Histoire vécue Poids - Régime > Boulimie      (2510 témoignages)

Préc.

Suiv.

Lorsque l'on est boulimique, c'est à vie

Témoignage d'internaute trouvé sur e-sante 22 ans
Mail  
| 303 lectures | ratingStar_114932_1ratingStar_114932_2ratingStar_114932_3ratingStar_114932_4

J'ai 24 ans et vers 17 ans, j'ai commencé à être boulimique. Je ne comprenais pas ce qui m'arrivait : je pensais toujours à la nourriture, je pensais avoir toujours faim. Je suis physiquement très grande et mince, pas tellement gourmande, et assez sportive. Pour essayer de me raisonner, je me souviens avoir mis des post-it dans l'armoire : "faim=pilule". C'était n'importe quoi… mais puisque je ne comprenais pas ?!! En crise, je ne mangeais pas forcément des choses très sucrées ; c'est vraiment écoeurant lorsqu'on y repense : des boîtes de céréales entières, des boîtes de conserve froides… en rentrant de boîte, souvent je sortais les plats du frigo et j'avalais tout, à la cuillère, tout était mélangé… Un jour, à la fac, j'ai été obligée de sortir de cours pour aller vomir : mon corps ne supportais plus ce que je lui avais "donné". C'était la première fois !!!! Et puis ceci est arrivé une seconde fois, pour moi, timide, sortir de cours était vraiment quelque chose ! J'ai eu la chance de faire fac de psycho, donc ayant eu des cours sur la boulimie et l'anorexie… j'ai compris à ce moment-là. Je ne souhaitais pas rester dans cette détresse, alors je suis tout de suite aller voir mon médecin, en lui disant : "je pense que je fais de la boulimie." Il m'a conseillé d'aller voir une psychiatre. J'y suis allée (la première fois, j'ai fais demi-tour) , je me suis également inscrite dans une salle de sport (à chaque fois que je pensais à la nourriture, j'y allais… plusieurs fois par jour) , je l'ai dit à mes parents (qui n'ont pas forcément compris mais bon…). J'ai également rencontré mon copain (j'étais encore suivie) et il m'a beaucoup aidé. Je n'ai osé lui dire qu'au bout de 5 mois. Pendant la thérapie, la maladie a empiré (je vomissais plusieurs fois par jour) mais maintenant ça va. Mais c'est quelque chose qui reste en soi, parfois il faut lutter. La volonté est une aide énorme mais EN PLUS d'une aide extérieure. Lorsque j'ai ressenti physiquement la faim : le ventre qui grouille… Ah, quel bien ça fait. À chaque fois, c'est un vrai plaisir.
  Lire la suite de la discussion sur e-sante.fr


114932
b
Moi aussi !
1 personne a déjà vécu la même histoire

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Reprise au piege ? - anorexie et boulimie

image

Bonjour les filles. Alors voila, aujourd'hui j'ai un peu peur et j'essaye de réagir vite avant de retomber dans un engrenage pas cool du tout… En fait, il y a quelques mois, en juin, je vous avais dit que je suivais la chrononutrition pour...Lire la suite

Fin de la boulimie mais ? - anorexie et boulimie

image

Oui, c'est tout à fait ça. Moi aussi j'étais dans un état de faiblesse, un état tel que lorsque je me disais, allez, c'est facile, tu peux arrêter, et bien non, la détresse reprenait le dessus, et je continuais. Et oui, je me complaisais dans...Lire la suite


 

Témoignages vidéos
Notre combat contre les tca
Sur le même thème
Boulimie et Thérapie: témoignage d'une ado de 14 ans
Boulimie : Mon enfer
Voir tous les  autres témoignages