Histoire vécue Poids - Régime > Boulimie      (2510 témoignages)

Préc.

Suiv.

Rassure-toi, ce n'est pas de la boulimie.

Témoignage d'internaute trouvé sur sante-az.aufeminin - 07/10/11 | Mis en ligne le 11/07/12
Mail  
| 209 lectures | ratingStar_274039_1ratingStar_274039_2ratingStar_274039_3ratingStar_274039_4
Salut Laura ! Je comprends ce qui t'arrive. Rassure-toi, ce n'est pas de la boulimie. C'est normal, ça m'est arrivé aussi, ce n'est pas une crise. Comme tu le dis, tu en es à un point où tu as perdu toute sensation de faim. Tu ne sais pas quand tu est rassasiée. Par conséquent, tu ne peux pas être certaine d'avoir trop mangé. La preuve, c'est que ta mère dit que tu as mangé normalement. Tu as eu mal au ventre parce que ton estomac s'est habitué, depuis quelque temps, à recevoir peu de nourriture (l'estomac, c'est un muscle…). C'est d'ailleurs pour cette raison que les anorexiques n'ont jamais faim : certes, au départ (au début, au moment du régime drastique) elles ont faim, mais ensuite leur estomac se contente de peu et leur métabolisme est faible (en gros, leur corps diminue les dépenses caloriques afin de permettre à la personne de survivre, pour que les fonctions vitales continuent à marcher : par instinct de survie, il puise dans les réserves, telles que la poitrine). Ton corps s'est donc habitué à se contenter de très peu pour survivre et est rassasié très vite. Ce qui ne signifie pas que ce soit la bonne ration de nourriture, au contraire, c'est insuffisant. Et quand tu augmentes la dose trop d'un coup (ex : un jour tu manges 2 fois plus qu'avant) , tu risques d'avoir mal au ventre, voire la diarrhée car c'est relativement "trop" pour l'estomac (par rapport à la ration d'avant). Ce qui t'es arrivé m'est arrivé aussi à maintes reprises. Au bout d'un moment (à force de suivre un régime trop drastique) , tu as envie de te faire plaisir en mangeant normalement, ce qui te fait envie. Tu te dis qu'à ce repas tu vas bien manger (sans doute parce que c'est un repas convivial ou une fête) , en gros tu "craques" (sans connotation négative) parce que, consciemment ou non, pour une fois tu as envie de "te lâcher". Et ensuite, tu culpabilises parce que tu te dis que tu as sans doute pris un peu de poids. Mais tu compenses aux repas suivants, en te privant. Résultat : tu n'auras pas pris un gramme. Dis-moi si je me trompe. C'est normal, un "excès" (excès relatif, dans le cas des anorexiques) n'a jamais fait grossir s'il ne se répète pas trop souvent. En effet, les jours suivants, les personnes (pas toi…) ayant fait un excès un jour vont compenser en mangeantr un peu moins, pour compenser leur petit extra. C'est pareil pour les anorexiques. Quand elles s'autorisent un petit écart de conduite", elles cherchent aussitôt à le compenser, en se rattrapant sur les autres repas. Quand tu découvres ce phénomène, il est facile de comprendre pourquoi tu ne grossis pas. Prends mon exemple. J'ai découvert la compensation dont je viens de te parler. Au bout d'un moment (mais pas tout de suite) , je me suis dit qu'au cours de "grandes célébrations", d'événements particuliers, j'avais tort de ne pas manger normalement (en fait, trop, selon ma vision déformée…) , de manière exceptionnelle. En d'autres termes, quand j'allais à un repas de famille, une fête, un apératif… , la tentation était trop grande (en raison de l'abondance de la nourriture, de la présence d'autres personnes…) de bien manger : en effet, mon corps craquait devant ces bonnes choses à force d'autant se serrer la ceinture ; et, en plus, je ne voulais pas me donner en spectable devant les autres (oncles, tantes, ou tiers…) en refusant de manger. Mais lors des repas suivants (1, 2 ou 3) , je compensais mon relatif excès en mangeant peu, voire rien. Tout se rééquilibrait donc. De même, au repas de Noël (à midi) je mangeais plus que d'habitude (pour que mes parents soient heureux en ce jour, et parce que c'était un jour de fête) , mais après j'avais l'excuse de ne pas avoir faim le soir, ce qui m'autorisait à ne rien manger ! Parfois quand même il m'arrivait de culpabilisait, mais ensuite, comme je "me rattrapais" en compensant, tout allait bien. Finalement, en ces occasions je ne prenais aucun gramme, et parfois même j'en perdais (il m'est arrivé de perdre du poids à l'époque des fêtes de Noël, tu te rends comptes ? ). En fin de compte, à chaque "occasion spéciale", mes parents reprenaient espoir (je leur disais même parfois qu'à partir de maintenant tout irait bien, les pauvres…) alors que je savais moi-même ce qui allait se passer. Et puis dès le repas d'après, tout recommençait comme avant, à l'identique. Tu vois que ce n'est pas de la boulimie (même si tu penses que ce week-end tu as ingurgité trop de quantité de nourriture). Ce qui se passe, c'est que ton corps en as parfois ras-le-bol de ton régime draconien et veut se faire plaisir. Or, quoi de plus rassurant que de compenser très rapidement les excès et ainsi ne pas prendre du poids ? La grande question est : est-ce que c'est dangereux pour ta santé ? A mon avis, tant que cela reste peu fréquent, ce n'est pas grave. C'est trop tentant, tu te fais plaisir de temps en temps, c'est tout. Mais je ne voudrais pas que cela devienne pour toi une habitude et que cela se transforme en réelle boulimie : en gros, il ne faut pas que tu deviennes anorexique et boulimique en même temps ou en alternant : tu manges peu, puis tu craques et tu manges beaucoup trop ou même normalement, puis tu te fais vomir… Cela ne m'est jamais arrivé mais je sais que ce n'est pas bon : certes, tu ne grossiras pas, tu ne prendras pas un gramme puisque tu vomiras tout mais tu risquerais d'atteindre une nouvelle étape, avec un nouvel engrenage qui est celui de la boulimie ; en plus, quand on vomit, il paraît que l'on perd du potassium et qu'on peut donc, à terme, faire un crise cardiaque (et en mourir) pour cette raison. Personnellement, je ne suis jamais passée par-là, pas de boulimie, pas de vomissements. Mais je ne te le conseille pas. Si tu veux manger normalement ou même un peu trop un jour, contente-toi de compenser cet "excès" en mangeant moins : tu ne grossiras pas, ne t'en fais pas, ce sera neutre. Mais ne fais surtout pas l'erreur de sombrer dans la boulimie (avec ou sans vomissements). Je ne suis pas la mieux placée pour en parler, n'ayant pas vécu la situation, mais j'en ai entendu parler et c'est grave. Là je t'ai parlé de conserver ton poids. Bien entendu, l'idéal est que tu en reprennes ! Si tu as cette volonté, il faut que tu augmentes progressivement (c'est l'essentiel ! ) tes rations : tu dois manger un peu plus à chaque fois, ou intégrer un nouvel aliment (abandonné…) dans ton menu. C'est ce que tu as commencé à faire la semaine dernière avec le pain, et je t'en félicite. Si le changement est trop brutal (ex : passer d'une pomme à une pizza + un bout de tarte) n'est pas la solution car ton corps doit s'habituer petit à petit ! Il ne faut pas lui infliger des changements aussi brutaux. L'essentiel, c'est de retrouver goût aux aliments et comprendre, en renversant le proverbe, que certes il ne faut pas vivre pour manger, mais tout de même il faut manger pour vivre ! Tu dois retrouver le plaisir de manger (sans devenir boulimique pour autant…) , en augmentant tes doses petit à petit. Consulte un psy et, si possible, un nutritionniste : ils te diront ce que tu dois manger dans l'idéal et te feront avoir goût aux aliments. Tu es capable de t'en sortir (pas toute seule, sans doute). La preuve que tu es sur la bonne voie, c'est que tu t'inquiètes de ce qui t'arrive et tu as conscience que c'est loin d'être normal. Au fond de toi, tu veux guérir ! Courage et n'hésite pas à te confier à moi.
  Lire la suite de la discussion sur sante-az


274039
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Reprise au piege ? - anorexie et boulimie

image

Bonjour les filles. Alors voila, aujourd'hui j'ai un peu peur et j'essaye de réagir vite avant de retomber dans un engrenage pas cool du tout… En fait, il y a quelques mois, en juin, je vous avais dit que je suivais la chrononutrition pour...Lire la suite

Fin de la boulimie mais ? - anorexie et boulimie

image

Oui, c'est tout à fait ça. Moi aussi j'étais dans un état de faiblesse, un état tel que lorsque je me disais, allez, c'est facile, tu peux arrêter, et bien non, la détresse reprenait le dessus, et je continuais. Et oui, je me complaisais dans...Lire la suite


 

Témoignages vidéos
Notre combat contre les tca
Sur le même thème
Boulimie et Thérapie: témoignage d'une ado de 14 ans
Boulimie : Mon enfer
Voir tous les  autres témoignages