Histoire vécue Perte d'un proche > Perte d'un enfant      (1778 témoignages)

Préc.

Suiv.

La mort de ma petite Alicia

Témoignage d'internaute trouvé sur magicmaman
Mail  
| 2671 lectures | ratingStar_28265_1ratingStar_28265_2ratingStar_28265_3ratingStar_28265_4

Tout a commencé lorsque j'étais bien dans ma vie… j'avais un homme qui m'aimait et que j'aimais, un boulot qui me plaisait… bref, le moment idéal pour unir notre amour et en faire un être merveilleux était arrivé ! … l'idée de donner la vie était un rêve de petite fille… une étape par laquelle je devais obligatoirement passer… car, cette volonté de devenir mère était pour moi quelque chose de fondamental et primordial tant j'aimais les enfants… c'était l'évènement qui manquait à ma vie pour que tout soit parfait…

14 Août 2004 : test positif… et mon rêve devenait réalité ! … tu étais ce bébé que j'attendais tant et que j'aimais déjà tant… celle qui m'avait choisie pour maman et celle que j'accueillais avec tant d'allégresse…

Cette grossesse se passait à merveille… aucuns nuages à l'horizon… est-ce que c'était trop beau pour être vrai ? … je n'avais pas de nausées… je ne me sentais pas si fatiguée… en fait, j'étais au plus haut point épanouie et heureuse et je vivais pleinement cette grossesse… tu étais une petite fille… et chaque jours nous faisions plus ample connaissance… chaques jours nous nous rapprochions de toi… ton papa était déjà fou de toi… il te chantait des chansons, jouait avec toi et te racontait des histoires… nous t'imaginions à ta naissance… nous t'imaginions plus tard… nous imaginions nos journées avec toi… nous imaginions notre vie avec toi… Mais, toi tu n'étais pas pressée de venir dans ce monde de fou… tu te plaisais au creux de moi et ne voulais pas quitter ta maman… et, le jour du terme arriva… c'était le 28 Avril 2004… mais, on ne pouvait pas me déclencher car tu étais beaucoup trop haute !! Alors moi, je commençais à m'angoissser… à m'inquiéter de ne pas te voir arriver… mais, je savais que c'était la fin et que, bientôt, je pourrais te serrer contre moi… je me languissais…

Ainsi, le 30 Avril 2004… quand les contractions ont commencé aux alentours de 4h30 j'étais surexcitée… je savais que ce jour tant attendu arrivait enfin… j'étais à la fois inquiète quant à l'inconnu et pourtant si confiante… dès lors,… rien ne pouvait plus t'arriver… j'étais à la clinique pour accoucher… et vivre le plus beau jour de ma vie… malgré la pluie, dehors, qui n'arrêtait pas de tomber… je me disais, d'ailleurs, intérieurement : pourquoi ne fait-t-il pas beau en ce merveilleux jour de ma vie ? … comme si le ciel entier pleurait déjà pour toi…

Malheureusement, ce jour est devenu mon pire cauchemard… le drame de ma vie… et de celui de mon conjoint…

07h00 : Arrivée à la clinique… comme j'étais la première arrivée il m'ont placé de suite sous monitoring en salle d'accouchement… mes contractions devenaient, de plus en plus, douloureuses… bien rythmées et à intervalles réguliers mais intenses et de plus en plus rapprochées… toutes les 2-3 minutes… Pourtant, je ne dilatais pas beaucoup…

10h30: on me propose du nubain… en me disant que cela m'aiderait en attendant la péridurale… car il était encore trop tôt… de toute façon je voulais éviter la péridurale car j'avais ouie dire que cela pouvait être dangereux ! … et comme mes contractions devenaient réellement douloureuses j'ai accepté ce produit en étant persuadée qu'il ne pouvait nuire à mon bébé… pouquoi me proposeraient-ils des produits dangereux alors que pendant toute une grossesse on nous lance tant de recommandations et de précautions d'usage ? De toute façon, il était évident qu'il était moins fort… c'est-à-dire moins nocif que la péridurale… alors, je l'accepte… et ce poison miracle me soulage… je peux souffler… et me reposer… au détriment d'Alycia qui étouffe… combien de fois, j'aurais aimé étouffer et la voir survivre ? … je ne saurais jamais, si ce poison est à la base de ce déplorable acouchement… mais, qu'est-ce que j'ai pû regretter d'avoir ingurgité ce poison… je leur faisais confiance… naïvement… comme s'ils avaient la science infuse… comme si dans cette profession il ne pouvait y avoir des gens blasés ou incompétents ! Comme si cette profession devait faire exception.!!!…

Je suis en train d'accoucher au milieu d'une famille !!! … car je suis dans ma chambre… une chambre que je suis censée partager avec cette dame… qui reçois ses visites !!!

Mon homme était là… près de moi… il me réconfortait, me tenait la main, m'essuyait le front, me passait le CD du cirque du soleil… celui qui nous berçait chaques soirs… celui que tu connaissais bien… mais, vers midi mes contractions reprenaient de plus belle bientôt, j'agonisais… étais-ce parce que mon instinct me soufflait quelque chose ? … j'ai hurlé pour qu'on vienne… j'ai supplié mon homme d'aller les chercher… ce qu'il a, bien sûr, fait… mais, elles lui répondaient à chaques fois "j'arrive ! Je finis un accouchement et je la prends ! "… super ! Bientôt viendrait ton tour… bientôt tu serais là… mais, ce temps qui était censé être court a duré 1h30… 1h30 à les réclamer toutes les heures… 1h30 ou tu manquais d'oxygène… 1h30 durant lequel mon monitoring censé surveiller mes contractions ne sonnait pas ! … car, il nécessitait la présence de l'oeil humain qui était absent ! …

14h15 : on me place, enfin en salle d'accouchement… aleluia ! … tout ira vite… je suis si impatiente mais je sais que c'est la dernière ligne droite… le sprint final…

14h25 : Fin de la péridurale avec un col à 8 !!!!… (au passage quand elles ont débranché le monito vous pensez qu'elles auraient eu la conscience d'y jeter un coup d'oeil) non, elle me font une péri avec un bébé en souffrance foetale… comme si cela ne suffisait pas d'étouffer on lui administre un coup de morphine par dessus !!!

14h30 : c'est le cauchemard qui commence ! … tous mes rêves s'effondrent et, intimement, je sais que mon bébé a un problème… je commence à imaginer que mon bébé pouvait mourir… c'est impossible ! … je paniques… les sages femmes se précipitent : masque à oxygène… nous entrons dans la quatrième dimension… elles me lancent d'un ton sec "maintenant, vous allez vous calmer ! Vous allez vous allonger et vous reposer ! " je les questionne les larmes aux yeux… j'ai terriblement peur de la suite… je suis submergée par les émotions… j'ai intérieurement mal… je voudrais hurler… elles m'expliquent que mon bébé à besoin d'oxygène… que ton rythme cardiaque est très irrégulier… Rupture artificielle des membranes : liquide amniotique purée de pois… méconial… reflet de ta souffrance…

15h00 : le gynéco arrive… nous avons procédé à ton expulsion… je savais qu'il fallait que tu viennes vite… épisiotomie et forceps à 15h05 tu étais enfin là… mais, tu ne criais pas… on te posa sur moi… j'ai juste eu le temps de dire "oh ! Mon bébé… mon petit bébé… mon amour… "… ton papa a coupé le cordon ombilical… tu étais là… tu étais vivante… mais, tu étais bleue-grise… pris de panique le gynéco à lancé "wouah ! Elle n'a pas une belle couleur" et il t'as arraché à mes bras et a couru vers la couveuse ou se tenait le rénimateur… tu as été réanimée puis placée en couveuse car tu faisais une "petite" hypoglycémie… oui tout a été pris à la légère dans cette maudite clinique ! … Mais, comment étais-ce possible après une grossesse si parfaite ?

Selon, ton dossier "bébé né en état de mort apparente"… réanimation… Apgar 4 à ta 1 minute… 8 à 3 minutes… et 10 à 10 minutes… bref, une très bonne récupération…

Quand, j'y repense je m'effondre… comment ma fille a-elle pu manquer d'oxygène pendant autant de temps et venir à nous… venir sur terre l'espace d'un sourire… l'espace de tendres mais trop courts échanges ? …

Mon gynéco est venu me rassurer… mais, moi je ne le croyais pas… je ne cessais de pleurer et demander à te voir.;je voulais des nouvelles… le manque allait commencer… je savais que tu étais vivante.mais, mon instinct de mère me soufflait que quelque chose n'allait pas… mon conjoint me disait que tu me ressemblais et que tu étais belle… que tu avais mon nez… il essayait de faire bonne figure à mon chevet malgré son inquiétude…

Plus tard, on m'a expliqué que le pédiatre avait été appelé pour vérifier ton état de santé… mais, il est reparti !!! … car, personne ne l'a informé des circonstances de ce déplorable accouchement… et lui, non plus, n'a pas jugé utile de vérifier ! … Mais, il a dû être rappelé pour des convulsions… il a jugé, cette fois-ci, nécessaire de te faire transférer en service de réanimation et néonatalogie pour observations… quelles séries d'incompétences ! …

C'est alors, qu'on m'a autorisée à te rendre visite… un denier coup d'oeil… et le SAMU pédatrique t'emmenait… il était 23h00…

J'étais désemparée… démunie… on me dépossédais d'une partie de moi-même… je voulais être auprès de ma chère et tendre fille… , j'étais seule… seule en moi-même… et je partageais une chambre avec une dame qui avait eu son bébé 5 jours avant… j'étais très choquée… j'étais bouleversée… j'ai pleuré toutes les larmes de mon corps… son bébé pleure… elle l'allaite… j'ai si mal !

06h30 : je demande des nouvelles… on me répond qu'il n'y a rien de nouveau… que ce n'est pas la peine d' appeler l'hôpital… elles ne veulent pas que j'appelles… je suis tétanisée et démunie… alors, j'attends 09h00… le moment ou je pourrais ouvrir ma ligne !!!! Et entendre les médecins de vive voix !!! …

09h00 : "votre fille a été transférée en réanimation… " .un autre coup de couteau ! … l'après -midi j'ai une autorisation de sortie… j'ai, alors, pu effectuer mon transfert dans cet hôpital et être au plus près de toi… tu étais si belle… même avec tous tes tuyaux… c'était le 01 mai 2004… je priais pour qu'on te Sauves… j'espérais un petit bonheur… mais, les médecins n'étaient pas très optimistes… il fallait attendre les résultats et faire des analyses… car tes convulsions dénotaient un problème au cerveau…

En attendant, ces maudits résultats nous avons profité de chaques instants… je passais 20h/24 avec toi… en me convainquant, que plus tard quand tu irais mieux je pourrais me reposer… il fallait que je sois forte au moment ou tu avais le plus besoin de moi… ce n'était pas le moment de flancher… je me convainquais que l'amour pouvait donner des forces et du courage… nous nous serrions les coudes pour te le transmettre… je n'imaginais plus ma vie sans toi… malgré les médecins, les puéricultrices et ton papa… qui essayaient de me faire redescendre sur terre… je ne voulais pas les croire… je ne pouvais pas les croire… j'espérais un miracle et priais… pour moi tant qu'il y avait de la vie il y avait de l'espoir… j'espérais te garder même handicapée… mais, il restait à déterminer quel genre de handicaps… j'ai eu des moments de peine intense… des moments de désespoirs… et des moments ou je me sentais plus optimiste face à des progrès "évidents"… enfin, c'est ce que je voulais voir ! … je comptais sur l'extreme faculté de récupération des bébés ! …

12 mai 2004 : résulats de ton IRM… les médecins sont formels… les résultats sont irrémédiables… tu n'as aucune espérance de vie "normale"… tu seras un être grabataire… car, le cortex ainsi que les périphéries sont atteintes de même que les noyaux gris centraux… désormais, nous sommes psychologiquement en deuil… j'aurais voulu mourir à ce moment… j'étais anéantie ! … nous ne t'avions pas donné la vie pour qu'elle soit une quotidienne souffrance… qu'elle ne représente rien…

15 mai 2004 : nous te baptisons… pour que tu retrouves la paix… nous t'avons accordé une place à part entière… beaucoup de proches étaient présents pour t'accompagner dans ce chemin…

16 mai 2004 : nous passons nos derniers instants avec toi… te berçons pour les dernières fois… nous t'accompagnons et te disons Adieu… ou plutôt A une prochaine… nous ne cessons de pleurer… c'est insurmontable… j'ai peur de ne pas réussir à surmonter cette si difficile épreuve… nous repassons la musique du cirque du soleil et "ose" la chanson de yannick Noah… une Larme… quelques soufles et quelques inspirations… et ton coeur cessait son tam- tam… Un Ange était venu te chercher et t'emmener vers un univers sans souffrances… un pays merveilleux dans lequel je sais que tu pries pour nous et nous épaules chaques jours… je suis, désormais, soulagée de savoir que tu ne souffriras plus… ton papa pleure… je le prends dans mes bras et lui souffles "c'est fini… elle ne souffre plus"…

Comment faire pour continuer avec ce destin si tragique ? … ce destin qui ne devait pas être le tien ! … pourquoi la vie est-t-elle si cruelle ?

Toute ma vie durant je repasserais le film de cette journée noire et de celles à venir jusqu'à ton décès… toute ma vie je me torturerais l'esprit à me poser la même question : pourquoi ? … toute ma vie je supplierais pour qu'on me fasse remonter le temps… et te sauver… toute ma vie je serais attristée par ton sort… ta souffrance… que j'aurais kidnapé si j'avais pu ! …

Cette année, la FAUTE a été reconnue par la CRCI… cela nous permet d'avancer dans notre deuil et d'avoir su ce qui s'était vraiment passé… même si justice ne sera jamais faite !!!

Aujourd'hui, Alexy né le 17.05.05 et Mathys né le 08.02.07 sont près de nous… mais, ils ne remplaceront jamais cette si jolie petite fille que tu étais et qui nous manque tant…

Bises à toutes.

Lisa.
  Lire la suite de la discussion sur magicmaman.com


28265
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Comment survivre au deces d' un bebe de 10 mois

image

Bonjour tout le monde, je vous lis non parce que j'ai perdu mon enfant mais mon homme le sien. Il est parti à cause d'une maladie orpheline à l'âge de 9 mois. Cela fait un an qu'il est décédé. On a déjà parlé d'enfant, mais j'ai un peu...Lire la suite

Parlons des "aura".... - paranormal

image

Je… je ne crois pas en dieu… et… à cause de mon expérience passé je… je préfère évité de parlé ou même d'appelé un ange à mon aide… déjà que Gno Gno aime bien ce foutre de la gueule des gens… C'est pas que je ne crois pas au...Lire la suite


 

Témoignages vidéos
Ethan, parti rejoindre les anges
Sur le même thème
L'histoire de mon Timéo
Voir tous les  autres témoignages