Histoire vécue Perte d'un proche > Deuil      (1994 témoignages)

Préc.

Suiv.

Remède pour oublier un mec

Témoignage d'internaute trouvé sur aufeminin
Mail  
| 5529 lectures | ratingStar_50595_1ratingStar_50595_2ratingStar_50595_3ratingStar_50595_4

Message d'origine de la discussion :

"Le deuil amoureux"

Envoyé par Maat le 20 janvier à 15:14.

Alors un jour nous le/la perdons car il/elle part…

Et tous les jours qui suivent, nous le perdons un peu plus car il est chaque jour un peu moins dans notre réalité quotidienne.

Mais il est de plus en plus dans notre tête. Et c'est là que le mot tombe : "il faut que je fasse mon deuil".

Oui. D'accord. D'ailleurs en général on demande que ça. Mais voilà le mode d'emploi n'a pas été livré avec.

Bien sûr, pas de recette miracle : il y a autant de façons de faire le deuil qu'il y a de gens qui perdent quelqu'un, qu'il y a de façons de perdre, qu'il y a de gens perdus.

Le quotidien reprend le dessus ; mot d'odre : s'occuper ! Ne pas perdre son temps pour mieux s'y perdre.

Et un jour on se rend compte qu'on y pense de moins en moins, presque plus.Que ce n'est plus le souvenir de l'autre qui débarque à tout moment comme un intru, mais que l'on y pense : on contrôle.

Mais on souffre encore quand on y pense ; donc on se dit que le deuil n'est pas fini.

Alors avoir terminé son deuil serait ne plus.

Souffrir ?

Pourtant quand on repense à d'autres personnes qui ont font partie du patchwork de notre histoire, on peut ressentir cette nostalgie, ce petit truc… vous savez…

Et cela, même si c'est à moindre mesure, est une forme de souffrance ; pourtant le deuil est fait.

Alors quoi ? Avoir fait son deuil cela engendre quoi ?

Vous en pensez quoi vous ?

Maat.

Répondre.

Alerter.

"Ca n'existe pas… "

Envoyé par loutre2 le 11 avril à 00:02.

Faire le deuil de quelqu'un que l'on aime encore, moi je n'y arrive pas. Je souffre, j'y pense, je souffre, j'y pense… c'est une torture morale incessante et cyclique… Si tu as une solution… donnes la moi !

Répondre.

Alerter"Cela est très dur"

Envoyé par tank le 8 mars à 00:07.

Tout dépend de la duré de la relation, de son intencité, de la force des sentiments. La nature de la séparation.

Il y a autant de façon que de personnes.

La littérature parle souvent de la force des sentiments qu'une femme peut avoir.

Elle accepte des sacrifices importants, elle soulève des montagnes pour sauver son homme… C'est la réalité. Ces femmes qui ont choisi de rester.

Avec leur mari à bord du Titanic savaient ce qu'elles faisaient.

La majorité des couples que je connais ne sont basés que sur un "contrat" très superficiel. Ils obéissent à une vague pulsion qui les pousse à préférer la vie à deux.

C'est une question de confort mental, de conformité aux convenances. Ils ont un compagnon de jeu attitré pour sortir en boîte, sans plus. A la moindre.

Difficulté, au moindre changement, ces couples éclatent.

Le cas malheureux est celui ou l'un a des sentiments profonds et l'autre est superficiel. Assez curieux est le cas de relations superficielles mais ou.

L'un des deux peut à un moment donné tout de même faire quelque chose de fort parce que cela répond à une pulsion.

On dit qu'"il fait son trip". Une femme peut se dévouer comme une infirmière sur le front pour son ami malade, puis le quitter deux mois plus tard parce-qu'il laisse traîner ses chaussettes…

Seuls comptent les couples où chacun a une réelle connaissance et compréhension de l'autre et beaucoup de bonnes pulsions.

Je ne sais pas si tout cela vous aura été utile et éclairé.

Répondre.

Alerter.

"ça existe ? "

Envoyé par guigouillette le 10 avril à 09:58.

Est ce que ça existe reelement un couple ou les deux parties ont des sentiments profonds à mon avis il y en a toujours un qui aime plus que l'autre. Souvent ce sont les filles : education, de'vouement de tradition judeo-chretienne ? C'est trop rare d'être totalement en harmonie avec un homme- trop different.

Guigouillette qui ne crois plus au bonfeur de l'amour.

Répondre.

Alerter.

"C'est très long"

Envoyé par lala35 le 16 février à 09:13.

Le plus dur c'est que parfois on croit avoir fait son deuil, on se dit que tout va bien, que l'on est à nouveau heureux. Et tout d'un coup tout.

Bascule, parfois le fait même de rêver à son ex peut tout faire chavirer dans l'autre sens. Et là on se dit que ce n'est pas fini, que l'on est pas encore prêt…

Répondre.

Alerter.

"Il y a parfois des rêves"

Envoyé par tituba le 20 février à 11:15.

… qui nous font entendre ce qu'on ne veut pas entendre mais qui existe encore au fond de nous.

Alors dans ce cas, faut-il être sincère et laisser son chagrin s'exprimer jusqu'au bout quitte à ressembler à une larve pendant pas mal de temps ?

Et la vie qui continue ? On en fait quoi ?

Alerter.

"C'est l'horreur… "

Envoyé par rania1 le 16 février à 09:06.

Un air de musique…

Un parfum dans l'air…

Une photo égarée…

Le tel qui sonne…

Les tripes qi se nouent rien que d'y penser…

Les larmes qui coulent sans raisons…

Le regards des autres…

Les autres qui veulent absolument savoir…

L'impression qu'il est partout…

Les lieux ou nous avons été ensemble…

Toute une partie de vie qui fout le camp…

Mais tout passe !

C'est la vie qui reprend le dessus envers et contre tout.

Alerter.

"Ouf ! Ça fais trop mal… "

Envoyé par delphy26 le 16 février à 08:00.

Mon amour m'a quitté il n'y a que quelque semaine sans aucune raison apparente… Je n'était pas "la bonne" qu'il m'a dis… Moi, trop désemparé j'ai voulue m'enlever la vie. Ma mère m'a retrouvé gisant par terre. Je suis tout de même heureuse d'être encore en vie. Mais, il me la tout de même volé. Mon coeur saigne et il fais très mal. Mon médecin m'a prescris "la petite pilule miracle" pour contrôler mes angoises. Je n'en peut plus de pleurer pour une personne qui ne se soucie même plus de moi. J'ai si mal !!!

Je lui ait tout donné et maintenant je me retrouve sans rien (il m'a jeté dehors) il faut déja que je pense à recommencer ma vie avant que les idées.

Noires refassent surface. Mais peut-on vraiment faire un deuil amoureux. Je n'en suis pas certaine…

Delphy26.

Répondre.

Alerter.

"Ca fait mal mais on en sort grandi ! "

Envoyé par woman le 16 février à 06:09.

Le deuil amoureux est une experience douloureuse que je ne souhaite a personne.

Le mien a dure exactement deux ans. (pour une relation qui a dure 8 ans) j'ai beaucoup pleure, je me suis culpabilise a mort, je ne comprenais pas son indifference apres la rupture, son silence, ses mots mechants afin de m'eloigner de lui, il y avait une foule de questions que je cherchais a comprendre… ce cycle infernal a dure deux ans, je me suis faite une.

Fixation sur lui… aujourd'hui, j'ai fait mon deuil et il va bientot se marier. J'ai compris.

Que j'ai passé trop de temps a me masturber la tete avec des questions existentielles qui ne changeront de toute façon pas le cour de l'histoire mais qui ne faisaient renforcer mes peines. Le plus dur est d'accepter la réalité, que l'autre puisse refaire sa vie sans toi. Pourtant, refuser d'accepter la vie est la pire des choses a faire.

La vie nous apporte des joies, mais aussi des peines. Plus on grandit, plus on va rencontrer des peines différentes.

Il faut simplement en tirer des leçons pour mieux avancer.

Répondre.

Alerter.

"Tourner un page… "

Envoyé par EphemerY le 16 février à 01:45.

Lorsqu'on a cru en quelque chose de fort… et qu'il faut en faire le deuil, rien n'est facile… DIfficile de croire que tant de mois, d'années partent.

En fumée… et pourtant, lorqu'on se reveille le lendemain, il/elle est parti (e) …

Il y a plusieurs facon de reagir… il y en a qui oublie tres vite, en remplissant ce vide avec quelqu'un (e) que l'on aime pas forcement d'ailleurs… d'autre décide de prendre une pause, et de ne plus s'attacher.

Avec qui que ce soit le temps de la digestion.

Pourtant, avec le temps, en effet, on peut avoir une nostalgie… mais aussi une amertume…

C'est bien d'en parler… mais c'est parfois bien d'oublier… le temps de reculer pour mieux sauter.

Pour ma part, je garde une certaine amertume, après avoir cru… j'ai beaucoup pleuré dans mon coin, comme beaucoup d'entre vous, et aujourd'hui.

J'essaye de me relever doucement pour aller de l'avant.

Mais l'amertume est la, car lorsqu'on a des sentiments, tous evenements est gravés dans notre coeur.

Cordialement,

EphemerY.

Alerter"Digestion difficile"

Envoyé par tituba le 20 février à 11:34.

Serait-ce une coïncidence ? Mais j'avais tout le temps des nausées et une fréquente envie de vomir après ma rupture ?

Quant aux aliments… écouerement complet : oui le deuil est bien un problème de digestion entre autres.

Bises.

Répondre.

Alerter"A maat et tous ceux qui traverse cette période… "

Envoyé par tazminette le 15 février à 20:27.

À l'époque où tu as écris ce post, j'était très souvent sur le forum à chercher du reconfort, en écrivant mes "malheurs", en lisant ceux des autres.

Internautes, en leur répondant…

Aujourd'hui j'avoue ressentir une certaine fatigue, que de tout étaler, ressasser en permanence mon histoire, un trop plein en somme de douleur, de.

Peine, de chagrin et surtout de souvenir… comme si en parler m'était trop pénible…

En fait le deuil c'est cyclique, tu as des hauts, avec le sentiment d'aller tellement mieux, de sortir la tête de l'eau et puis tout d'un coup, sans que.

Rien ne laisse présager le retour de vague, BOUM tu sombres à nouveaux, et souvent pour un tout petit rien, un parfum, un lieu… et là tu t'aperçois.

Que ce n'est fini, tu as envie d'hurler ta douleur, pleurer toutes les larmes de ton corp et encore plus, tu n'as plus goût à rien… envie que tout.

Ça s'arrete…

Quand ça s'arretera donc… si seulement il existait une recette.

Je dit souvent à mes amis, que ça serait tellement plus simple si nous étions des PC, une touche (DEL, Reset, Sup.) et hop on efface tout…

Avis à ceux qui le mode d'emploi.

Bisous à tous et bonne soirée.

Répondre.

Alerter"A quand la fin du deuil ? "

Envoyé par kevin66 le 15 février à 21:17.

Je souffre trop et en plus cela fait plus de 6 mois, je n'arrive même pas à l'oublier, je sait c'est très dur, depuis la rupture, chaques moments,

Chaques instants de la journée je n'arrête pas à me souvenir de tout les moments qu'on a passé ensemble, c'est très rare même de penser à autre.

Chose, mes amis le constate de plus en plus, tu t'en fuie trop, vie avec nous, et même je suis devenue très calme, et je parle souvent, car mes pensées sont occupées tout le temps, je n'arrive toujours pas à bien dormir, un vrai noctambuliste, et une insomnie grave jusqu'à dés fois je me lève pas.

Pour y aller au boulot, cause manque de someil, je n'arrive pas à admettre qu'un amour de quatre ans se termine avec cette toute simplicité, je.

T'informe qu'elle, se comporte vraiment très bien dans sa peau, car c'est elle qui a voulu cette séparation.

Peut-on étteindre ce deuil à n'importe quand, ou bien quand est-ce il va s'atténuer, est-ce qu'il dure longtemps, ma plus grande peur pour le future.

Est de bien s'instaler en moi.

(Kevin, Paris).

Répondre.

Alerter"C'est vrai que c'est dur de recommencer à 0"

Envoyé par jed le 26 janvier à 15:12.

Lorsque tout était acquit ; je comprend également ta "fénéantise" comme tu l'appelles. Moi je dirais plutot que j'ai perdu beaucoup d'illusions, en un amour.

Dont rien ni personne n'aurait pu atteindre ; enfin je croyais…

Avant j'étais capable de passer 2 heures par jour avec ma copine maintenant ce temps est bien révolu et je n'en ai plus la patience.

Répondre.

Alerter" quelle idée de lancer un sujet pareil !! "

Envoyé par persia le 26 janvier à 02:12.

Quelle idée de lancer un sujet pareil ? J'ai pas l'air stupide à pleurer.

Devant mon écran ! Tout ces mots ont ramené à la surface une douleur que j'essaye de combattre depuis moins de 2 mois. Me revoilà dans la déprime.

Je tiens juste à signaler que plaisante en ce qui concerne le titre de mon message. J'apprécie au contraire.

Je ne connaîs même pas la raison pour laquelle je suis en train d'écrire, mais j'écris. La souffrance est de nouveau là. Elle est passagère je le sais. Demain, elle sera moindre, je n'y penserais peut-être plus.

Jusqu'à ce qu'elle réapparaisse, car elle reviendra.

Vous avez certainement raison, lorsque vous dites qu'il faut vider son sac.

Mais je suis las de le vider. Ca me fatigue. Je me suis tant donné. J'ai ouvert mon âme et l'ai offert tout entier. On l'a pris quand il était à.

Prendre, mais on s'en est joué lorsqu'on en voulait plus. On me l'a volé.

Je me retrouve affaibli, et difficile de croire en l'amourde nouveau. En fait, j'y crois : mais peut être plus pour moi, ou pour plus tard alors…

Le deuil ? La fin ? La délivrance d'un cauchemar quotidien ? Tout simplement,

Un nouvel amour. La seule et unique solution.

Mais, en ce qui me concerne, et pour beaucoup d'autre je suis sûr, j'ai franchi un certain cap très difficile, et me sens capable d'aimer de.

Nouveau. J'ai même envie d'aimer ! Mais, j'ai perdu cette confiance… et surtout, une fénéantise terrible s'est emparée de moi : l'idée de reconstruire petit à petit, pièce par pièce, me décourage et me fatigue.

D'avance. OUI ! Il y a peu de temps avant, tout été acqui, beaucoup de choses étaient implicites, une complicité existait, une complicité qui était le.

Résultat d'un an et demi de vie partagée. Comment avoir la volonté de se remettre avec quelq'un et partir de zéro ? Pourtant, c'est fini, cet acqui.

N'est plus. Il faut le reconnaitre.

Aujourd'hui, j'ai retrouvé une grande part de moi, de qui j'étais. Mais, quelque chose me chagrine tout de même : je ne sais plus trop qui je suis. Je.

Ne me rappelle de cette personne que j'étais autrefois. J'en ai juste des souvenir. Je dois aussi me reconstruire une personnalité, car elle a été.

Baffouée.

Dernière chose à ajouter : dans ces moments là, si on a la chance d'être bien entouré, on s'en sort plutôt bien. Mais, je plains ceux qui comme moi, n'ont.

Pas eu au début ce soutien. Alors, à bon entendeur, si vous avez dans votre entourage quelqu'un dans une situation de deuil amoureux, aider la !

Aujourd'hui, bien que j'aie toujours besoin de soutien, et de rencontrer de nouvelle têtes, je dois avouer que je ne le montre pas, je n'en parle plus.

Car comme je disais, je suis fatigué.

Je préfère souffrir parfois à l'abris des regards, question d'humilité peut être…

(un jeune homme de 22 ans, Paris).

Alerter"Le deuil, c'est pour quand la fin ? "

Envoyé par kevin66 le 15 février à 20:50.

Sujet vraiment très intérressant, je suis dans la même situation, j'essaye de plus en plus fuir de ces images, de ses pensées et de ses souvenirs mais.

Je remarque que je me fais trop de mal car je n'arrive pas à oublier et surtout le larguage qu'elle m'a fait en toute simplicité, moi je ne céssé de.

Construire davantage pour nous deux et elle, elle s'est préparée pour la rupture car c'est elle qui veut ça, et maintenant elle vit bien et elle se.

Comporte vraiment très bien, je te fait savoir qu'on a vecu quatre ans du grand AMOUR, et maintenant elle sait décidée toute seule de vivre en concubine et elle attend son homme de rêve.

Pour ce deuil, je ne l'ai jamais vecu et j'ai peur de le vivre pendant toute ma vie, et surtout le comment de recommencer et avec qui et comment, est-ce.

Comme le précédent, peut-on se donner à fond, comment la carreser, comment se comporter, peut-on lui donner un grand amour ou bien différent de l'ex.

Même peut être ma prochaine partenaire, m'aimera follement est ce que je le sentirai vraiment, et en plus il y a le facteur d'âge, à l'âge de 32 ans,

Qu'est qu'il faut construire et bâtir, et selon quel norme à suivre.

Et je me demande s'il y a un moyen d'atténuer ce deuil car moi aussi ma personnalité est bafoué.

Je t'informe que moi aussi je suis seul à Paris, et que tous mes amis m'ont pas soutenu, et je suis loin de ma famille et de mon ex, car ils vivent loin.

De chez moi, je suis à mon 6eme mois de souffrance et ça sera quand la fin.

Réponse à ceux qui ont en la réponse.

(Kevin, Paris).

Répondre.

Alerter"Les hommes ont-ils peurs de l'amour ? "

Envoyé par tituba le 20 février à 11:42.

Salut Eclipsse,

Oui je pense comme toi que certains hommes ont peur de l'amour, de la passion également.

Et c'est très frustrant pour une femme de se sentir aimée et de ne pas pouvoir vivre cet amour. Le laisser mourir peu à peu…

Bises.

Répondre.

Alerter"C'est tellement vrai"

Envoyé par lala35 le 23 janvier à 10:52.

C'est tout à fait ça ! Moi pour faire mon deuil ce fait assez facilement :

Depuis que je ne suis plus avec mon copain je vois mes amis carrément plus souvent (je voyais beaucoup ses amis à lui) , je sors beaucoup plus et je.

M'entiche d'un nouveau mec toutes les semaines, sans qu'il ne se passe forcément grand chose avec lui, comme ça je ne fais de… personne !

Je ne suis pas prête de me remettre avec quelqu'un !!!!!!

En tout cas ça marche, plus les semaines passent et moins je pense à lui.

Maintenant j'arrive à m'intéresser à d'autres mecs, à m'amuser pleinement, ça fait un bien fou… Et je me sens libre !

Mais attention, après qu'il m'ait quittée j'ai souffert pendant plus d'un mois 24h sur 24. C'est pourquoi maintenant je me sens libérée d'un poids.

Énorme, le poids de mon amour pour lui.

Ça fait 3 mois que c'est fini entre nous mais j'ai l'impression que ça fait 3 ans !

Répondre.

Alerter"Je pense… "

Envoyé par Maat le 22 janvier à 21:32.

Que la perte de ce que l'on aurait pu vivre peut être aussi douloureuse que la perte de ce que l'on a vécu ; elle n'est pas de même nature mais elle n'en.

Est pas moindre.

C'est la perte d'un rêve au lieu de la perte d'une réalité mais ce n'est pas pour cela que tu ne peux pas avoir mal !

Laisse ton entourage dire… il n'est pas dans ta tête !

Maat.

Répondre.

Alerter"On ne perd pas… "

Envoyé par Dazibao le 24 janvier à 01:35.

… ce que l'on a vécu. C'est toujours là, en souvenir. Mais ce qu'on perd, ce à quoi on doit renoncer, c'est de pouvoir le vivre encore, de pouvoir construire d'autre choses. Stop, c'est fini. Ca a existé, mais c'est fini.

Facile à dire…

Dazibao.

Alerter"C'est dur à admettre "

Envoyé par Maat le 25 janvier à 07:26.

Quand l'autre cesse de donner il ne reprend pas.On repart chargé de plein de choses, dont ce qu'il nous a donné, ce quia aussi contribué à nous façonner.

Pas toujours facile à réaliser…

Maat.

Alerter"Il / elle était une fois… "

Envoyé par fabouch le 22 janvier à 19:49.

Et puis un jour, il/elle nest plus là Loin du corps et de lesprit, cétait son choix, celui de la vie ?

Et satténue avec le temps son image. Quelques fois on lutte, on persévère encore à la rattraper, Pour perpétuer un peu son hommage ?

Est-ce un bien ou un tort ? On ne sait plus vraiment, dans toute cette souffrance quon en ressent. Quon laisse de côté et qui vient nous rechercher.

Et qu'on laisse nous harceler. Parcequ'on est trop fragile pour l'affronter…

Sait-on dans ces moments où est le deuil ? Et ce quil nous apporterait ?

Et quand bien même ce nest pas la première fois, il est vécu toujours comme une découverte :

Situation troublante dont on ne connaît ni le contour de ses formes, ni les issues.

Les tentatives de fuites sont multiples dans les moments les plus durs (je m'occupe ! ).

Le deuil, oui, mais comment accélèrer le temps pour quil vienne nous emporter loin de cette lutte insensée ?

Le deuil, quest-ce que cest ? Si on pouvait savoir et le reconnaître pour aller à sa rencontre et lui crier : Hé ! Ne moublies pas ! J'ai tant besoin.

De toi maintenant. Mais le deuil nous répondrait : Tu nes pas prêt. Pourquoi ?

Parce que le deuil nexiste pas bien sûr. Parce que cest de nous quil doit surgir.

Le deuil, cest admettre avant tout que lavenir sera différent. Se résigner que quelque chose nest plus, que le présent est autrement.

Pas de recettes effectivement.

Certains sont longs Admettre nest pas toujours facile.

Se referment dabord les blessures les plus vives.

Puis viennent les questions les plus pénibles. Pourquoi nous désigne t-on pour souffrir ? Tant quelles nont de réponses, on pourra toujours soccuper.

La souffrance et ce manque sera toujours là si nous narrivons pas à retrouver la paix en soi.

On ne termine pas un deuil, mais on fait le deuil Et on accepte que lavenir puisse être vécu sereinement, dans dautres conditions. On accepte de laffronter avec cette nouvelle privation. Celle qui, toute nouvellement.

Ressentie, doit finir par ne plus nous inquiéter. Il faut saimer, se comprendre et se respecter. Faire la différence entre ce manque et notre propre être. Puisque le deuil nest autre que le fossé qui les sépare.

Parce que lautre ou la vie, à choisi pour nous, peu darmes existent, et notre rôle est limité… Nous nous sentons piètre guerrier, prêt à.

Sagenouiller. Mais déjà armé pour dautres batailles ! Dautres perspectives et la vie nous rappelle, si lon veut bien lécouter, quil y en aura dautres.

Quil faut ménager nos efforts pour déjà nous y préparer. Car sur le terrain où nous sommes, la partie est déjà terminée.

Il/elle était et je suis et je naime pas souffrir… Si je veux être heureux, j'ai aussi le droit dêtre nostalgique parfois. Car les moments que.

J'ai vécus et qui ne sont plus ont fait de moi ce que je suis à présent.

Alors, pour les remercier, je leur dois au moins cette petite pensée.

Maat, ma petite Maat, ne retrouve pas le chemin de Nicotines land Daccord ? (je les fumerai pour toi) …

Si je peux taider juste en te disant ceci : grâce à toi aussi mon sevrage sentimental se termine Que deviennent mes Maîtres, quand j'ai le dos tourné ?

Tristan fait de lescalade, toi de la plongée… Non hein ? Vous n'allez pas monter un club… ? Marre de faire du sport extrême…

Bisous Maat, je pense à toi !

Dazibao.

Répondre.

Alerter"Et que faire quand"

Envoyé par marameo le 22 janvier à 18:41.

Au bout de trois mois on se reveille chaque matin et que notre premiere pensee va vers lui ?

Que l on continue a y penser en se disant c est trop bete et l instant d apres oui bon j'ai compris c est fini ne pas savoir ce que l on veut ?

SANS DOUTE…

Mais alors qu est ce que je fais de ma petite voix qui me dit qu on est fait pour être ensemble ?

Répondre.

Alerter"Les doutes… "

Envoyé par nathalief le 22 janvier à 22:14.

Moi apres 2 semaines, je me sens si mal… il va revenir chez lui, tout se decidera la… il faut attendre, se demander pourquoi cette cassure ; je l'ai.

Bien cherchee pourtant ! Ma faute… je l'ai pousse loin de moi ; apres 2 semaines je me dis il me veut encore, il est blesse, il veut me punir… ça marche car j'ai mal ; je veux juste savoir ou nous en sommes, et peut être recommencer, avec lui mais que c'est dur de ne pas communiquer…

Nathalie.

Répondre.

Alerter"Trois mois c'est rien !!!! "

Envoyé par Maat le 22 janvier à 21:16.

Ne t'inquiètes pas trois ans c'est rien !!!!

Laisse toi plus de temps !

Ta petite voix, il faut que tu l'écoutes et que tu en parles ! Ne gardes pas ça pour toi…

Maat.

Répondre.

Alerter"Le deuil"

Envoyé par marie61 le 22 janvier à 14:31.

Salut Maat, peut-être te souviens tu de mon histoire ? Moi aussi, j'ai souffert de cette.

Rupture et ça fait maintenant six mois que c'est fini. Mon deuil actuellement a bien progressé, je me sens mieux, je vois les choses différemment, il me permet d'avancer bien que j'ai eu pas mal de retour en.

Arrière, je fais des choses que je ne faisais pas avant et mon dieu que c'est bon !!! J'ai appris à vivre avec cette douleur et elle s'estompe petit.

À petit, j'ai envie de vivre pleinement même si c'est sans lui, et c'est d'ailleurs mieux ainsi. Voilà ce que m'a apporté ce deuil. Mais je pense que.

Quelque part il sera toujours là, c'est comme ça. Mais j'espère faire ce deuil complètement pour pouvoir recommencer une histoire qui je l'espère sera plus.

Belle… J'espère que je ne t'ai pas trop soulée, bises.

A+

Marie.

Répondre.

Alerter"Il sera toujours là… "

Envoyé par Dazibao le 24 janvier à 01:50.

… et tant mieux je trouve. Au moins il reste quelque chose des histoires d'amour qu'on a vécues. Notre histoire à nous. Et un jour, en y repensant,

On se surprend à sourire…

Dazibao.

Répondre.

Alerter"Y arrive-t-on jamais, à ce deuil ? "

Envoyé par LadyHonesty le 22 janvier à 13:14.

Franchement oui, je me demande même si on y arrive jamais complètement - du moins en ce qui concerne les personnes qui ont vraiment compté.

Hier, pour moi, était la date anniversaire de la relation qui a le plus compté dans ma vie. Et crois-moi, j'ai ressenti toute la douleur, toute la.

Détresse que j'ai ressentie à l'époque. Inchangées. Pourtant, j'ai vécu deux autres relations depuis, mais lui je ne l'ai jamais oublié et je crois que.

Je ne l'oublierai jamais.

Je pense en fait que faire son deuil ne signifie pas "ne plus souffrir du tout" (cela, est-ce seulement possible ? ) , mais peut-être plutôt savoir.

Maitriser son esprit lorsqu'un souvenir surgit. Savoir ne plus se laisser envahir par la tristesse mais, dès qu'on a une pensée pour la personne en.

Question, trouver immédiatement le moyen de tourner ses pensées ailleurs.

Ce n'est pas facile. Je l'ai constaté hier, plus que jamais. Je le constate encore aujourd'hui, alors que je ressens encore cette souffrance sourde et.

Indéracinable au fond de mon coeur. Je ne pense pourtant pas à lui à chaque seconde, évidemment, mais cette tristesse est là, tout au fond tout au fond.

De moi.

Quoiqu'on vive, quels que soient les bonheurs qu'on rencontre par la suite, il y a des choses qui ne s'oublient pas.

Répondre.

Alerter"Il y a des gens que l'on emmènepartout avec soi… "

Envoyé par Maat le 22 janvier à 16:22.

Pas besoin de les voir pour cela… il suffit juste de les avoir aiméés…

Bisous aussi à toutes les deux !

Maat.

Alerter"Tout à fait d'accord avec toi et tituba ! "

Envoyé par Maat le 22 janvier à 11:08.

C'est vrai : on remonte on remonte et un matin on se réveille et vlan ! Pieuvre géante (angoisse) est là, sur notre oreiller et nous accompagne.

Toute la journée !

Et le lendemain ça va mieux et ainsi de suite !

Mais comme disent les Shadocks, plus on rate, plus on recommence et plus on ade chances de réussir !

Maat.

Alerter"Le mode d'emploi est écrit dans le langage des émotions "

Envoyé par Dazibao le 22 janvier à 02:57.

Le travail de deuil est une suite d'étapes relativement simples, mais dans lesquelles on peut s'égarer.

Il y a d'abord le refus d'accepter. "C'est pas vrai". Comportements plus ou moins rationnels pour lutter l'idée de la perte.

On peut s'égarer dans cette phase par peur, en refusant d'accepter la perte, et en se créant un état pathologique dans lequel on se maintient pour éviter.

D'accepter l'évidence.

Puis ensuite, une phase douloureuse et angoissante où l'on accepte la perte dans une phase de déprime, voire de dépression. "Je suis nul, je n'arriverai.

À rien". La perte de l'être aimé envahi notre âme, notre vie, on ne devient plus que ça. L'avenir semble arrêté, les projets impossibles ou inutiles.

Dans cette phase, l'entourage joue un rôle important. Le bon comportement de l'entourage est d'écouter la douleur "je comprends… " et d'être là, puis.

Ensuite d'aider la personne à relativiser la perte et à sortir de cette phase difficile.

Souvent l'entourage se défend contre la tristesse exprimée par la personne dépressive. Il nie ou dédramatise quelquefois la gravité de la perte "mais.

C'est pas grave, t'en retrouveras d'autres". Face à ça, la personne prend l'habitude de faire bonne figure ou de s'isoler quand elle n'y parvient pas.

Ce genre de comportement très révoltant de la part de l'entourage empêche le deuil de s'effectuer correctement. La personne reste coincée dans le.

Processus de deuil et génère des angoisses cachées. Ces angoisses ressortent lors d'événements qui ont un lien plus ou moins ténu avec cette angoisse.

Ensuite, les angoisses deviennent associées à ces événements. La personne évite alors de se placer dans ces situations anxiogènes. Mais le deuil ne se.

Fait pas.

Enfin, troisième phase de réaction, de sortie de dépression. On apprend à avoir d'autres centres d'intérêts, découvrir d'autres choses. La vie c'est.

Le désir. C'est le moment de l'émergence de désirs nouveaux et anciens, et qui montrent que la vie continue, différente.

Cette dernière phase du deuil est le moment où, malgré le manque encore présent quelques fois, on vit d'autres choses. Ces nouvelles choses aident à.

Accepter vraiment la douleur du manque pour qu'elle devienne un souvenir dans notre histoire.

La difficulté de se repérer dans ce processus qui nous concerne tous vient peut-être du fait que l'on peut vivre plusieurs deuils en même temps.

Dazibao.

Alerter"Le travail de deuil… "

Envoyé par Dazibao le 24 janvier à 01:59.

… est valable pour toute partie de soi que l'on perd. Des petites comme des grandes.

On m'a piqué mon portefeuille…

- Déni : non, c'est pas vrai, je cherche dans toutes mes poches… je reviens là où j'étais…

- Déprime : pfouu… c'est tout moi ça, je suis vraiment nul, je ne vais même pas pouvoir rentrer chez moi maintenant…

- Réaction : on appelle un pote pour dépanner, on passe au commissariat pour refaire les papiers…

Marrant, hein ? Comme quoi les petites et les grandes douleurs se ressemblent beaucoup, du décès d'un être cher, à la perte du cordon ombilical, en passant par un amour perdu ou un objet auquel on tenait…

Et d'accord avec toi sur le tabou de la mort. De plus, les tabous empêchent le deuil, et empêchent de revivre ensuite.

Dazibao.

Alerter"Dazibao, tu m'épates"

Envoyé par tituba le 22 janvier à 10:13.

Salut mon chocolatier préféré ,

Alors là, je suis toute soufflée (virtuellement of course) : vraiment,… est de la profondeur.

Je suis toute zémue.

C'est exactement ça, je rajouterais d'autres petites phases mais tu dis vraiment bien les choses.

J'ai juste une tite question : après la troisième phase, il y a quoi ? On est arrivé en haut de la montagne ?

Je voulais aussi dire que ces phases ne sont pas comme des escaliers en ligne droite. Mais plutôt comme un escalier en spirale ascendante.

Quelquefois, alors qu'on se dit : ça y est, j'ai franchi la phase 2,5, on se retrouve quelque temps après à ce stade là. Ce qu'on ne sait pas c'est qu'on.

Est déjà passé par là ok mais on monte encore une marche. Il faut parfois accepter ces retours en arrière qui peuvent être très déstabilisateurs.

Ne plus penser à l'être aimé perdu est aussi admettre que la relation est complètement finie…

Bises.

Alerter"J'ai du crunch si tu veux"

Envoyé par Dazibao le 24 janvier à 02:16.

Oui, le "passage" d'une étape à l'autre ne survient pas par une rupture brutale et définitive. Il s'agirait plus d'une suite d'alternances où, au.

Fur et à mesure, des pensées et des souvenirs se modifient. Petit à petit on en vient à voir les choses différemment et on évolue.

La montagne ? Hum. Je ne sais pas trop, il faudrait demander ce qu'il entend par là au "grand maître qui descend de la montagne à cheval" (plus connu.

Sous le nom de GRAND HSZEODJSKKEASOPPP).

Peut être que cette montagne est l'illusion que la perte n'existe pas. Une défense pour ne pas penser à la perte. Défense contre la souffrance envahissante que l'on peut ressentir en acceptant la perte. Contre la dépression.

Peut-être que "descendre de la montagne", c'est accepter de voir la douleur de la perte. Avant de s'y plonger. Mais, quand on a une montagne, il est.

Nécessaire d'y monter pour s'apercevoir que c'est une illusion, un refuge solitaire contre la douleur de la séparation avant de pouvoir l'accepter.

Mais ceci doit dépendre de chacun. Je ne sais pas en fait…

Je ne sais pas si la relation est un jour finie. Il y a - heureusement - tous les souvenirs. Pouvoir repenser aux bons moments avec un sourire qui.

Vient du coeur est un bon signe.

Dazibao.

Répondre.

Alerter"Après y a "

Envoyé par wako le 20 janvier à 23:24.

Et ben après, au bout de six mois ça va mieux, mais jamais très bien. Tu connais d'autres gens, d'autres hommes, mais ce sera jamais pareil.Moi ça.

Fait cinq ans et ça n'a jamais été "ça". Je te remonte pas trop le moral, mais tiens bon Maat, ça viendra, c'est que celui d'avant n'était pas le "bon".Courage !

Alerter"Le deuil engendre un nouveau départ"

Envoyé par woman le 20 janvier à 23:22.

J'ai mis deux ans pour faire le deuil d'une longue relation amoureuse. La rupture a été très douloureuse. J'ai pleuré pendant presqu'un an, et j'ai.

Décidé un jour qu'il fallait que cela cesse avant de tomber dans la dépression.

Je me suis d'abord reconstruite mentalement et professionnellement. Une fois j'ai retouvé ma tete et mes esprits, j'ai commencé un long, long travail sur.

Moi-même : je me suis pardonné et je dois accepter cette rupture. Ce travail a duré un an.

Aujourd'hui, j'ai fait mon deuil. Car, j'ai accepté qu'il puisse avoir quelqu'un d'autre dans sa vie que moi, et que mon avenir ne repose pas sur.

Lui mais ailleurs, que j'entretenais moi-même ma souffrance en espérant un quelqueconque retrouvaille…

Je repense encore à cette relation, sur les choses que j'aurais pu lui dire, éviter ou faire pour sauver notre couple… on ne peut pas renier son passé,

Ou oublier tous ces moments qu'on a partagé ensemble… Par contre, l'avenir n'est pas forcément moins bien de ce qu'on a connu. Alors, il faut.

Se donner la chance d'être heureux de nouveau.

Le jour où tu comprendras ça, tu sauras ce que le deuil peut bien engendre :

Être de nouveau heureux avec plus de maturité et de tolérance.

Alerter"En chinois… "

Envoyé par Dazibao le 24 janvier à 02:32.

… l'idéogramme représentant le mot "rupture" est composé de deux symbole :

L'un représentant le danger, et l'autre l'opportunité. Deux faces d'une même pièce…

Dazibao… chinois à ses heures.

Répondre.

Alerter"Hold your head up"

Envoyé par lothian1 le 20 janvier à 22:33.

Je pense que le deuil ne s'achève qu'avec la rencontre d'une autre femme.

C'est la seule manière d'évacuer la tristesse et tout ce qui peut te rattacher à la personne que tu as aimé et qui n'est plus avec toi.

Tu peux te consacrer à un sport, à ton travail, à tes amis pour y penser un peu moins.

Mais je crois que si tu as vécu une histoire forte, les cicatrices resteront là.

Au delà du deuil, c'est d'appprendre à encaisser ces coups pour ne pas sombrer. Je devrai me l'appliquer à moi-même d'ailleurs.

La vie continue…

Répondre.

Alerter"Je ne suis pas d'accord sur une chose"

Envoyé par Maat le 20 janvier à 22:46.

Je ne veux pas me mettre avec quelqu'un pour évacuer ! C'est un leurre pour tout le monde, et un couple qui a ce genre de fondations n'est pas très bien.

Parti…

Enfin ça n'engage que moi !

Mais c'est vrai qu'il faut saisir l'opportunité d emieux se préparer aux coups durs !

J'espère que ça ira pour toi.

Maat.

Répondre.

Alerter"Entièrement d'accord maat"

Envoyé par Tristan1 le 20 janvier à 23:11.

On n'a pas le droit de demander à une autre personne de venir réparer quelquechose en soit.

Imposer à un nouvel amour la présence, même sur le déclin, d'un ancien amour pas totalement réglé est cruel.

Et ce qui se passe dans ces cas là, c'est qu'une fois que le deuil est terminé, la personne qui a aidé à faire ce deuil est quittée, et se trouve.

Le bec dans l'eau !!

Non je dirai que tu sais qu'un deuil est terminé lorsque tu peux te lancer dans une nouvelle relation sans que cette dernière soit parasitée par l'ancienne.

Tristan.

Répondre.

Alerter"Je ne dirai pas exactement "deuil"… "

Envoyé par piumino le 20 janvier à 20:29.

Parce que ton histoire t'a imprégnée quelque part en toi. Cette histoire qui te fait souffrir te permet aujourd'hui de dire ou de faire de façon.

Différente, parce que tu en as tiré quelque chose, une sorte de leçon. "Il" n'est pas mort, il t'a fait avancer.

Tu es "construite" d'un patchwork de petites histoires, amoureuses ou non.

C'est pour chacun de nous pareil, c'est pour ça que nous sommes tous différents.

Je me comprends mais je ne suis pas sûre d'être claire !

Bon courage et bonne route.

Piumino qui ressent comme toi !

Répondre.

Alerter"Faire son deuil… "

Envoyé par Tristan1 le 20 janvier à 19:56.

C'est faire de la place afin qu'une prochaine relation amoureuse ne se heurte pas à celle qui est partie.

Cela ne veut pas dire exclure la personne dont on fait le deuil de son coeur. Au contraire, elle doit rester un peu présente, car tous nos amours passés sont un peu les fondations de nos nouveaux amours.

C'est pourquoi lorsqu'on y repense la nostalgie peut revenir… et c'est à mon sens positif, car cela veut dire que cette personne aura été une relation constructive, qui a comptée.

Tristan.

Répondre.

Alerter"Faire son deuil engendre… "

Envoyé par DrRuth le 20 janvier à 18:54.

… une nouvelle vie que l'on a envie de faire avec quelqu'un d'autre !

On a vraiment envie de se passionner, de s'investir, de faire osmose avec le nouveau partenaire !

Faire son deuil implique l'oubli total de l'ancienne relation surtout si elle a été difficile, cela implique une envie de créer un nouveau monde forcement different de ce que l'on a vecu et ne pas rester ds le passé !

Peut être que justement pour ne plus resentir cette nostalgie, il faut se debarasser ou plutot changer (le terme est plus approprié) de fréquentations, de gens, car sinon ces personnes nous feront toujours penser.

Par leur presence ou leur commentaire ou certaines allusions au passé et ce deuil n'en finira jamasi vraiment !

ALlez de l'avant c'est tout ce qu'il y a à faire.

Dr.Ruth.

Répondre.

Alerter"Oubli total ? "

Envoyé par Maat le 20 janvier à 19:51.

Je ne crois pas… en tout cas je ne veux pas oublier et je crois que ce n'est pas réellement possible ; on n'oublie pas… on y pense moins je crois.

Oui peut être que le deuil est fait quand il y a quelqu'un d'autre… je ne sais pas…

Merci d'avoir répondu.

Maat.

Répondre.

Alerter"Coucou"

Envoyé par maxximum le 20 janvier à 17:36.

Je ne sais pas si je vais d'être de bon conseils.

Les filles ont si bien répondu, je vais certainement répéter des choses aussi que j'ai déjà dites.

Quand savoir si on est à nouveau prêt ? .

Quand on ne souffre plus, quand on y pense plus ? Ou moins ? Ou quand un (e) autre occupe de plus en plus notre esprit. Sans doute.

Mais on oublie jamais on accumule… Il y aura toujours des come back à cause d'un endroit, d'un parfum, d'une date…

Il faut que la mélancolie laisse place à une douce nostalgie. Il faut vivre avec savoir regarder vers l'avenir et garder le meilleur. Retrouver un but.

Et repartir. Mais quand et pour quoi faire ? .

On a tous trop de cicatrices pour supporter un nouvel édifice et co.nstruire quelque chose d'autre… ? A la longue on s'interroge on prend des claques et.

On passe le restant de sa vie à panser ses blessures. Aux autres, nous disons que nous avons grandi. FOUTAISES !!

On a pourtant tant d'amour en soit mais peur de le donner, de s'ouvrir au premier venu. De refaire confiance. Il ne faut pas se précipiter trop tôt.

Dans une nouvelle relation ou les accumuler comme une fuite en avant pour ne pas y penser, pour oublier… se souvenir lancinant. Mais on fait souffrir.

Quelqu'un qui n'y est pour rien. Patience donc…

On se dit qu'il faut se forcer à tenir la vitrine, un sourire de façade, à aller mieux pour les autres. Faire le clown.

Avec le temps va, tout s'en va. Il faut croire le chanteur. Il faut garder l'espoir sans trop espérer je pense. Le verbe aimer se conjugue à tous les.

Temps mais il n'est beau qu'au présent.

Maxxi bizzes.

"Ce qui est passé a fui ; ce que tu espères est absent ; mais le présent est à toi."

Sagesse arabe.

Répondre.

Alerter"D'accord avec toi… "

Envoyé par tamara le 21 janvier à 00:46.

J'ai vécu 20 ans avec celui qui est le père de mes enfants et puis, ne voulant pas donner une image négative d'un couple qui reste pour les enfants.

(mon mari avait une maîtresse 20 ans plus jeune que lui) , j'ai demandé le divorce tout en étant encore amoureuse de lui. J'ai eu très difficile de.

Faire confiance à un autre homme et surtout d'avoir une relation harmonieuse jusqu'au jour où quelqu'un m'a dit que je devais faire mon deuil de mon mari.

Et qu'ensuite seulement je pourrais être prête pour un autre amour.

J'ai mis longtemps à oublier mon mari, mais un jour je me suis réveillée sans angoisse, sans tristesse, sans chercher sa présence auprès de moi dans.

Mon grand lit, j'étais libérée. Je le lui ai dit lors d'un entretien téléphonique : "je ne t'aime plus, je ne souffre plus en pensant à toi", j'avais l'impression d'avoir été exorcisée. Ainsi, c'était possible de ne plus avoir mal en repensant au passé ? Oui. La preuve, je l'ai rencontré par hasard il y a environ un mois, il était avec sa maîtresse et quand je l'ai vue, je me suis dit : tiens, je connais cette fille, mais je n'aurais pas pu dire où et comment et surtout, je n'ai pas ressenti ce petit pincement au.

Coeur ? Je crois que le temps a été le meilleur médecin et qu'il permet d'oublier ce qui nous a fait souffrir pour nous préparer à autre chose. Mais.

Il ne faut pas se jeter dans une nouvelle "histoire d'amour" en espérant que celle-ci fera oublier l'autre, ne pas jouer avec les sentiments juste par.

Dépit ou par vengeance et surtout ne pas faire aux autres ce qu'on a vécu soi-même. L'amour, c'est donner mais c'est aussi pardonner.

Courage, l'oubli viendra et effacera toute amertume, toute tristesse et te rendra l'espoir d'aimer à nouveau.

Tamara qui te souhaite d'y arriver.

Répondre.

Alerter"Contente de pouvoir t'aider… "

Envoyé par tamara le 21 janvier à 01:35.

Chaque histoire d'amour est unique (chaque rencontre que tu vivras ne ressemblera pas à la précédente) et chacun fait son deuil en vertu de sa.

Propre personnalité. Je dois avouer que j'ai quand même été dépressive quelque temps (même si c'est moi qui avais pris la décision de divorcer) et.

Puis, grâce à mes enfants, je me suis reprise en mains, je restais le phare au milieu du brouillard, je me devais d'être un exemple, un guide pour ces.

Enfants qui ne comprenaient pas que leurs parents puissent se quitter (nous ne nous sommes jamais disputés devant eux et jamais élevé la voix - donc, tu.

T'imagines leur incrédulité et leur désarroi, s'ils avaient été préparés à cette séparation en nous voyant nous déchirer, comment auraient-ils réagi ? ).

Ma plus jeune fille qui avait 6 ans à l'époque m'a dit : "comment se fait-il que vous divorciez, papa s'est réveillé un jour et s'est dit "je n'aime plus.

Ma femme, maintenant j'aime Cathy ? " Comment lui faire comprendre ? J'ai surtout souffert au travers de mes enfants qui ont été abandonnés, rayés,

Effacés de la vie de leur père (c'était son choix, à nouveau départ, nouvelle vie). Aujourd'hui, mes enfants sont des enfants équilibrés, bien.

Dans leur peau même s'ils ont vécu dans une famille monoparentale car je n'ai jamais voulu "imposer" mes enfants à un autre homme et surtout je n'ai.

Pas voulu qu'ils puissent faire des comparaisons, j'ai dû gérer ma vie avec mes enfants et me créer des moments sans eux. Avec le recul, je me sens.

Mieux, libre de mes choix, libre de vivre, d'aimer ou de ne pas aimer, libre pour vivre une passion, libre pour partager des moments de fous-rires, de.

Délires avec des amis, en un mot : vivre.

Tu verras que tu y arriveras, c'est douloureux, cela prend du temps, mais le tout c'est de croire en soi et ne pas perdre la foi envers les autres qui.

Sont parfois maladroits pour te consoler, mais qui le font avec amitié, ne les rejette pas par orgueil, on a tous besoin les uns des autres.

Tamara qui sur ces dernières paroles s'en va dans les bras de Morphée.

Répondre.

Alerter"Les temps d'aimer"

Envoyé par tituba le 22 janvier à 11:01.

J'aime.

J'aimais.

J'aimai.

J'aimerai.

J'aimerais.

J'ai aimé.

J'avais aimé.

J'eus aimé.

J'aurai aimé.

J'aurais aimé.

J'eusse aimé.

Que j'aime !

Que j'aimasse !

Que j'ai aimé !

Que j'eusse aimé !

Aie aimé !

Ayant aimé.

Avoir aimé.

Aime.

Aimant.

Aimer.

Tu préfères quoi ?

Répondre.

Alerter"Un sentiment d'inachevé"

Envoyé par maxximum le 20 janvier à 22:50.

Un gout amer… et on se dit, et si, et si ! …

Mais ça ne sert à rien. C'est comme cela et faut vivre avec. Il faut que tu l'oublie, ou que tu aprenne à vivre avec son souvenir sans en souffrir. Tout s'efface…

Répondre.

Alerter"Coucou maat ! "

Envoyé par eye le 20 janvier à 16:19.

Nous avons déjà eu l'occasion de discuter de cela toutes les deux… mais je rejoins aussi Anna dans ce qu'elle exprime… quand on veut aller trop vite,

Il arrive que l'on se trompe… et que l'on ne s'en rende compte que trop tard… en faisant du… quelqu'un et en se faisant du… soi.

Mais comment savoir quand on est à nouveau prêt ? Je crois que nous sommes un certain nombre à nous poser cette question ici…

Est-ce que le deuil est fini quand la souffrance s'arrête ? Personnellement, j'en suis à ce stade : je ne souffre plus et je tire même un sacré profit.

Des épreuves vécues… de là à dire que le deuil est terminé, je ne sais pas ? Mais est-ce vraiment important maintenant ? Je veux dire par là… ne.

Faut-il pas maintenant regarder vraiment vers ailleurs, garder en soi ce qui a été beau et que j'ai pu préserver et garder surtout à l'esprit les.

Enseignements reçus ?

Je ne sais si cela pourra te guider un peu… mais je pense que s'il n'y a pas de recette miracle et que chacun fait un peu comme il peut, selon ses.

Possibilités et selon le contexte aussi… je crois que ce qu'il y a de commun, c'est le facteur temps. Si on reste patient, si on n'essaye pas à.

Tout prix d'aller mieux au risque de se casser la figure très rapidement, alors, on retrouve tout doucement harmonie avec son rythme intérieur et on.

Sort grandi de l'épreuve.

À plus tard !!!

Bisous.

Eye.

Alerter"Oui on en avait déjà parlé… "

Envoyé par Maat le 20 janvier à 19:45.

Et je suis toujours d'accord avec toi sur le fait qu'il ne sert à rien de chercher à tout prix à oublier, à renier, c'est encore pire ; enfait ce genre.

D'oubli est au deuil ce que le mieux est au bien, son pire ennemi.

Mais je me dis que de se poser ce genre de questions est un signe d'avancée ; mais tu as raison, ne pas chercher à aller trop vite, laisser faire…

Merci pour tes écrits.

Maat.

Alerter"À mon humble avis"

Envoyé par annamadrigal le 20 janvier à 15:44.

A mon avis le deuil est fait à partir du moment où tu te sens prêt à passer à une autre vie, avec un ou une autre (ou sans pourquoi pas ? ). Je ne dis pas.

Que tout le monde attend d'être prêt pour recommencer une relation et à mon avis c'est bien là tout le problème : On va parfois un peu trop vite.J'ai.

Vécu ce truc il y a deux ans et les choses se sont eclaircies seulement il y a quelques mois.J'ai fait le deuil d'une relation impossible dans les bras.

D'un autre.Une fois l'affaire définitivement enterrée, j'ai quitté l'autre.

Je croyais aimer sincèrement ce dernier, mais il n'était là que pour me rassurer.

J'ai fait souffrir quelqu'un que j'estimais et je n'en suis pas fière.

D'où l'importance d'attendre d'être prêt pour s'offrir et offrir une relation qui vaut le coup.

Après le deuil, forcemment tu tournes une page, t'y pense un peu mais tu as surtout du chagrin pour ce que tu n'as pas pu faire, ce que tu n'as pas pu.

Dire, sur le temps que tu as perdu (quand c'est vraiment une relation douloureuse) … mais ce n'est pas forcemment l'ex qui est en ligne de mire.Tu.

En tires plutôt des règles de vie générales et des experiences pour tes relations futures.

Et puis après hop, un nouveau chapitre à écrire !

Une fois que tu ne veux plus ou que tu n'espères plus repartager une relation sentimentale avec cette personne, c'est bon !

Cela dit il n'existe pas de règles, on fait son deuil à sa vitesse… C'est souvent long quand tu est très amoureuse.

Je suis pas sûre d'avoir vraiment éclairé ta lanterne : je me rends compte que je suis pas forte en explications de ce genre…

Bon courage.

Anna, embrouillamini.
  Lire la suite de la discussion sur aufeminin.com


50595
b
Moi aussi !
3 personnes ont déjà vécu la même histoire

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

26 ans mais beaucoup de mort autour de soi - deuil

image

Salut Guillermo, Je suis désolée pour tout ce qu'il t'arrive… Ce que tu racontes m'est familier. J'ai perdu ma grand-mère il y a un mois et je suis moi aussi angoissée. La spasmophilie est une manifestation de l'angoisse, je ne fais pas de...Lire la suite

Comment gerer le deces de ma mere - deuil

image

Bonjour. Mon histoire est un peu differente de la votre. J'ai perdu ma mere a l'age de 4 mois (elle n'avait que 30 ans). Jusqu'à envron 9 ans j'était une enfant enfermée sur moi même je parlai très peu et refusais de manger et je manquai de...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages