Histoire vécue Perte d'un proche > Succession - Héritage      (1602 témoignages)

Préc.

Suiv.

Je ne comprends pas les options MAISON et RÉCOMPENSE !

Témoignage d'internaute trouvé sur commentcamarche
Mail  
| 848 lectures | ratingStar_215809_1ratingStar_215809_2ratingStar_215809_3ratingStar_215809_4

Bonjour, La maison bien que construite par la communauté appartenait à mon défunt mari car construite sur un terrain dont il avait hérité. C'est exactement la règle. Le terrain appartenait au défunt mais la maison appartient à la communauté. Le bien dans son ensemble appartient en propre au mari. On ne dissocie nullement la maison du terrain. Si tel était le cas, un créancier d'une dette entrée en communauté de votre chef aurait pu saisir la maison. Or, ce n'est pas possible. Seule une récompense d'une certaine valeur au profit de la communauté sera admise lors de la liquidation du régime matrimonial. Et si la communauté a financé en intégralité la construction, la récompense sera en principe égale à la valeur de la maison au jour de la liquidation. Ce n'est pas la maison qui entre en communauté, mais une récompense, une somme d'argent. Et la maison et la récompense peuvent parfois ne pas avoir la même valeur… Pouvez vous m'expliquer chacune de ces options en des termes simples ? Ce bien en intégralité fait partie de la succession. Sans rentrer dans les détails… - Si vous optez pour l'usufruit de la totalité de la succession. Vous aurez par exemple la possibilité de rester dans la maison sans craindre d'être mise à la porte jusqu'à votre décès, mais aussi de la louer et d'en percevoir seule les loyers. - Si vous optez pour 1/4 PP et 3/4 U. Vous aurez les mêmes possibilités, et vous serez également en indivision avec les autres héritiers du défunt. - Si vous optez pour la quotité disponible en pleine propriété. Cette quotité dépend du nombre d'enfants laissés par le défunt. S'il laisse 3 enfants, elle est égale à 1/4. Vous serez dans l'attente d'un partage en indivision. Cette option ne vous permet pas de pouvoir demeurer dans le logement, du moins, sans avoir à verser une indemnité d'occupation à l'indivision (l'équivalent d'un loyer). Toutefois, vous bénéficiez d'une jouissance gratuite pendant un an à compter du décès si les conditions sont remplies (ce qui semble être le cas). Et vous aurez (si toutes les conditions sont remplies) la possibilité de demander un droit viager d'usage et d'habitation afin de pouvoir demeurer dans le logement le restant de votre vie, sans avoir à verser une telle indemnité.
  Lire la suite de la discussion sur commentcamarche.net


215809
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Nouvelle ere - partie 1 (recit) - homosexualite feminine

image

Bonjour à tous et merci pour vos commentaires aussi rapide sur les suites, je crois que Mortbax et moi y avons pris goût. Pour ceux et celles qui avaient commencé à lire il y a quelques temps voilà donc la suite inédite de l'aventure pour vous,...Lire la suite

Assurance deces

image

Bonjour, Tout nouveau sur le forum, je vous explique notre problème : Le père de mon épouse est décédé fin 2012 en nous laissant quelques dettes … Nous avons refusé la succession (avec l'aide d'un notaire) pour ne pas payer les dettes....Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages