Histoire vécue Perte d'un proche > Perte d'un enfant      (1778 témoignages)

Préc.

Suiv.

perte d'un jumeau in utero , comment gerer? - La perte d'un enfant - vie

Témoignage d'internaute trouvé sur magicmaman
Mail  
| 780 lectures | ratingStar_2688_1ratingStar_2688_2ratingStar_2688_3ratingStar_2688_4

Bonjour Herveline,

Désolée je n'ai pas vu ton message plus tôt, sinon je t'aurai aussitôt écrit.

Je me retrouve completement dans ton histoire de FC puisque au mois de mai 2003, j'ai perdu une petite Clémence à 16 SA.

Je me retrouve completement dans les reflexion idiote qu'on t'a faite, moi aussi j'ai eu le droit au même stupidité. Y compris, je dirais même surtout de la part du milieu médical.

Ils m'ont mené la vie dure, moi aussi j'ai entendu, c'est presque encore le seuuil d'avortement, on a traité mon bébé de dechet anatomique, de residus de FC, on m'a proposé de me rendre les restes, et enfin au laboratoire ou ils faisaient les analyses on m'a dit qu'ils avaient des cas bien plus grave à traiter.

Tu vois j'ai pas été vraiment épargnée.

Oui Drinou, tu as raison, les reflexions idiotes on pourrait en écrire un roman, mais heureusement la plupart du temps ce ne sont que des maladresses, qui nous blessent certes, mais dont l'intention n'est pas la. Alors que la j'ai ressenti parfois du mepris d vouloir voir en mon bébé autre chose qu'un dechet anatomique ;

Il faut dire que moi aussi j'ai mené ma bataille, et je les ait pas menager non plus, j'ai reussi à ce que le laboratoire me renvoie les corps de Clémence pour le voir et prendre des photos (c'était avant analyse je precise) , j'ai reussi à recuperer après analyse son corps qui initialement était prevu à l'incinérateur de dechets hospitalier, pour le faire crematiser.

Ca parait simple mais je peut vous dire que ça ne l'ai pas, heureusement que j'ai reçu le soutien du chef du service d'état civil de la mairie et du responsable des pompes funebres.

Par contre je te confirme qu'il est impossible d'inscrire nos petits sur le livret de famille, j'avais cru trouver une faille, j'avais même écris au ministre de la santé et de la justice, mais réponse négative.

Donc tu voit tu n'est pas la seule à avoir "investi" ce bébé et le considerer comme faisant parti de ta vie.

Un medecin, à l'epoque m'avais dit très gentillement , "vous verrez si un jour vous perdez un bébé. Plus tard, c'est autre chose" . Malheureusement un an après, je perdais Clément à 5 mois et demi de grossesse.

Bien sur c'est pire dans la mesure ou ce bébé était presque viable, il est né vivant, c'est un bébé completement formé, je l'ai tenu dans mes bras, embrassé. Alors oui, psychologiquement c'est très dur.

Mais par contre lorsqu'on perd un bébé tardivement, tout le monde comprends, tout le monde (du moins sur le moment, parce qu'après c'est autre chose) considère que l'on a perdu un bébé. A l'hopital, lors du dècès de Clément, ça c'est passé aussi bien que ça peut se passer dans de telles circonstances.

Lors de la perte de Clémence, à l'hopital ça s'est très mal passé, je l'ai perdu à l'hopital, on me l'a enlevé comme un vulgaire bout d'intestin, je n'ai jamais été reconnu comme mère, d'un petit être en construction trop tot parti mais mère quand même.

J'ai une grande fille qui avait 3 ans à l'époque de la perte de Clémence, comme elle était au courant de la grossesse, comme je ne portais qu'un bébé, on l'a tout de suite mise au courant. Elle considère Clémence comme sa soeur du ciel et ne fait aucune difference avec Clément.

Moi je suis du genre à me dire que les enfants peuvent tout entendre, il suffit de leur expliquer avec leur mots à eux, mais les enfants ont des ressources insoupçonnées.

Tu sais c'est dur de dire à ta fille que tu as perdu sa petite soeur qu'elle se faisait une telle joie d'acceuillir, et c'est encore plus dur de lui dire un an après, que tu as de nouveau perdu son petit frère.

Mais au moins les choses aussi dures soient elles, c'est claire, j'ai pu lui expliquer ainsi pourquoi parfois j'étais triste que ce n'était pas à cause d'elle (je t'assure, que je lui ait dit cela l'a beaucoup rassuré) qu'au contraire elle était ma petite puce adorée ;

Je crois que de toute façon les enfants ressentent nos malaises, ils sentent qu'ils y a quelque chose et si ils n'arrivent pas à mettre les mots (maux) sur ce malaise, ça peut être pire, ils peuvent s'imaginer des choses pire pour eux, que leur maman les aiment plus ou moins.

Tu pourrais peut être simplement expliquer à tes enfants, que dans ton ventre au debut tu avais deux bébés, mais un des deux n'était pas très costaud alors il a arreter de grandir, mais precise leur tout de suite qu'il reste un bébé qui lui est en pleine forme et qu'ils l'auront leur petite soeur ou leur petit frère ; Et tu peux leur expliquer que le bébé qui est mort ça te fait de la peine, alors que si quelque fois ils sentent que tu est un peu triste, c'est à cause de ce bébé qui est parti.

Enfin bon, quelque chose comme ça.

Voila ce que je pouvais te dire,

Je te souhaite bonne chance pour ta fin de grossesse.

Bises.
  Lire la suite de la discussion sur magicmaman.com


2688
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Comment survivre au deces d' un bebe de 10 mois

image

Bonjour tout le monde, je vous lis non parce que j'ai perdu mon enfant mais mon homme le sien. Il est parti à cause d'une maladie orpheline à l'âge de 9 mois. Cela fait un an qu'il est décédé. On a déjà parlé d'enfant, mais j'ai un peu...Lire la suite

Parlons des "aura".... - paranormal

image

Je… je ne crois pas en dieu… et… à cause de mon expérience passé je… je préfère évité de parlé ou même d'appelé un ange à mon aide… déjà que Gno Gno aime bien ce foutre de la gueule des gens… C'est pas que je ne crois pas au...Lire la suite


 

Témoignages vidéos
Ethan, parti rejoindre les anges
Sur le même thème
L'histoire de mon Timéo
Voir tous les  autres témoignages