Histoire vécue Poids - Régime > Boulimie      (2510 témoignages)

Préc.

Suiv.

Boulimique pendant 6 ans

Témoignage d'internaute trouvé sur aufeminin
Mail  
| 430 lectures | ratingStar_88926_1ratingStar_88926_2ratingStar_88926_3ratingStar_88926_4

J'ai moi même été boulimique pendant 6 ans, de 16 à 22 ans. J'ai maintenant 25 ans.

Je ne sais pas quoi te dire précisément, mais je te comprends. J'aimerais t'aider… Je vais te raconter mon histoire et ce que j'ai dû faire pour m'en sortir.

Alors… commençons par le début…

J'ai eu ma puberté assez tard. J'étais mince-mince jusqu'à 15-16 ans. Je devais être la meilleure dans ce que je faisais. J'avais un horaire extrêmement chargé, je réussissais tout ce que je faisais. Mes parents trouvaient ça normal que je remporte des compétitions, que je sois bonne partout. J'étais stressée, la nourriture me calmait, et je continuait ma croissance, et j'ai commencé à être plus musclée, les épaules et les hanches plus large avec un tout petit ventre. Quelque chose de bien normal, et pas du tout gros, mais je n'en voulais pas. Je ne voulais pas de ce corps différent de celui de petite fille feluette que j'avais toujours eu. Alors j'ai commencé à me restreindre dans ce que je mangeais. À ; m'intéresser aux calories. J'ai tout appris dans un magazine qui disait aux femmes-filles comment faire pour perdre du poids. J'ai commencé à remarquer que les garçons préféraient les filles minces, je ne me trouvais pas très belle. Enfin… Après un court épisode d'anorexie, j'ai commencé à avoir des crises de boulimie. Je ne supportait pas l'idée d'engraisser, mais la privation de nourriture me donnait envie de tout dévorer.

Puis c'est devenu une habitude. Je ne savais pas quoi faire. À ; chaque fois je voulais arrêter. Mais c'est une drogue. Dure.

Les étapes principales de ma guérison :

-ça m'a pris un bon bout de temps avant de reconnaître que j'avais un problème. Mais c'est la première étape.

-J'ai dû changer ma façon de penser. Faire le vide avec les idées préconcues, celle avec lesquelles j'ai été élevées, repartir à zéro. Ce qui importe pour moi maintenant c'est le bonheur. Le corps est un outil qui nous permet de vivre. Mais l'important c'est de vivre. Sans raison particulière, sans objectif, juste le fait de vivre et tous les petits riens de chaque journée. Ê ; tre aimé n'est pas si important, l'important c'est d'aimer. Car on a tous une vie, et on peut en faire ce qu'on en veut. Je ne parle pas de voler ou de devenir premier ministre. Je parle qu'on peut choisir la façon qu'on voit la vie, et notre façon de prendre et faire les choses. Arriver premier dans quelque chose n'a aucune importance. Sourire et aimer soi-même les gens qui nous entourent est la chose la plus importante qui soit. Qui a décidé que porter des talons hauts et se peinturer le visage était beau ? L'important est de savoir ce que toi tu aimes, ce dans quoi tu te sens bien, et ce que tu trouves important. Je m'habillais différemment auparavant, toujours sexy, maquillée, coiffure élaborée, les garçons qui ne m'intéressaient pas me trouvaient souvent attirante, mais après un certain temps, j'ai découvert la liberté d'être habillée en vêtement relax, sans maquillage et jamais coiffée. J'ai alors découvert que je plaisais à des garçons différents, et que j'avais beaucoup plus d'intérêts communs avec eux.

Donc j'ai changé ma façon de voir les choses… est fait progressivement, lentement…

J'ai découvert ce qu'était l'égo, découvert que tout le monde en avait un, ce qui nous fait faire des choses dont nous ne sommes pas toujours fier. J'ai fini par accepter que mes parent n'étaient pas toujours sages, ni parfaits. Et que tout le monde a le droit d'être ce qu'ils veulent être, sans que je m'en sente affectée personnellement. Ils font leur choix, je fais les miens. J'ai fini par m'accepter moi, avec ma boulimie.

Ce n'est qu'après avoir vraiment arrêté de me sentir coupable d'être boulimique que j'ai pu guérir. Je suis tranquillement devenue végétalienne aussi, et ça m'a beaucoup aidé. Je ne me restreignait jamais et je mangeais tout ce dont j'avais envie, ce que je fais encore. En mangeant de la nourriture saine la plus saine possible, on mange plus naturellement ce dont on a besoin (c'est plus facile de se sentir plein) et ça m'a aidé à espacer les crises au début, puis finalement j'ai oublié. Pendant 1 an, les crises étaient espacées environ 1 par mois, puis ensuite, 1 par 2-3 mois, puis finalement, plus rien. Plus rien du tout. Je ne pense plus jamais à des régimes. Je ne pense plus jamais à me bourrer la face pour me faire vomir. Je passe des mois sans me peser, sans penser à me peser. J'ai le corps que j'ai et il a son propre poids naturel, et c'est le mien et c'est très bien comme ça. Il mérite d'être en santé .

À ; travers ces annés, beaucoup de choses se sont passées. J'ai changé de programme d'université pour aller vers quelque chose qui me plaisait vraiment et dont le mode de vie ne serait pas stressant. J'ai pris un break d'école aussi. J'ai lu beaucoup de livres sur la spiritualité, le bouddhisme, le bonheur. Je suis partie en voyage en Inde, j'ai découvert le yoga. Je pratique le yoga presque tous les jours maintenant. Ma vie contient très peu de stress, et c'est ce qui me semble nécessaire. Je suis quelqu'un de très sensible et je dois prendre soin de moi, de mon bien-être, avant d'être capable de faire quelque chose d'autre. C'est le seul moyen que j'ai trouvé.

La vie n'est pas toujours drôle, mais la boulimie, c'est s'enfermer en enfer.

Les gens qui n'ont pas été boulimiques semblent incapables de comprendre. Moi même aujourd'hui, je trouve ça difficile de comprendre pourquoi j'ai fait ça. Mais je crois que j'avais des choses à apprendre, et ce n'est qu'après les avoir vraiment apprises que j'ai pu m'en sortir. Et tranquillement devenir un peu plus adulte et forte.

Je me trouve un peu ridicule d'avoir débité tout ça, mais bon… Si n'importe qui a besoin de n'importe quoi, je suis là, tout ce que je souhaite c'est de vous dire de ne pas lâcher, est d'agir avec patience, et douceur pour tranquillement vous acheminer vers le bonheur. Les médias, la société de consommation et tout le tralala véhiculent des valeurs souvent nocives.
  Lire la suite de la discussion sur aufeminin.com


88926
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Reprise au piege ? - anorexie et boulimie

image

Bonjour les filles. Alors voila, aujourd'hui j'ai un peu peur et j'essaye de réagir vite avant de retomber dans un engrenage pas cool du tout… En fait, il y a quelques mois, en juin, je vous avais dit que je suivais la chrononutrition pour...Lire la suite

Fin de la boulimie mais ? - anorexie et boulimie

image

Oui, c'est tout à fait ça. Moi aussi j'étais dans un état de faiblesse, un état tel que lorsque je me disais, allez, c'est facile, tu peux arrêter, et bien non, la détresse reprenait le dessus, et je continuais. Et oui, je me complaisais dans...Lire la suite


 

Témoignages vidéos
Notre combat contre les tca
Sur le même thème
Boulimie et Thérapie: témoignage d'une ado de 14 ans
Boulimie : Mon enfer
Voir tous les  autres témoignages