Histoire vécue Poids - Régime > Obésité > RA      (65535 témoignages)

Préc.

Suiv.

Aborder l'histoire

Témoignage d'internaute trouvé sur forumfr
Mail  
| 115 lectures | ratingStar_272540_1ratingStar_272540_2ratingStar_272540_3ratingStar_272540_4
Voilà une question fondamentale. C'est un débat essentiellement philosophique, j'en conviens, mais c'est un fait que les hommes, depuis des millénaires, s'intéressent passionnément à ce qui a pu arriver à leurs prédécesseurs, et c'est d'autant plus vrai depuis quelques siècles. Mais l'Histoire a déjà au moins un but, c'est celui de répondre aux questions que tout être humain se pose sur son passé, qu'il soit individuel, familial, culturel, ethnique et autres et partant de là, celui d'être un enseignement pour les générations actuelles et futures. Quand on considère l'Histoire des Hommes dans sa globalité, on constate évidemment l'évolution inévitable de la société, des moeurs, des grands faits qui ont fait avancer ou reculer le monde mais aussi LE fait que l'Homme, même évolué, demeure ce qu'il est, ce qui explique les tensions de toutes natures, les guerres, les oppressions, les intolérances, comme les progrès, les améliorations de la condition humaine, l'ouverture d'esprit, et cela aujourd'hui comme hier. C'est pourquoi, la connaissance de l'Histoire est capitale et les jeunes générations ont tout intérêt à s'y intéresser s'ils ne veulent pas être menés par le bout du nez par des prophètes de tous poils. Pourtant, aujourd'hui, il est récurent d'entendre de jeunes et vieux esprits prétendre que cette science est désuette et inutile parce-qu'elle ne leur apporte pour ainsi dire rien individuellement. En somme, ce n'est pas faux, la science historique est essentiellement collective, mais elle traduit la curiosité toujours grande de l'homme pour ses origines. La façon d'aborer l'histoire a changé au cours des siècles. Repartons aux origines. Il existe depuis des millénaires des hommes spécialisés dans l'élaboration de textes relatifs à la relation du passé, cad que des sociétés humaines font le choix de nourrir des personnes qui ne produisent rien d'autre que ces récits. Et donc, que la rédaction de ces récits répond à un besoin : les buts de l'Histoire. Pourrait-on distinguer, au fil du temps, les attentes de : - l'Etat qui paie les historiens. - la société qui les paie par divers moyens (y compris par le truchement de l'Etat). - l'historien lui-même, qui n'a pas forcément les mêmes buts que ceux qui le commandent : il peut découvrir et vouloir, par intégrité et rigueur, publier, proclamer des vérités moins valorisantes que ce que les autres auraient souhaité. Dans un lointain passé, les premiers "historiens" élaboraient des généalogies royales auxquelles il était de bon ton de donner un prestige maximal, et rédigeaient des chroniques de règnes, au moins en partie à des fins de propagande. Il aurait été périlleux de dire : non Sire, mes sources sont solides, la bataille de Qadesh est au mieux un match nul. Je pense aussi aux auteurs de l'Antiquité tardive qui relatent la fin de l'Empire de telle ou telle manière selon qu'ils sont convaincus qu'elle a été provoquée par l'abandon de la religion ancestrale, ou l'inverse, et ainsi de suite. Sachant que tous prétendent bien entendu à la vérité… Peut-on écrire une histoire de tout cela ? Quoiqu'il en soit, je crois que l'esprit collectif connait un effritement au profit du simple intérêt individuel depuis quelques décennies. En somme, on peut trouver cela louable, mais beaucoup d'esprits tendent à associer l'absence de bénéfices individuels au sens strict comme des raisons justifiant le désintéressement de cette science. Je crois par ailleurs qu'il est indéniable que certains esprits sont beaucoup moins intrigués par le passé que d'autres, pour des raisons nombreuses qu'il serait difficile de définir puisqu'elles sont plus philosophiques et sociologiques qu'historiques à mon sens, et ce sont ces gens-là qui taxent l'Histoire en tant que science de quasi inutilité. Bien entendu, je ne partage pas ce point de vue, mais je l'ai maintes fois observé dans le domaine académique où j'étudie encore, vous le devinerez. C'est aussi un peu l'idée de Raymond Aron qui stipule bien que l'objectivité en Histoire c'est une quête, nous sommes et serons toujours à la recherche de la Vérité. Mais c'est une vérité somme toute relative puisque des années plus tard, "ces faits", que nous croyions fondés il y a des années en arrière, peuvent être remis en cause plus tard par le biais de nouvelles découvertes. Mais en Histoire, la grosse difficulté (la plus ardue même) , réside dans le fait qu'il doit regarder et analyser les évènements avec le regard d'un individu ayant vécu à une époque précise, tout en faisant abstraction de ce qui s'est passé après. En d'autres termes, il ne peut pas et ne doit pas émettre de jugement personnel, il est censé rester neutre. Or on sait très bien que ce n'est guère possible, d'où d'ailleurs les diverses interprêtations historiques d'un même évènement. Autre chose. Pour aborder l'histoire sans trop se tromper (mais cela n'engage que moi) je conseille : * La série "Une histoire du monde". C'est une série de 5 livres qui abordent l'histoire du Monde ; de l'Antiquité à aujourd'hui : - Une histoire du Monde Antique. - Une histoire du monde médiévale. - Une histoire du monde au temps modernes. - Une histoire du monde au XIX° siècle. - Une histoire du monde contemporain. * "L'Atlas Historique Duby". C'est, pour l'instant, le meilleur Atlas historique généraliste que j'ai trouvé. De l'Antiquité au période contemporaine, les cartes sont traité avec érudition. * "Le Petit Mourre". Ce dictionnaire encyclopédique d'histoire permet d'aborder n'importe quelle sujet par la grande porte. Ces trois titres sont, pour moi, un bon début pour aborder l'histoire. Ce message a été modifié par Anksunamun - 28 décembre 2009 - 12:48.
  Lire la suite de la discussion sur forumfr.com


272540
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

25 kilos a perdre! qui me suis? - j'ai decide de maigrir

image

Bonjour tout le monde ! Je me présente, je m'appelle Hélène, j'ai 24 ans, une petite fille de 13 mois et beaucoup de kilos en trop ! Alors depuis le 1er février je me suis mise à un rééquilibrage alimentaire, avec en prime 1h30 voir 2 h de...Lire la suite

Les regimeuses(groupe en reequilibrage alimentaire)2

image

Et beh MArline fiouuuuu quel con ce mec ! Et puis tu les as accumulé en +… comment tu te sens aujourd'hui ? Il y a des jours comme ça où tout part en cacahuète ! Nadège, je te préfère avec le short, je te trouve plus sexy. Et garde le moral...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages