Histoire vécue Perte d'un proche > Deuil      (1994 témoignages)

Préc.

Suiv.

Soulagée de ne pas la voir souffrir

Témoignage d'internaute trouvé sur psychologies 3 ans
Mail  
| 440 lectures | ratingStar_122874_1ratingStar_122874_2ratingStar_122874_3ratingStar_122874_4

Ma maman est morte d'un cancer métastaté au cerveau il y a deux mois aujourd'hui. Elle avait 73 ans. J'avoue pour ma part qu'au début j'étais soulagée. Soulagée de ne plus voir cette femme souffrir, mon père souffrir et tout le monde souffrir et vivre au rythme de cette maladie qui durait depuis 10 ans avec 5 très difficiles dernières années. Donc soulagement. Je me disais qu'enfin elle vivait légère et heureuse. Je ne souhaitais pas qu'elle lutte comme elle l'a fait pour rester près de nous. Sa vie n'était pas la vie d'ici. Maintenant, doucement, c'est l'image de maman en pleine santé qui arrive. Et quand je pense à cette femme libérée de son corps meurtri, j'avoue penser que la vie est cruelle. Je me dis : déjà !! La vie est si courte ? . Je crois que notre douleur n'est en fait qu'en lien avec la relation que nous avions avec la personne disparue. Il y a des décès qui pour moi ont été bien plus violents que le départ de maman. Alors pour l'avoir vécu avec d'autres et pour avoir bp &oelig ; uvré à mon rééquilibre, je peux dire maintenant que le deuil est juste une relation à soi. Le chemin de la sérénité est en soi. Il faut comprendre pourquoi parfois on en arrive à de tels extrêmes. Pourquoi parfois on a envie de s'infliger de la douleur. Pourquoi parfois on décide de n'exister qu'à travers la perte d'un être cher. Votre maman, ma maman sont bien plus heureuses maintenant. Leurs vies étaient de toutes façons brisées, alors nous devons penser à leurs souffrances qui ont enfin pris fin. Nous devons nous appuyer sur nous mêmes et c'est peut être effectivement de se dire que maintenant c'est nous les mamans qui fait le plus mal. Peut être que nous prenons conscience que la vie tourne et c'est fini pour nous d'être la petite fille, nous devons compter sur nous mêmes. La douleur est une étape normale qu'il ne faut par contre pas amplifier. Il faut éviter de la nourrir, il faut éviter de ressasser et de tourner en rond. Je le sais, jel 'ai fait et pour rien au monde je ne replongerai là dedans. C'est se faire bp bp de mal pour rien. La souffrance n'apporte rien et vivre heureux est tout sauf l'oubli. Bien au contraire. Je me sens bp plus proche de celui qui me manque maintenant. Maintenant que je vais bien et que j'ai décidé de vivre tout simplement.
  Lire la suite de la discussion sur psychologies.com


122874
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

26 ans mais beaucoup de mort autour de soi - deuil

image

Salut Guillermo, Je suis désolée pour tout ce qu'il t'arrive… Ce que tu racontes m'est familier. J'ai perdu ma grand-mère il y a un mois et je suis moi aussi angoissée. La spasmophilie est une manifestation de l'angoisse, je ne fais pas de...Lire la suite

Comment gerer le deces de ma mere - deuil

image

Bonjour. Mon histoire est un peu differente de la votre. J'ai perdu ma mere a l'age de 4 mois (elle n'avait que 30 ans). Jusqu'à envron 9 ans j'était une enfant enfermée sur moi même je parlai très peu et refusais de manger et je manquai de...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages