Histoire vécue Perte d'un proche > Deuil      (1994 témoignages)

Préc.

Suiv.

Mon mari est mort d'un cancer, je n’arrive pas à m'en remettre

Témoignage d'internaute trouvé sur doctissimo
Mail  
| 2416 lectures | ratingStar_202501_1ratingStar_202501_2ratingStar_202501_3ratingStar_202501_4

J'ai 34 ans, un enfant de 2 ans et demi, et j'ai perdu mon mari âgé de 35 ans il y a cinq mois. Il me manque terriblement. Il est parti suite à une saloperie de cancer du cerveau qui l'a détruit en 2 ans, et m'a démolie au passage. Je sais que je dois rester forte au moins pour mon petit. Mais j'ai l'impression que tout s'effondre, la vie est injuste, il n'y avait aucune raison que la faucheuse vienne me prendre mon amour, lui qui était si gentil, si tendre et qui avait si soif de vivre, il n'a pas mérité ça, et notre petit et moi non plus.

En plus, la saloperie lui a bouffé le cerveau, le rendait agressif et méchant, on n'a même pas pu profiter pleinement des derniers instants tant il avait changé, je ne le reconnaissais plus. Il me manque tant.

La nuit dernière, veille du 5è mois d'absence, j'ai encore rêvé de lui, qu'il venait me rejoindre dans le lit et se blotissait contre moi. C'était tellement réel. J'étais effondrée au réveil, de réaliser que ce n'était qu'un rêve et que plus jamais je ne reverrai mon amour. J'ai 34 ans et j'ai l'impression que ma vie s'arrête là, en même temps que la sienne. Comment continuer sans lui ? … C'est trop dur.

Je me sens fragile, je pleure pour un rien, je pense à lui tout le temps. En plus je ne sais pas comment gérer ça avec mon petit, je sais qu'il en souffrira toute sa vie, je ne sais pas comment je pourrais apaiser ses souffrances au quotidien et combler le vide. Il ne pourra jamais connaitre son papa, comment lui faire aimer la vie, cette vie que je trouve moi-même minable et injuste ? … Au boulot, je cache mes émotions au maximum, j'ai l'impression que certains de mes collègues se fichent de ce qui m'arrive, jusqu'à ma hiérarchie qui par exemple n'a pas hésité à me téléphoner chez moi à 21H30 il y a quelques jours juste pour me pourrir pour un motif futile. J'en ai marre, dur d'avoir la force de continuer sans lui, de tout gérer toute seule.
  Lire la suite de la discussion sur doctissimo.fr


202501
b
Moi aussi !
6 personnes ont déjà vécu la même histoire

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.



Commentaires pour cette histoire  Ajouter un commentaire

Par jeff | le 04/06/11 à 13:42

je viens juste de vous lire, et franchement je me vois en vous, moi l'année dernière. Comme vous j'ai perdu mon mari très jeune, il allait avoir 35 ans (suite à un accident de voiture). Tout ce que je vous demande c'est de toujours garder courage, et laisser tout au temps. Le vide est énorme c'est sur, mais seul le temps pourra vous guider à traverser ce stade de la pure souffrance. Pleurez autant que vous le voudrez si ça peut vous faire du bien, c'est ce que j'ai fait. Je le faisais tout le temps même devant mes enfants. Prenez bien soin de vous, vous avez un enfant qui a tant besoin de sa maman....De tout coeur avec vous, je vous souhaite un très bon courage, et ne baissez pas les bras, soyez forte pour votre enfant, vous verrez, chaque jours qui passe sans votre mari, est une victoire pour vous.... Je vous envoie de loin un tit panier pleins de câlins d'amours.....

Histoires vécues sur le même thème

26 ans mais beaucoup de mort autour de soi - deuil

image

Salut Guillermo, Je suis désolée pour tout ce qu'il t'arrive… Ce que tu racontes m'est familier. J'ai perdu ma grand-mère il y a un mois et je suis moi aussi angoissée. La spasmophilie est une manifestation de l'angoisse, je ne fais pas de...Lire la suite

Comment gerer le deces de ma mere - deuil

image

Bonjour. Mon histoire est un peu differente de la votre. J'ai perdu ma mere a l'age de 4 mois (elle n'avait que 30 ans). Jusqu'à envron 9 ans j'était une enfant enfermée sur moi même je parlai très peu et refusais de manger et je manquai de...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages