Histoire vécue Perte d'un proche > Perte d'un enfant      (1778 témoignages)

Préc.

Suiv.

Mes enfants ont réagi en adulte à la perte de leur frère

Témoignage d'internaute trouvé sur magicmaman
Mail  
| 738 lectures | ratingStar_46641_1ratingStar_46641_2ratingStar_46641_3ratingStar_46641_4

Mes enfants ont vécu avec leur frere pendant une petite semaine, ma fille s'est tout de suite beaucoup investie, il faut dire qu"elle l'attendait avec impatience ce petit frere ! Quand on est partis aux urgences on leur a dit que leur frere allait mal, et ensuite ils etaient chez mes parents qui les ont petit a petit preparés en leurs disant que c'etait grave ! Quand ils se sont reveillés le matin le lendemain du deces je leur ai expliqué que leur petit frere avait eu quelque chose de tres grave et que son petit coeur n'avait pas tenu le coup et qu'il etait mort. Mon fils de 6 ans a reagi de maniere tres "adulte", il a compris et a pleuré ensuite il m'a demandé pourquoi son frere etait né pour mourir apres une semaine de vie, c'était ce que moi même je me demandais… Ma fille, elle, plus petite (seulement 3ans) s'est refermée comme une huitre, prostrée, n'a rien dit pendant plusieurs heures concernant son frere et ensuite a reclamé de le revoir, pour lui dire aurevoir, du coup mon fils aussi. J'etais perdu, je ne savais pas quoi faire, j'avais peur qu'ils soient choqués de voir leur frere mort et en même temps ils me l'ont demandé toute la journée si bien que je me suis dit que surement ils avaient besoin de ça pour realisé qu'il etait vraiment mort ! J'en ai parlé a une cousine egalement psy (quand on est sonné comme ça et touché personnellement, on n'est plus capable de savoir ! ) elle m'a confirmer que leur demande insistante etait a entendre et que c'est les adultes qui font tout un plat de la mort, que pour les enfants c'est plus simple… Alors je les ai emmené, leur ai expliqué ce qu'ils allaient voir, que leur frere etait comme ci il dormait mais qu'il ne respirait plus puisqu'il etait mort et que si ils lui faisaient un bisou pour lui dire un dernier aurevoir il serait un peu froid. On avait la chance que Anton etait resté tres beau, ce n'etait pas choquant de le voir. Alors ils y sont allés, lui ont apportés le doudou qu'ils lui avaient offert a sa naissance pour le mettre dans son cercueil, l'ont embrassé et sont repartis, ils ne sont pas restés longtemps mais ça a suffit. Ils ont bien realisé apres ça, ils sont venus a la messe d'enterrement, ont participés en allumant les cierges, ils n'ont pas eu l'impression d'être mis a l'ecart de ce drame, on a surmonté tout ça en famille, soudés. Ensuite, ils ont parlé quand ils voulaient de leur frere et ont dit leurs questions, preoccupations, inquietudes, ils savaient qu'ils pouvaient nous parler, et quand on etait trop mal, moins dispo ils en parlaient a mes parents. On a pu repondre ainsi a leurs angoisses comme ça et ils sont passés a autre chose. Le plus dur pour eux ce fut de me voir mal par moments quand je ne pouvais pas me contenir devant eux (je m'efforçais de me laisser aller devant eux le moins possible car je savais qu'ils se sentaient demunis, et impuissants dans ces moments, mais parfois…) , c'est notre mal être qui etaient le plus dur pour eux. Depuis, tout le monde est un peu plus apaisé et on a mis une photo d'Anton dans le sallon, au même titre que nos autres enfants, ils ont chacun herité d'un doudou de leur frere, en souvenir de lui, et ils parlent de lui de temps en temps, ils fait parti de leur vie pour toujours ! Si quelqu'un parle de notre famille en ne mentionant que deux enfants, il y en a toujours un qui rajoute "et Anton", ou "trois enfants". Je crois que dans cet evenement si difficile et douloureux, on s'enest pas trop mal sortis et ils ont l'air d'aller plutot bien pour la circonstance. De toutes façon, si un jour ils montraient des signes de mal être je n'hesiterai pas a les emmener parler a une psy. Ils reclame parfois a aller avec nous au cimetiere, on ne leur impose jamais pour ne pas les obliger, mais eux le demande, ils cueillent parfois des fleurs pour mettre sur la tombe de leur frere et aiment y aller car la bas par terre il y a des petits coquillages au milieu des graviers et ilss'amusent a les collectionner, ça reste des enfants qui trouvent un interet supplementaire a être dans ce lieu qu'ils ont investi comme un lieu comme les autres et non comme stigmatisé triste ou effrayant comme le croient certains adultes, pour eux la mort fait maintenant parti de la vie, c'est comme ça et la vie continue ! C'est fou la capacité d'adaptation des enfants.
  Lire la suite de la discussion sur magicmaman.com


46641
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Comment survivre au deces d' un bebe de 10 mois

image

Bonjour tout le monde, je vous lis non parce que j'ai perdu mon enfant mais mon homme le sien. Il est parti à cause d'une maladie orpheline à l'âge de 9 mois. Cela fait un an qu'il est décédé. On a déjà parlé d'enfant, mais j'ai un peu...Lire la suite

Parlons des "aura".... - paranormal

image

Je… je ne crois pas en dieu… et… à cause de mon expérience passé je… je préfère évité de parlé ou même d'appelé un ange à mon aide… déjà que Gno Gno aime bien ce foutre de la gueule des gens… C'est pas que je ne crois pas au...Lire la suite


 

Témoignages vidéos
Ethan, parti rejoindre les anges
Sur le même thème
L'histoire de mon Timéo
Voir tous les  autres témoignages