Histoire vécue Poids - Régime > Bien être      (762 témoignages)

Préc.

Suiv.

J'ai réussi à m'accepter grâce à Zermati !

Témoignage d'internaute trouvé sur doctissimo 31 ans
Mail  
| 1035 lectures | ratingStar_158196_1ratingStar_158196_2ratingStar_158196_3ratingStar_158196_4

C'est vrai qu'on se transforme à la lecture de zermati… il dit des choses simples mais si logiques et qu'on a oubliées.

Les magazines, les médias nous font avaler tout le contraire… Pour ma part, je dois dire que Zermati m'a vraiment fait évoluer… ça fait un an que je me suis plongée dedans… désabusée des régimes et frustrée de devoir manger ce qu'il faut et non ce dont j'ai envie, ce que j'aime, lutter sans cesse pour manger des choses qui nous font plaisir…

Je dirai que je me suis pleinement réconciliée avec la nourriture, tous les aliments… je me suis réconciliée avec mon corps, l'image de moi-même avec des kilos en trop… ça a mis du temps, des mois, au départ, je rattrapais le temps perdu et mangeais beaucoup… de tout ce dont je m'étais privée… peu à peu, on sait qu'on peut manger ce qu'on veut quand on veut, du moment qu'on a faim…

Physiquement, j'ai recommencé à prendre soin de moi, comprenant que même avec quelques kilos en trop, j'étais beaucoup plus jolie en prenant soin de moi et en m'habillant joliment plutôt qu'en me "négligeant", en me cachant derrière des T-Shirts sans forme, en gardant des habits où j'étais serrée comme un saucisson car je refusais d'acheter la taille au dessus… pourtant en acceptant d'acheter la taille au dessus, j'ai pu être plus jolie avec des vêtements plus ajustés et j'ai compris et accepté que la taille de mes fringues n'était pas notée sur mon front et que même si je faisais une taille de plus, je ressemblais à une femme et non à un saucisson boudiné.

De même quand je mange avec des amis, je mange moins que lorsqu'au régime, je profitais de ces repas pour compenser mes frustrations passées et du lendemain, je mangeais jusqu'à m'en faire péter le ventre, à être mal mais j'avais manger ce que je voulais… aujourd'hui, n'étant plus frustrée de rien, je mange beaucoup moins même en compagnie, rien à voir même si on dépasse plus facilement sa faim… Tout ça pour dire que je n'ai pas vraiment perdu de poids, mais c'est de ma faute… j'ai encore beaucoup de mal avec la satiété, je mange encore trop mes émotions, comme on dit… Je ne fais surement pas suffisamment d'efforts pour écouter et ressentir les signaux que mon corps m'envoie, mais je perds très facilement un kilo dès que je prends le temps de m'écouter. Et puis, être à table avec des enfants n'est pas chose facile, elles me parlent, je me lève, je mange sans faire attention à mes sensations, ou alors le midi, je mange très vite par manque de temps et je n'ai pas le temps d'écouter mes sensations… Je suis convaincue que zermati a raison, manger est un acte naturel, pas une prise de tête pour compter les calories, associer tel ou tel aliment… notre corps nous parle, soit nous décidons de lui faire confiance, soit nous mangeons avec notre cervelle, c'est alors moins plaisant pour nos papilles… Je ne dis pas qu'on ne doit manger que des sucreries ou fuir les légumes… je dis, comme le dit zermati, qu'il faut écouter son corps, tel jour il aura envie de légumes, tel autre de sucré, tel autre de gras… rappelons-nous que l'équilibre alimentaire ne se fait pas sur une jorunée… Soyez sur que si vous mangez seulement du chocolat pendant deux jours, vous n'aurez ensuite qu'une envie : fuir le chocolat, c'est comme tout ! Aussi gourmands que vous vous croyez et aussi incapables que vous vous en sentiez à ce niveau… Je mangez le (gros) pot de nutella en trois fois au départ, il me fait au moins le double maintenant… lol Donc pour résumé, je dirai que je suis convaincue par le discours de zermati, qui ne prône pas un régime, mais d'apprendre à manger comme lorsqu'on était enfant, voire bébé, et qu'on mangeait parce qu'on avait faim, et qu'on s'arrêtait parce qu'on n'avait plus faim… Quoi de plus naturel que de manger quand j'ai faim, d'attendre d'avoir faim pour manger, de manger ce que mon corps me réclame (pas tout le temps de choses grasses ou sucrés, contrairement à ce qu'on peut penser) … Pour moi, le plus dur est de m'arrêter à satiété, c'est souvent trop tard… Mais je suis stable sans aucune difficulté, sans la moindre privation, en mangeant du chocolat tous les jours. Et ça, je n'y serai jamais arrivée sans zermati alors si tu passes par là (lol) , Monsieur Zermati ! Merci !!
  Lire la suite de la discussion sur doctissimo.fr


158196
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Homme se faire masser nu ? - massages

image

C'est écrit comme ça car je le prefere en gras c'est tout il n'y a pas la matiere a polémiqué je trouve. C'est pas sympa de mettre ce que j'écris en doute j'ai réellement reçu ce massage et j'ai apprécié. Et si oui effectivement je l'ai mis...Lire la suite

Je m'identifie trop a mon personnage principal - ecrire un roman

image

Faire des études n'aide pas à grand chose, personnellement quand j'arrête d'écrire pendant juste une semaine, je déprime encore plus et je suis obligé de retourner à mon récit en délaissant tous le reste. Et même pendant des examens ou des...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages