Histoire vécue Perte d'un proche > Don d'organe      (44 témoignages)

Préc.

Suiv.

Don d'organes et révolte

Témoignage d'internaute trouvé sur e-sante 45 ans
Mail  
| 723 lectures | ratingStar_120165_1ratingStar_120165_2ratingStar_120165_3ratingStar_120165_4

Bien des années avant que ma mère ne tombe malade et ne décède, quand nous étions encore toutes deux en bonne santé, nous avions parlé longuement du don d'organes, et plus que parlé puisque chacune avait pris sa carte de donneur, manifestant ainsi ouvertement notre volonté, et elle avait bien insisté pour que, le jour de son décès, je puisse en parler aux équipes médicales. Bon, c'est vrai qu'au moment du décès, dans des conditions plutôt tristes et comme j'étais encore sous le choc bien que je m'y sois préparée vues les circonstances, c'est vrai que j'ai un peu tardé à exprimer cette volonté ; mais quand j'y ai enfin pensé, il m'a d'abord été répondu que, vue la maladie dont elle était décédé on ne pourrait prélever que les cornées. Moi, complètement d'accord, d'autant plus que ça me paraissait hautement symbolique : étant moi-même entre autres complètement aveugle, je me voyais ravie de pouvoir rendre la vue à d'autres par les cornées de maman ! Quelle vive joie pour commencer ! Oui mais voilà, les choses se sont vite sérieusement gâtées… J'ai appris que l'hôpital dans lequel maman était décédé n'était pas habilité à prélever des greffons, même de simples cornées, et qu'en conséquence, même si j'avais bien signalé la volonté de la défunte et la mienne encore assez tôt pour ce prélèvement précis, eh bien, la volonté de maman ne serait pas respectée ! J'ai alors proposé qu'on transfère son corps dans un hôpital qui serait, lui, habilité à ce type de prélèvement : refus net également ! Conclusion de cette histoire : il ne suffit pas de manifester la volonté d'une personne déjà de son vivant, il ne suffit même pas d'en parler aux proches, il faut en plus être capable de choisir le bon hôpital pour mourir ! Eh bien voilà, l'affaire remonte maintenant à plus de trois ans, pourtant la révolte que je ressens est toujours aussi vive et fraîche, je voudrais que plein de gens puissent le savoir mais mon témoignage est toujours refusé sur les radios où j'ai essayé ; Je tiens absolument à faire partager ces à-côtés souvent ignorés du don d'organes !
  Lire la suite de la discussion sur e-sante.fr


120165
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

État de mort cérébrale

image

Mais il me semble que oui car même si le cerveau n'est plus actif les organes vitaux le sont . Il doit être très difficile de prendre cette decision, pourtant lorsque la mort cerebrale est declaree, on sait aussi que la personne ne sera plus...Lire la suite

Feuilleton sur tf1

image

Voilà, moi qui tiens plutôt le coup depuis mon il y a un mois et demi, je craque cet après-midim. Qu'est-ce qui m'a pris regardé cela ? Je dois avoir un grain… Mon petit garçon me manque. Pourquoi certaines femmes doivent vivre ce cauchemar ?...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages