Histoire vécue Perte d'un proche > Suicide      (786 témoignages)

Préc.

Suiv.

Je n'ai jamais su pourquoi ma fille de 24 ans s'est suicidée

Témoignage d'internaute trouvé sur doctissimo
Mail  
| 1922 lectures | ratingStar_217454_1ratingStar_217454_2ratingStar_217454_3ratingStar_217454_4

Le 3 juillet moi aussi ma vie a basculé. Ma fille, une belle poupée de 24 ans a détruit sa vie et son corps en se jetant sous un TGV. Depuis tout a changé, tout est bizarre. J'ai l'impression de vivre ma vie à travers le brouillard de son image qui est là, permanente, ineffaçable. Ma fille était mal dans sa peau depuis quelques temps et surtout depuis la mort de son papa, disparu il y a 4 ans des suites d'un cancer fulgurant qui l'a emporté en moins de 6 mois (Première galère, mais une mort "programmée" n'a pas le même impact que cet anéantissement créé par l'annonce d'une mort violente et inattendue). Je pensais qu'elle avait surmonté cette épreuve puisqu'elle faisait des projets d'avenir. Elle venait de passer 6 mois en Angleterre comme jeune fille au pair pour parfaire son anglais avant de commencer une formation d'accompagnateur de moyenne montagne. Elle s'était installée depuis peu avec son ami à Briançon, lieu de nos vacances qu'elle aimait par-dessus tout. Nous communiquions régulièrement par mail avec une web cam. Le lien n'était pas rompu, malgré l'éloignement. Le 28 juin, jour de mon anniversaire, elle est revenue à la maison, avec une voiture de location et toutes ses affaires. Je n'ai jamais su pourquoi ce soudain retournement de situation. Apparemment à ce qu'elle disait et à ce que j'ai su plus tard, elle ne s'était pas disputée avec son ami ? . Je me suis trouvée face à un mur et je n'ai pas réussi à la faire parler, juste à la faire pleurer, légèrement, lorsque j'ai évoqué son enfance, le temps où tout allait bien avec ses frères et s'urs et son papa. Décidée à la montrer à mon médecin traitant, dès le lundi matin, le fameux 3 juillet, j'ai pris un rendez-vous pour un premier contact. Trop tard, c'est à 10h du matin que j'ai appris la terrible nouvelle, au bureau et depuis, c'est l'enfer. J'ai dû subir des enquêtes de gendarmerie, des interrogatoires ainsi que mon fils et mon autre fille. C'est terrible ? C'est irréel. Puis il y eu la cérémonie d'adieu où tellement de monde est venu partager notre chagrin. Une magnifique cérémonie protestante pleine de douceur et d'espoir. Puis il y eu la crémation de ce corps que je n'ai pas pu reconnaître, celui de mon bébé que j'avais laissé dormir tranquillement dans son lit un 3 juillet 2006. Pourquoi, pourquoi ne suis-je pas aller la réveiller ? . Pourquoi ne l'ai-je pas serrée encore une fois contre mon c ? Depuis je culpabilise. Je n'ai rien vu. Trop prise par mon travail et des préoccupations tellement moins intéressantes que d'être à l'écoute de mon enfant. Je me suis fais suivre par un psy quelques temps mais j'ai arrêté car nous tournions en rond et les réponses qu'ils m'apportaient ne m'ont pas satisfaites. Mon autre fille a 19 ans. Sa s'ur est partie le jour des résultats du bac ? Qu'elle s'apprêtait à fêter avec ses amies. Elle est très en colère contre sa s'ur. Elles s'entendaient si bien. Elles s'étaient jurées de ne jamais se quitter. Heureusement pour elle, elle venait de rencontrer l'Amour et un garçon adorable qui la soutenue et la soutient encore. Elle est forte. Elle veut se battre pour ses études (elle est en faculté de Droit) et elle veut que notre famille s'agrandisse en espérant que son frère qui se marie au mois de février, aura rapidement des enfants. Moi aussi j'espère avoir des petits-enfants, être une bonne grand-mère, une bonne mère (ce dont je doute fort actuellement). Ce sont ces uniques perspectives qui me tiennent, les moments heureux à venir, tout ce que la vie peut encore m'apporter de bon, je vis avec ces espoirs. Les cendres de mon mari et de ma fille sont côte à côte dans une pièce attenante à la maison que j'ai transformée en petite chapelle. La législation ne me permettra bientôt plus de les garder près de moi mais, pour l'instant, j'en profite ? .
  Lire la suite de la discussion sur doctissimo.fr


217454
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Dans tes bras (gay, termine)

image

Bonjour à tous ! Bon, déjà, un immense merci collectif d'avoir suivi mon récit durant toute cette année, de l'avoir commenté suite après suite et d'avoir laissé vos impressions sur ce dernier chapitre. Veuillez m'excuser si certaines...Lire la suite

Suicide mental repetitif et autres problemes,help! - depression, deprime, stress

image

Salut, J'ai 17 ans. J'ai une vie fictive bien remplie (avec peut-être un peu trop d'action, de torture, de meurtres, d'enlevements, de prises d'otages, de suicide répétitifs). Oui j'avoue certains films ont de mauvaises influences sur moi, mais...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages