Histoire vécue Perte d'un proche > Veuf/Veuve      (246 témoignages)

Préc.

Suiv.

La perte de mon mari m'a vraiment touchée

Témoignage d'internaute trouvé sur doctissimo - 16/02/10 | Mis en ligne le 24/06/11
Mail  
| 919 lectures | ratingStar_215398_1ratingStar_215398_2ratingStar_215398_3ratingStar_215398_4

Je vais avoir 55 ans, en 97 mon mari est décédé et deux ans après j'ai eu des douleurs assez diffuse mon médecin de l'époque m'a hospitalisé j'avais du mal à marcher j'y suis resté 15 jours sous morphine, en 2001 même problème j'y suis rester 3 semaine morphine exam et n'ayant rien trouvé la rhumato m'a surement prise pour une malade mentale car elle ma dit que mes douleurs étaient dans ma tête, j'étais perdu je me suis dit qu'elle avait peut être raison, mais en 2008 problème de genoux épaule et poignets j'ai vu un autre rhumato qui lui m'a fait des radios m'a simplement dit que j'avais des problème de cartilage au genoux droit et à lépaule gauche qu'il faudrait envisagé une intervention dans le futur j'ai payé 150 euros pour entendre ça en féveier 2009 arret de maladie douleurs dépréssion deux piqures par jour pendant quinze jours, aout même topo et la mon toubib m'a envoyé chez un autre rhumato il m'a hospitalisé et c'est la que la PR a été diagnostiqué BCP de temps perdu résultat mains et pieds déformés, mais maintenant que je suis prise en main j'ai l'espoir d'aller mieux.
  Lire la suite de la discussion sur doctissimo.fr


215398
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Ma fille est morte

image

J'ai perdu moi aussi ma fille de 16 ans, et je suis effarée de découvrir aujourd'hui, en allant sur ce … le nombre de parents qui pleurent leurs chers enfants disparus. Quelle hécatombe, la vie est injuste, lorsqu'on voit les petits vieux...Lire la suite

Le concierge, assassin en sous-sol

image

Quel bonheur, ce gardien ! Quel délice ! Com me on se sentait bien quand il était là. Christian Bonin était concierge dans une grande copropriété de la banlieue parisienne. Quatre cents familles dans des tours de huit étages. Et lui, dans sa...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages