Histoire vécue Poids - Régime > Bien être      (762 témoignages)

Préc.

Suiv.

Qu'avez penser de l'émisssion "les policiers en première ligne" ?

Témoignage d'internaute trouvé sur france2
Mail  
| 187 lectures | ratingStar_260189_1ratingStar_260189_2ratingStar_260189_3ratingStar_260189_4
Bonjour, Donc de quoi vous vous plaignez ? Vous êtes dans un quartier paisible donc rien a faire circulez. Bizarre que personne ne peut rien faire contre ses quelques gros bras en nombre si infime ? Les paisibles ne peuvent pas les raisonner ? Pour vous Ponta est très clean. Comm vous ne lisez pas la presse sur le quartier paisible de Pontanézen le télégramme aujourd'hui. Pontanézen. Une voiture de police caillassée. À la demande d'un vigile ayant constaté plusieurs dégradations rue Nattier, les policiers sont intervenus, dimanche, à 17h45, à Pontanézen. Accueillis par des injures et jets de pierre, ils ont fait demi-tour, puis sont revenus avec des renforts. Ils ont alors interpellé trois personnes, âgées de 16, 17 et 18 ans. Placés en garde à vue, les deux mineurs ont été remis en liberté. Ils seront convoqués en juin, devant le juge des enfants. Le jeune majeur, lui, fera l'objet d'une convocation devant un officier de police judiciaire pour violence volontaire sur une personne dépositaire de l'ordre public et outrage. Incarcéré pour une autre affaire. Bien connu des services de police, pour son implication dans l'incendie du garage Renault en 2005, notamment, il a été écroué pour une autre affaire. Il devra ainsi purger une peine de trois mois de prison, prononcée il y a quelques mois, par la cour d'appel de Rennes. Hier, le Centre d'animations de Pontanézen de la Confédération syndicale des familles n'a pas pu accueillir les enfants, après le micro-incendie de dimanche, qui a recouvert de suie les locaux de la rue Nattier. Probables représailles. Hier, dans le quartier et précisément auprès des familles concernées et pénalisées par cette nouvelle dégradation, c'était toujours l'incompréhension et la consternation. Dans le courant de la journée, on apprenait que deux mineurs et un jeune adulte avaient été interpellés dans le quartier, dimanche après-midi, une demi-heure avant le début de l'incendie. Vu le caractère volontaire de l'acte ? Des chaises, des rideaux et des objets rassemblés en tas dans la salle polyvalente ? On peut présumer que le centre a fait l'objet de représailles. Mais représailles contre qui ? Contre les jeunes du quartier eux-mêmes, essentiellement, pénalisés par ce mouvement d'humeur ! Et que dire du coup porté aux équipes dévouées sur le terrain ? Elles ont de quoi se sentir découragées après les efforts déployés au quotidien. Pourtant, au final, peu de commentaires, hier soir, autour de cette nouvelle démonstration de mécontentement aux lourdes conséquences pour un quartier en proie aux automutilations récurrentes. Cordialement.
  Lire la suite de la discussion sur france2.fr


260189
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Homme se faire masser nu ? - massages

image

C'est écrit comme ça car je le prefere en gras c'est tout il n'y a pas la matiere a polémiqué je trouve. C'est pas sympa de mettre ce que j'écris en doute j'ai réellement reçu ce massage et j'ai apprécié. Et si oui effectivement je l'ai mis...Lire la suite

Je m'identifie trop a mon personnage principal - ecrire un roman

image

Faire des études n'aide pas à grand chose, personnellement quand j'arrête d'écrire pendant juste une semaine, je déprime encore plus et je suis obligé de retourner à mon récit en délaissant tous le reste. Et même pendant des examens ou des...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages