignage d'internaute trouvé sur forum-depression
Mail  
| 2939 lectures | ratingStar_136754_1ratingStar_136754_2ratingStar_136754_3ratingStar_136754_4

Je viens d'arriver et j'ai besoin de parler de mon histoire celle de ma vie pour exorciser tout ce que j'ai gardé en moi mais aussi pour montrer que même si on a eu une vie difficile on peut aller de l'avant c'est très important quand on dit que le malheur des uns fait le bonheur des autres du moins on peut être rassuré et relativiser sur sa vie quand on entend la vie des autres…

Ma vie a commencée il y a 24 ANS mon papa, ma maman et mon frère m'ont acceuillis avec beaucoup de joie. Tout allait bien jusqu'à ce que je commence à mettre des mots sur des situations à la maison et que je comprenne que la vie n'est pas toujours drôle en fait.

Mon père buvait, il sortait pour boire ne buvait pas devant nous et puis il rentrait à pas d'heure et ayant le vin mauvais nous fesait passer un sale quart d'heure à ma mère, mon frère et moi. Mais ayant des troubles du comportement, à savoir aucune notion du bien et du mal, il pouvait passer de l'état de violent à l'état de papa gâteau…

Tout ceci jusqu'à mes 8 ans où ma mère à craquée et a décidé de divorcer… Mais mon père ne l'a pas accepté et nous à mises à la porte et là ma vie à basculée…

Aprés un mois de rupture, il est venu me voir avec une femme et m'a dit "voici ma nouvelle copine je pars vivre chez elle… A L ETRANGER"

Mon frère et moi avons donc dûs prendre une décision, qui part avec papa qui reste avec maman ? Mon frère est donc partis avec mon père et je suis restée avec ma mère…

DUR DUR surtout que mon frère et moi n'avons que 18 mois d'écart bref…

Les mois ont passés et j'ai finis par voir mon pere et mon frere 1 mois par an à l'etranger…

Ma belle mere me fesait vivre un enfer à chaque fois que j'y allais, elle ne voulait pas me soigner quand j'étais malade et se vengeais sur moi quand mon pere ne rentrais pas… Quant à mon frere il ne devait pas sortir de sa chambre l'ete pour aller jouer avec ses amis pour faire ses devoirs de vancances (enfermé dans une chambre… sans fenetres…) !

J'ai finis par m'y habituer au moment où j'allais) peu pres bien, n'ayant plus personne à la maison car ma maman travaillait beaucoup pour effacer nos dettes, j'allais beaucoup chez mon grand pere… Veuf depuis six ans à l'époque.

Mon grand pere homme adorable qui me couvrait de cadeaux mais qui a finit par franchir la limittre légale qu'il peut y avoir entre une grand pere et sa petite fille… Et la c'est devenu un enfer, je n'avais pas le choix d'y aller et mes attouchements ont durés 3 ANSje n'est jamais étée violée.

Un soir j'ai essayé d'en parler à ma mère qui était épuisée moralement et physiquement mais elle avait tant de problème à gerer qu'elle m'a simplement dit "arrete de raconter des bétises papy est très gentil" on verra ça plus tard…

J'ai donc gardé tout ça pour moi et puis mon grand pere quelque temp apres a retrouvé une compagne j'ai donc étée tranquille et n'y suis plus retournée !

Mon adolescence a été dure car mon pere ne me donnait plus signe de vie et mon frere me manquait… bref ma maman entre temps s'est retrouvé un compagnon ils se sont mariés j'avais un foyer une stabilité tout allait bien.

Mais parfois j'avais des envies de mourrir et d'en finir très peu confiance en moi et une eternelle perfectionniste… Donc l'adolescence pas top quant aux garçons je ne voulais pas entendre parler.

Puis le petit chaperon rouge est sorti de la maison pour aller voir ce qu'il se passait dehors… A mes 18 ans j'ai rencontré un garçon qui m'a tout de suite plu… Il était gentil et voila une histoire d'amour a commencée.

Le soucis c'est que le assé m'a rattrapée… Et oui sexuellement gros blocage ou du moins frigidité alors j'ai cherché le pourquoi et un matin j'ai eu un flache… Celui de mon grand pere entrain d'abuser de moi… et j'ai compris que le passé etait parfois le diable.

Mon copain de l'époque était de plus en plus effaré de mon attitude et m'a mis la pression pour que je fasse un choix soit tu restes et tout va bien soit tu pars parce que ça ne va plus entre nous… Alors pour lui j'ai décidé de me battre et de combattre le demon du passé.

Un soir je suis allée chez ma mere et je lui est tout balancé je lui est dit pourquoi pendant toutes ces années ça n'allait pas et elle a fondu en larmes elle s'est beaucoup culpabilisée… Mais ce n'est pas à ma mere que j (en voulais biensur.

Et le meme soir j'ai décidé de dire à mon ami pourquoi ça n'allait pas… et il m'a dit "c'est tes problemes, tu te debrouille avec moi je n'ai rien a voir la dedans… " dur tres dur.

Je suis allée voir une psy et elle m'a dit "vous êtes forte il faut que vous agissiez" alors j'ai agis et suis allée voir mon grand pere.

Et je lui ai dit tout ce qu'il m'avait fait subir et les repercutions que cela avait eu sur ma vie, ma sexualité… Tout tout tout.

Je lui ai demandé ce qu'il pensait de ses actes et il n'a trop rien dit.

Mais des que je suis sortie de chez lui, je me suis sentie mieux vraiment… je n'ai jamais porté la chose en famille, personne n'est au courant et le fait est qu'il paye aujourd'hui pour ce qu'il a fait croyez moi… car a chaque fois que je le voit et que je lui dit bonjour il y repense… Et ça vaut tous les jugements du monde… Je lui ai pardonné ses actes parce que j'ai besoin d'harmonie.

Les années ont passées et tout allait bien sauf que mon frere me manquait beaucoup.

Ils sont revenus avec mon pere pour vivre en france et là j'ai decouvert mon frere, devenu un homme mais un homme perdu qui se droguait et qui était mal dans sa peau.

En 2005 il a essayé de mettre fin a ses jours alors nous avons tout fait pour le décider à partir en cure de désintoxication… ce qu'il a fait.

IL s'en ai sortis enfin il ne prenait plus de drogues dures… alors nous avons vraiment commencés à nous reconstruire ensemble, à avoir esoin l'un de l'autre et à nous dire "je t'aime " tout allait bien on était heureux.

Et puis en 2008 mon frere m'a appelé pour me dire que mon pere etait en prison… mandat d'arret europeen pour complicité de meurtre.

Rien de plus leger non ça n'est pas dans ses habitudes… quelle famille.

Et mon frere s'est retrouvé seul pendant une semaine a la suite de laquelle mon pere a été relaché par je ne sais quelle chance enfin il a toujours une epee au dessus de la tete mais bon…

En aout 2008 mon frere a eu un soucis de santé, il toussait beaucoup et etait fatigué, la veille que nous partions en vacances il a été hospitalisé… Les medecins nous ont dis qu'ils allaient faire des exams alors moi je suis partie en vacances… pour avoir la forme à la rentrée… mais voila le jeudi soir des vacances alors que je revenais des courses mon cher et tendre est venu me voir et m'a dit de m'assoir… et pour cause il m'a dit en me prenant les mains tremblant les larmes aux yeux "ma cherie, ton frere a un cancer generalisé, il ne lui reste que six mois à vivre "… Et là, je vous assure que le monde s'est écroulé une fois de plus…

Mon frere n'était pas encore au courant de ce qu'il avait… j'ai decidé d'ecourter les vacances et nous sommes rentrés sur le chemin du retour ma maman m'a appelée et elle m'a dit "va voirton frere c'est urgent je suis sur la route, si il doit partir avant que j'arrive dis lui que je l'aime"…

Dur.

Deux minutes apres le medecin m'a appelé et m'a dit "venez en toute urgence à l'hopital je dois vous voir"

En arrivant il m'a convoquée dans son bureau et m'a dit "votre frere peut s'etouffer d'une minute à l'autre vous devez prendre une decision soit nous laissons faire les choses mais nous devons lui dire ce qu'il a et qu'il va mourrir ou alors nous l'endormons car nous avons ce droit en phase finale… En revanche ; vous aller devoir le voir, le rassurer mais faire comme si de rien n'était "

J'ai biensur pris le seconde decision et en entrant dans sa chambre j'ai vu mon frere blanc comme un linge, avec un regard vide… Je l'ai rassuré, je n'ai pas craqué devant lui surtout pas, et mes derniers mots ont étés "mon titou, ils vont te faire une piqure pour que tu dormes un peu et quand tu vas te reveiller ça ira beaucoup mieux"

Je l'ai embrassé et je suis partie… il est décédé 8 heures plus tard.

Au final c'etait une leucemie foudroyante.

Voila depuis un an je suis mal dans mon travail et tous ces durs moments refont surface mais je tiens a vous dire que ce qui me tiens eveillée et malgre tout avec ma joie de vivre c'est d'avoir pardonné à chaque fois.

Pas forcement directement mais j'ai pardonné à mon pere, j'ai pardonné à mon grand pere et je pardonne encore quand il faut et je vous assure que c'est ce qui me permet d'avoir la tete haute et de vivre en harmonie… Mais biensur cela ne peut pas s'appliquer à tout le monde je le conçoit tout à fait.

Apres il y a pire que moi et il y a bien mieux mais ma vie est ainsi faite et de par toutes ces epreuves et souffrances je suis toujours là en vie… en esperant que tout cela se calme quand meme pour les vingt prochaines années.

Merci à ceux qui m'ont lus jusqu'au bout je suis en vie et équilibrée… même si parfois j'ai l'impression d'avoir plus 70 ans que 24 avec tout ce qui m'est arrivé !

Prenez soin de vous c'est important.

Juna.
  Lire la suite de la discussion sur forum-depression.com


136754
b
Moi aussi !
2 personnes ont déjà vécu la même histoire

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

26 ans mais beaucoup de mort autour de soi - deuil

image

Salut Guillermo, Je suis désolée pour tout ce qu'il t'arrive… Ce que tu racontes m'est familier. J'ai perdu ma grand-mère il y a un mois et je suis moi aussi angoissée. La spasmophilie est une manifestation de l'angoisse, je ne fais pas de...Lire la suite

Comment gerer le deces de ma mere - deuil

image

Bonjour. Mon histoire est un peu differente de la votre. J'ai perdu ma mere a l'age de 4 mois (elle n'avait que 30 ans). Jusqu'à envron 9 ans j'était une enfant enfermée sur moi même je parlai très peu et refusais de manger et je manquai de...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages