Histoire vécue Poids - Régime > Boulimie      (2510 témoignages)

Préc.

Suiv.

J'ai réussi à vaincre l'anorexie et la boulimie

Témoignage d'internaute trouvé sur doctissimo - 29/01/11 | Mis en ligne le 26/12/11
Mail  
| 240 lectures | ratingStar_225391_1ratingStar_225391_2ratingStar_225391_3ratingStar_225391_4
Pour me présentée ( je suis nouvelle ) je suis une lycéene, je m'appelle Margaux et je viens tout juste d'avoir 17 ans. Il y a 5 mois, ça m'arrivait souvent de me réconforter sur ce forum, je voyais que je n'étais pas seule. J'ai un passé d'anorexique et boulimiques, mais sur une courte période ! J'ai seulement eu 4 mois d'anorexie et 3 de BV. Entre temps, j'avais perdu plus de 8kg. J'ai toujours eu un poids normal et même maigre, et j'avais aucune raison de tomber dans cet enfer à part peut être ma 'petite brioche' qui me faisait honte. Ma sœur qui était complexée, me parler souvent de régime, et peu à peu je me faisais emporter. Au contraire de certaines, je suis vraiment pas du genre à avoir peur de manger, au contraire c'était un plaisir que je pouvais restreindre jusqu'à 3 - 2 repas par jour. Je ne faisais que compter les calories, et lorsque je dépassais les 600, la peur de grossir était là. Il fallait que je fasse mon sport sinon j'allais devenir obèse. Pourtant, mon aménorrhée datée de ma rupture avec T. Je n'étais pas amoureuse de lui, il fallait que je sorte avec pour en oublier mon 'véritable amour'. Mes sentiments vers lui étaient réciproque, et c'est pour ça qu'avant même un mois de relation, on a rompu. Depuis ce passage, je n'avais plus mes règles. Au début je ne m'inquiètais pas, jusqu'à ce que je passe 5 mois sans ! Mes proches me disait que je devenais maigre et mes cheveux de plus en plus ternes. J'avais les joues qui rentraient et les os qui ressortait et je ne voulais rien entendre. Mon miroir lui, me disait toujours ' tu es grosse '. Cette période ou je voyais mon poids baissé un peu plus chaque jour et ou les choses caloriques me faisaient peur s'est atténuée a la rentrée. Après avoir vu que j'étais dans la classe de celui qui m'a harcelée pendant plus d'un 1 an a cause de mon handicap ( on ne le voit pas puisque je suis malentendante ) a bouleversé les choses. Je mangeais comme 15 et je vomissais, je prenais ça comme un besoin de nourriture après m'être autant privée et mon corps qui ne l'acceptait pas. La peur de grossir était toujours présente, mais je me considérer comme malade. De ces problèmes j'en parlais toujours a mes proches. Ils me disaient boulimique et je refusais encore une fois de voir la vérité en face ! Ils s'inquiétaient et dans leur dos, je continuais a faire des petites crises ( car elles n'étaient pas énorme, mais ce peu de nourriture; mon corps la rejetaient ). Je vomissais a ne plus en pouvoir et je me sentais mal, comme un monstre. Manger devenait un besoin, et je me voyais plus faire sans, je me voyais plus avoir une vie normale. Pourtant, ce n'est qu'au bout du 2e mois que j'ai pris des bonnes résolutions, pour moi, mes amis et ma famille de me battre contre cette maladie, de ne plus la laisser m'écrasée. Ce fut une réussite, 2 semaines sans crises mais avec 2 rechutes. Aujourd'hui, je n'ai plus de TCA, je suis heureuse et même si j'ai cette 'petite brioche' je l'accepte entièrement. J'ai récupérer mes règles 8 après 8 mois d'aménorrhée, avec des déréglages ( je pouvais les avoir 15 jours après par exemple ) et je me sens plus femme . J'ai des amis superbes et une famille avec laquelle je vis une relation complice. Et pourtant, pendant cette période d'anorexie/BV, on était vraiment dans une mauvaise ambiance. J'avais vraiment changer, je devenais presque insupportable et anéanti a la fois, je n'avais jamais de force. Mais j'ai retrouvé celle que j'étais, la fille volontaire, qui rit, et qui n'abandonne pas. C'est en parti grâce a mon 'véritable amour' avec qui je suis de nouveau aujourd'hui et ou notre histoire continue. Distance ou non, maintenant on fait avec parce qu'on s'aime et qu'on ne peut pas faire l'un sans l'autre. Il m'a vraiment aidée à m'en sortir sans même que je lui en parle car j'en avais honte. Je n'ai pas eu besoin d'anti-depresseur ou de nutritionniste, J'ai juste pris mon courage a demain et voulu faire des efforts pour lui, ces personnes qui me sont chères et moi, et cette motivation m'a projetée a mon but. Malgré les cours, le stress des examens et des déceptions, il faut se battre. Pour celles qui luttent ou qui veulent s'en sortir, sachez que rien n'est perdu. Il faut savoir s'occuper, se dire que malgré tout la vie continue. Sortez, faites ce que vous aimez faire, et ne baissez pas les bras ! La vie est un combat, et après l'effort ou a ces moments de réconforts Surtout ne faites pas l'erreur de garder ça pour vous, parlez en ! Même si la honte fait qu'on à peur, garder ces secrets, ce n'est pas la meilleure chose à faire. Identifiez le problème, d'où ca vient et vous saurez comment vous y prendre.
  Lire la suite de la discussion sur doctissimo.fr


225391
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Reprise au piege ? - anorexie et boulimie

image

Bonjour les filles. Alors voila, aujourd'hui j'ai un peu peur et j'essaye de réagir vite avant de retomber dans un engrenage pas cool du tout… En fait, il y a quelques mois, en juin, je vous avais dit que je suivais la chrononutrition pour...Lire la suite

Fin de la boulimie mais ? - anorexie et boulimie

image

Oui, c'est tout à fait ça. Moi aussi j'étais dans un état de faiblesse, un état tel que lorsque je me disais, allez, c'est facile, tu peux arrêter, et bien non, la détresse reprenait le dessus, et je continuais. Et oui, je me complaisais dans...Lire la suite


 

Témoignages vidéos
Notre combat contre les tca
Sur le même thème
Boulimie et Thérapie: témoignage d'une ado de 14 ans
Boulimie : Mon enfer
Voir tous les  autres témoignages