Histoire vécue Perte d'un proche > Veuf/Veuve      (246 témoignages)

Préc.

Suiv.

Veuve et maman de jumelles

Témoignage d'internaute trouvé sur psychologies
Mail  
| 1070 lectures | ratingStar_122876_1ratingStar_122876_2ratingStar_122876_3ratingStar_122876_4

Il y a un mois et 10 jours, le ciel m'est tombé sur la tête. Mon mari, qui avait subi 10 jours plus tôt une intervention chirurgicale, certe lourde, se remettait pas mal (en apparence) et nous préparions avec impatience sa sortie de l'hôpital pour emmener nos 2 filles de bientôt 4 ans "chasser" les oeufs de Pâques. Une péritonite suivie d'une septicémie l'a emporté en deux jours à la grande surprise et malgré tous les efforts des médecins qui n'avaient jamais vu ça chez un homme de 37 ans en bon état général. En deux jours, tous nos jolis projets se sont retrouvés anéantis. J'ai lu vos post ; je sais que je ne suis pas seule dans cette situation et que beaucoup comprendrons ce que je ressens. J'ai la chance d'être bien entourée et soutenue et, malgré mon chagrin, malgré son absence, j'ai la volonté de croire aux lendemains qui chantent. Il y a 3 ans maintenant, j'avais subi également de plein fouet le décès de ma soeur ainée (40 ans). Mon mari m'avait énormément soutenu alors dans cette épreuve, accompagné dans mon deuil, se documentant, m'expliquant les étapes à venir, etc… et un beau jour, j'étais sortie du marasme ; ce que je ne me doutais pas, c'est qu'à sa manière, il me préparait au deuil que je vis aujourd'hui… le sien. Bref, tout ça pour dire que, même si aujourd'hui c'est très dur, je ne suis pas au fond du trou et que j'ai bien l'intention d'avancer, tout en laissant le temps au temps. Ma grosse préoccupation actuelle, ce sont mes deux pitchounettes qui sont très jeunes. Elles furent ma préoccupation constante depuis ce 10 Avril où j'ai su que tout allait s'arrêter. Les aider à vivre au mieux leur deuil pour qu'elles puissent ensuite se construire sereinement ; c'est ce qui m'obnubile aujourd'hui. Je ne leur ai rien caché (à la mesure de petites filles de 4 ans). J'ai fait des pieds et des mains pour qu'elles puissent aller faire un dernier bisou à leur papa en réanimation. Elles ont participé, chacune à leur manière à son enterrement (l'une est venue à l'église ; l'autre n'a pas voulu mais nous avons allumé une bougie pour dire au revoir à son papa). Bien que jumelle, chacune réagit à sa manière : l'une en parle beaucoup ; l'autre pas du tout pour l'instant.
  Lire la suite de la discussion sur psychologies.com


122876
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Ma fille est morte

image

J'ai perdu moi aussi ma fille de 16 ans, et je suis effarée de découvrir aujourd'hui, en allant sur ce … le nombre de parents qui pleurent leurs chers enfants disparus. Quelle hécatombe, la vie est injuste, lorsqu'on voit les petits vieux...Lire la suite

Le concierge, assassin en sous-sol

image

Quel bonheur, ce gardien ! Quel délice ! Com me on se sentait bien quand il était là. Christian Bonin était concierge dans une grande copropriété de la banlieue parisienne. Quatre cents familles dans des tours de huit étages. Et lui, dans sa...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages